Week end de démo gratuite sur Steam

 Critiques de jeux vidéos  Comments Off on Week end de démo gratuite sur Steam
Mar 222020
 

Du 18 au 23 mars (18h UTC+1), Steam a mis en place son « Festival des jeux Steam » soit la possibilité de lancer gratuitement des démos de jeux qui vont bientôt (ou dans quelques temps) sortir.

J’ai profité de mon dimanche pour en lancer quelque uns. Voici des petits retours (si vous voulez les tester d’ici demain soir).

We Should Talk

https://store.steampowered.com/app/1255990/We_should_talk/

Le personnage féminin que vous incarnez rentre dans un bar. La serveuse vous demande ce que vous voulez boire. Pendant que vous discutez avec elle, votre amoureuse vous envoie des SMS pour savoir quand est ce que vous allez rentrer. Votre relation actuelle survivra-t-elle à votre soirée ? qu’allez vous dire à qui ? Voilà ce que promets au final We should Talk. Pour l’instant la démo se limite à une petite dizaine de minutes de gameplay, quelques échanges avec la barmaid et Sam, qui donc vous attends à la maison. Mais cela permet déjà de prendre en main l’interface de création de réponse. Chaque phrase que vous allez choisir est en fait construit de trois parties. Et pour chaque bout, vous aurez plusieurs propositions possibles. A vous de construire la phrase qui correspond le plus à ce que vous voulez dire (La première fois je me suis trompé et j’ai répondu que je voulais une ligne de shooter à la grenadine pure ….:) ). J’ai bien aimé les quelques minutes de jeu, je vais le suivre, peut-être qu’à l’occasion de soldes Steam …

When The Past Was Around

https://store.steampowered.com/app/1164050/When_The_Past_Was_Around/

Un point and click avec un style crayonné très très doux. La démo permet de jouer trois tableaux. La personnage principale se tient au milieu de la scène, à ses cotés une ombre silhouette crayonnée en gris. A chaque tableau il faudra retrouver une plume, plume qui ferra apparaître une caractéristique de la silhouette grise (ses habits, son visage, etc …). Ces trois tableaux sont très mélancoliques, un petit goût doux-amère, un mélange de tristesse et de résignation. La encore la démo est très courte (une grosse dizaine de minutes), mais cela m’a vraiment donné envie de voir la suite. Je pense que je l’achéterais.

Lord Winklebottom Investigates

https://store.steampowered.com/app/1024160/Lord_Winklebottom_Investigates/
Prenez Londres en 1920. Remplacez tout les humains par des animaux. Ajoutez un meurtre et un duo d’enquêteurs hors pairs (Lord Winklebottom une girafe avec pipe et monocle et Dr Frumple, son acolyte, un hippopotame docteur) et vous aurez Lord Winklebottom Investigates. On est sur du point and click très classique. Faut ramasser des objets et puis tenter de les assembler ensemble et/ou avec le décors pour avancer. C’est bien fait, mais je n’accroche pas plus que ça. Pas sur d’aller plus loin que cette démo.

Operencia: The Stolen Sun

https://store.steampowered.com/app/985950/Operencia_The_Stolen_Sun/

Le premier de mes coups de coeur. Du dungeon crawling classique en vu à la première personne. Déplacement par tiles (le déplacement est plutôt fluide d’ailleurs, ça demande un peu de pratique). La création de perso est assez cool. L’exploration sympa, on récupère très rapidement un deuxième acolyte très bavard ce qui permet d’apprendre des choses sur l’univers en écoutant simplement les discussions entre notre PJ et notre premier (peut-être unique) acolyte PNJ. J’ai déjà joué une grosse demi-heure et je sais que je vais continuer autant que la démo me le permettra. Et il est quasi sur que je l’achéterais, sans même attendre les soldes.

Spiritfarer

https://store.steampowered.com/app/972660/Spiritfarer/

Mon véritable et ultime coup de cœur du week-end. Je n’ai arrêté d’y jouer que parce que je voulais écrire ce billet de blog (et bon ok que je devais faire des trucs dans la vie réelle aussi). On dirige Stella, une passeuse d’âme.

A bord de son bateau, il faudra s’occuper des âmes qui y voyage (on peut même leur faire des câlins), pécher, construire les pièces nécessaires pour la vie de tout l’équipage, planter des légumes, faire la cuisine et accomplir les différentes quêtes que nos passagers nous donneront. Tout cela en naviguant de destination en destination. Là encore j’ai joué une trentaine de minutes sans arriver, encore, à la fin de la démo. Et pour l’instant (même si forcément 30 minutes de jeu, ça donne pas un gros recul), tout est parfait. J’adore le dessin, notre personnage est super mignon, les contrôles sont top, on peut faire plein de truc, l’interface se prend en main super simplement. En clair, j’adore ce jeu. Et dés que possible, je l’achète !

