Jun 272011
 

Cela faisait quelques temps que je n’avais plus mis les pieds dans une FNAC, pour le bonheur de mon portefeuille. Mais là, après midi shopping (et starbuck coffeeeee ouaiissss) oblige, il n’était pas imaginable de ne pas passer quelques minutes à la FNAC. Et pendant que ma chérie et ma fille exploraient le rayon livre pour bébé moi je me pâmais dans le rayon SF / Fantasy.

Et forcément j’en suis reparti avec deux bouquins

  • Bloody Marie de Jacques MARTEL
  • une nouvelle traduction du vagabond de l’espace d’Heinlein (je l’ai déjà lu quand j’étais jeune et innocent, mais dans une vieille trad et je ne l’avais pas dans ma collection d’Heinlein)

Et pourtant j’ai lutté pour ne pas craquer et ne pas acheter Bloody Marie (un bouquin à 19 euros).

Mais plusieurs raisons ont fait que j’étais obligé de l’acheter :

  • le titre : le bloody mary étant mon cocktail préféré avec le martini dry.
  • La couverture juste splendide
  • l’éditeur blackbooks édition que je connais pour leur jdr (et leur défunt magazine) et que j’aime beaucoup
  • le fait que ça soit un bouquin de pirates, qui plus est pirates de l’espace et que je sois complètement fan (un de mes plus vieux souvenirs de lecture c’est Robots d’Asimov et juste après c’est l’île au trésor que j’ai du lire 2 ou 3 fois)
  • le nom de la collection A dé couvert dont le jeu de mot m’a fait rire.

Je l’ai donc acheté.

Et dévoré. (Vu que je l’ai fini ce matin avant de partir au boulot)

Et il y a pas à dire, c’est du grand roman de pirates. Avec les références obligées mais avouées et assumés à l’île au trésor (le bâtiment de Bloody Marie s’appelle le Long John et les personnages savent que cela vient du bouquin de Stevenson).

Avec des personnages haut en couleur, plein de colère ou de fougue. Avec des insultes, des combats,de la douleur, du sang et cette fuite en avant éperdue qui constitue la vie des pirates. Avec des trahisons, des pieds tendres et de vieux loups de mer.

Mais il ne faut pas croire qu’on est dans du roman de pirate de gare. L’univers est très fouillé, les personnages pas forcément tous aussi manichéens qu’on pourrait le penser et il n’y a pas à dire l’auteur a potassé son histoire de la piraterie avant d’écrire.

Le style d’écriture quand à lui est très bien trouvé, un vieux loups de mer qui s’assoit dans un rade miteux et qui se met à raconter une histoire pour qu’on lui paie à boire, chaque chapitre de l’histoire étant entrecoupé par une petite description du conteur qui demande à ce que son auditoire lui paie à boire ou y va de son petit commentaire.

En fait, si vous aimez les pirates, n’hésitez juste pas, vous allez adorer.

…..

‘Nous étions quinze sur le coffre à l’homme mort.’
‘ Yo-ho-ho! Et une bouteille de rhum!’
…..


Flattr this!

  6 Responses to “Bloody Marie”

  1. qui n’aime pas les pirates ? 🙂

  2. Bonjour J-Mad,
    Merci pour la critique, cela fait très plaisir !

    Une nouvelle traduction du “Vagabond” ?, je vais allez y jeter un oeil de ce pas.

    • C’est la deuxième que j’ai la surprise de voir un auteur venir directement commenter la review que je fais d’un de ses livres. Et ben ça fait toujours autant plaisir. Merci d’avoir pris le temps de déposer un commentaire. (et du coup, je me permettrais de vous demander si vous faire mad interviewer sur ce blog vous intéresse 🙂 ).

      hop le lien amazon qui va bien pour ce qui est de la nouvelle trad du Le Vagabond de l’espace .

  3. Merci pour le lien, J-Mad.
    Une mad interview ? Avec plaisir !
    Le plus simple, je pense, sera de procéder par mail, vous trouverez le mien dans la rubrique contact de mon site Internet http://www.VirtuHall.com.
    A bientôt,

    • de rien pour le lien.

      Ok pour la mad interview, les questions arriveront par mail aussi vite que possible (mais vu mon emploi du temps actuel et mon retard sur les madinterview .. pas tout de suite tout de suite 🙂 )

Sorry, the comment form is closed at this time.