 Posted by at 19:16

The blind prophet, le jeu qu’on aime regarder

 Critiques de jeux vidéos  Comments Off on The blind prophet, le jeu qu’on aime regarder
Feb 162020
 

J’ai découvert ce jeu quelques jours avant sa sortie, grâce à l’émission de Gamekult (devenir premium fut ma pire décision de début 2020 pour mon porte-monnaie, mais la meilleure pour ma découverte de jeux).

En allant voir sa page steam, j’ai cru que je voyais les pages d’un comics, parce que ficthre, qu’est ce qu’il est beau ce jeu. Beau, sombre et un peu glauque, un peu malsain. Imaginez un mix entre Blade Runner [ou Transmetropolitan] (pour les couleurs néons acidulés), Blade et Constantine. Rajoutez une bonne grosse pincée de Darkest Dungeon et vous aurez The Blind Prophet.

On va suivre la route de Bartholomeus, un apôtre bi-millénaire qui revient sur Terre, une fois de plus, pour nettoyer une ville de la corruption démoniaque qui la ronge. Comprenez se tailler un chemin à coup de poing et d’épée en coupant des têtes (ou en faisant exploser des trucs).

Des séquences ‘lecture’ se logent entre les sections de jeu, avec apparition des cases les unes après les autres et bruitage qui vont bien.

Puisque je parle de bruitage, parlons des voix. La seule voix que l’on entends est celle de notre héros, et ses dialogues sont à peu prêt aussi divers que ceux du taciturne Henry Cavill dans The Witcher. Notre blond héros se contente en effet de grogner et prononcer quelques interjection comme ‘Damned’ d’un ton coléreux ou fatigué.

La bande son est efficace et sert bien le propos du jeu. D’ailleurs la bande son du lieu où vous affronterez le premier ‘boss’, est vraiment pour beaucoup dans le ressenti ‘malsain, crade’ qui s’en dégage. Pour le reste, les morceaux alterneront entre des passages rocks plus ou moins énervé (que j’ai bien aimé) et des trucs plus technos / truc électronique de boite de nuit dont je suis moins fan.

Les énigmes sont assez simple [sauf une que j’ai résolu en hasard en cliquant n’importe comment et pour laquelle je n’ai toujours pas compris ce que j’aurais du faire]. En plus, la plupart du temps, votre super pouvoir d’apôtre vous indiquera tout les points d’intérêts et il faudra simplement trouver comment les utiliser. Ce qui est un peu plus énervant, c’est de ne pas pouvoir contrôler vraiment son inventaire. Vous voyez une hache par terre, vous savez que vous aller vouloir l’utiliser pour défoncer une porte, mais tant que Bartholomeus n’est pas allé vérifier que la porte était bien fermée, il sera impossible de ramasser la hache. Et cela sera la même chose pour les clés ou autre objets qui vous seront indispensable pour le futur (dans les prochaines 30 secondes) mais que vous n’allez pourtant pas pouvoir ramasser tout de suite.

En terme de durée de jeu, il m’a fallu 5h, presque 6 pour arriver au bout. Vu le prix, ce n’est pas si mal.

J’ai failli oublié, c’est un jeu fait par des français ( le studio Ars Goetia), vous allez me dire que ça n’a pas d’importance, mais quand même, c’est un super jeu de plus fait par un studio français.

Disclaimer : comme je ne pense jamais à faire des captures d’écran en jeu, j’ai repris celles qui sont sur le site officiel. (mais j’aurais fait les même si j’y avais pensé 🙂 ) .

 Posted by at 22:50

Coffee Talk

 Critiques de jeux vidéos  Comments Off on Coffee Talk
Feb 102020
 

Je traînais sur steam et en regardant les jeux que ce gentil trublion me proposait, j’ai vu Coffee Talk. Venant de finir The Red Strings Club et ayant acheté moins de 24h avant Kentucky Route Zero, je ne pouvais que craquer.

Surtout quand j’ai laissé tourner la vidéo de présentation et que j’ai entendu la BO. (vous verrez par vous même, je vous mets le trailer:) ).

Et puis, si il y a bien deux lieux où j’aime passé du temps quand je ne suis pas chez moi, ce sont les bars et les cafés. Alors un visuel novel qui se passe entièrement dans un café…. J’étais à l’évidence la cible parfaite. C’était LE jeu pour moi.

Aussitôt acheté, aussitôt lanc… Et ben en fait non. Parce que je l’ai acheté à ma pause midi au bureau le mardi 4 février, et que j’ai donc du attendre le soir pour le lancer. Et j’ai complètement adoré.

Il y a un café, le Coffee Talk, qui est un café de nuit. Drôle de concept, mais aussi totalement génial .. (pourquoi cela n’existe pas dans la vraie vie)

Et qui dit café dit barista. Et c’est le rôle que l’on va jouer.

Et quand je dis jouer, on va en fait majoritairement se contenter d’écouter les différents personnage parler. Que ce soit le vampire, le loup-garou, l’Océane, l’elfe, les humains, la succube, ils vont tous venir, parler de leur problème, attendre nos conseils. [A parce que oui, on est dans un monde où il n’y a pas que des humains. Un peu comme un Shadowrun, mais dans le monde de maintenant. ]

Mais on ne pourra pas influer sur les réponses que le ou la barista va donner. Non, la seule chose que l’on pourra c’est confectionner des boissons en espérant qu’elles aideront les personnages dans leur cheminement. Il y a bien un petit jeu de latte art (où j’ai perdu pas mal de temps pour le plaisir de dessiner des trucs ultra moche), mais qui n’est là que pour le fun et qui est totalement optionnel.

Et il n’y a rien d’autre. Juste on écoute les gens parler, on écoute les réponses de notre barista et on fait de son mieux pour préparer les boissons dont nos client(e)s ont besoin.

Et c’est parfait.

Là où les mini jeux de The Red String m’avait un peu saoulé, parce que soit à mon sens inutile (le truc des implants), soit un peu chiant en terme de contrôle (faire les cocktails avec la difficulté de réussir les dosages), ici l’unique mini-jeu, la confection de boisson est suffisamment simple pour être plaisante. (et le latte art étant totalement optionnel, on y perds du temps que si on le choisit).

J’ai donc commencé à jouer mardi soir, une session de deux grosses heures. Puis j’ai continué jeudi soir, la encore deux grosses heures de jeu. Ce qui m’a suffit pour arriver à la fin du jeu. Enfin, il me reste encore des modes ‘barista avec timer’ ou il faut essayer de servir le plus de boisson possible sans se tromper dans un temps imparti. Ou le mode ‘infini’ où on peut servir les boissons qu’on veut, sans fin, pour le plaisir de le faire. [je dois bien avouer que je me suis fait quelques sessions, surtout quand je n’avais pas découvert toutes les recettes possibles, pour pouvoir être sur de proposer les meilleurs boissons possible dans toutes les situations].

Pour conclure, j’ai adoré les quatre et des brouettes heures que j’ai passé avec Coffee Talk. Ce fut de vrai bouffée de calme, de plaisir ludique simple, d’agréable moment dans une petite bulle hors du monde… un peu comme si je buvais lentement un délicieux café, assis dans un de mes cafés préférés.

Enfin, comme je suis un peu un fainiant, tout les visuels viennent du presse kit officiel.

 Posted by at 23:08

Les jeux que j’ai aimés en 2015

 Critiques de jeux vidéos  Comments Off on Les jeux que j’ai aimés en 2015
Dec 262015
 

J’ai pas mal testé de jeux cette année. Tellement en fait que j’écrirais un deuxième article spécialement pour les dungeon crawler que j’ai pu tester. Mais parlons pour l’instant des jeux non rogue like qui m’ont fait kiffer cette année.

Invisible, Inc.

J’ai toujours cru que je n’étais pas un mec qui aimait jouer à des XCOM Like. Et puis j’ai acheté et testé XCOM. Et je me suis dit que j’avais été bien bête, parce qu’en fait j’aimais ce style de jeu. Du coup, quand j’ai pu acheter Invisible pour pas trop cher j’ai sauté sur l’occasion. Et j’ai adoré. On retrouve les grands principes d’un XCOM sauf que là on est en mode infiltration. Et surtout il faut gérer les alarmes. Chaque tour finit nous rapproche de la mise en route de l’alarme du bâtiment que l’on essaie de pénétrer. Et qui dit alarme dit avalanche de force adverse. Il faut donc aller vite, mais pas trop sinon ben on fait trop de bruit, on laisse des corps et .. l’alarme se déclenche. Vraiment un vrai plaisir à jouer.

The wolf along us

Un jeu Telltale, dans la lignée des Walking Dead. Mais cette fois dans l’univers de Fables (un comics excellent, avec Bill Willingham comme scénariste et que vous devez lire si vous ne connaissez pas (Il y a aussi des spinoffs centrés sur les personnage féminis fort de la série qui sont paraît-il très bon (dés que je peux, je vais les lire également) ) ). Dans le jeu on va suivre Bigby aka le Grand Méchant Loup, shérif de fable ville qui enquête sur un meurtre bien sordide. Je ne vous en dit pas plus. A part qu’on est sur une ambiance, bien noire, bien moche, bien polar quoi.

Sheltered

Vous connaissez Fallout Shelter ? Ben c’est un peu la même chose mais en mieux. Vous jouez une famille qui se réfugie dans un abri antiatomique après l’apocalypse. Les parents, deux enfants et un chien. Et il va falloir survivre en construisant petit a petit un abri confortable et en accueillant d’autre réfugiés. Mais attention dés que tout les membres de la famille de départ décèdent, même si vous avez un abri plein d’autre gens, vous avez perdu. Au niveau des ressources qui vont vous permettre de survivre, il va y avoir :

  • l’air qui arrive dans votre abri et qui est nettoyé par votre filtre à air
  • l’eau qui est purifié par votre filtre à eau et que vous allez devoir stocker dans l’abri (construisez des bidons!)
  • la nourriture que vous allez devoir trouver dehors
  • l’électricité fournit par un générateur si vous remplissez celui-ci de carburant.

Les actions possibles sont :

  • construire de nouvelles salles
  • construire des objets
  • réparer vos objets
  • améliorer vos objets
  • aller explorer les bâtiments autour pour trouver des ressources.

Les objets que vous allez construire s’usent en effet de manière continue. Si votre douche s’use ce n’est pas forcément très grave, mais si votre filtre à air s’use tellement que votre air n’est plus filtré, alors vous allez commencer à avoir un sérieux problème. Il faudra également gérer les problèmes du aux radiations.
En plus pendant vos explorations vous allez croiser d’autre survivant que vous allez pouvoir recruter, avec qui vous ferrez du commerce ou contre lesquels il faudra vous battre.

Le démarrage du jeu est assez dur. Si on ne fait pas attention, on perd assez rapidement. Mes trois premières familles n’ont pas vraiment eu de chance. Ensuite les choses sont plus simple et le stress de la survie diminue un peu. Sur ma partie actuelle, j’ai une vingtaine de survivant dans mon abri et j’en suis à quasiment 200 jours de survie. Ma partie en cours est devenu une lente routine apaisante. Réparer les objets, partir en exploration, construire des frigos et des bidons d’eau, un lent cycle reposant entrecoupé par les moments de stress quand mes explorateurs sont pris dans une altercation et que j’ai peur pour leur vie (les grenades ça sauve des vies de survivants!).

Pillars of Eternity

Après mon expérience un peu mitigé avec Divinity Original Sin, je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec Pillars. Et ben j’ai tout simplement adoré. Alors on est sur du jeux bien plus classique. Mais l’histoire est efficace, les interactions entre pnj intéressantes, le système de combat est un peu brouillon (pourquoi un système en temps réel avec une pause active au lieu de vrai tour par tour??) mais efficace. Et puis le friendly fire, j’ai beau pester dessus en jeu, mais c’est fun quand même. Et surtout, surtout, il y a du housing ! On peut reconstruire sa jolie forteresse et même si on a pas vraiment de choix à ce niveau là, une fois totalement construite, la forteresse est la forteresse, ben c’est tout de même très fun (surtout si comme moi vous adorez tout ce qui ressemble à du housing).

Terraria

Un peu comme un Minecraft mais en 2D et avec de gros Boss qu’il faut vaincre (et ce n’est pas forcément facile). L’étendue des possibilités est assez gros. Pas mal de biome différent à découvrir et de boss à vaincre. Bon après il faut aimer grinder avec une pioche pour creuser des trous dans le sols. Mais c’est un jeu d’exploration craf assez fun. (Et ma fille adore alors … )

Life is Strange

Je l’ai gardé pour la fin parce que c’est juste la claque de l’année. Voir même de pas mal d’année. Je ne sais pas quoi écrire pour retranscrire combien j’aime ce jeu. Combien y jouer fut une expérience que dont j’ai savouré chaque instant. J’aime le scénario, les personnages, les mécaniques superbement intelligentes. L’intrigue m’a pris dés la première seconde et ne m’a jamais lâché. Rarement j’ai autant été immergé dans une histoire et je me suis autant identifié à un personnage principal. J’y ai joué intensément, entrant parfois tellement dans l’histoire que dans certains moment de stress, j’en oubliais d’utiliser les mécanismes de retour dans le temps du gameplay.  Alors qu’il m’arrive assez souvent dans les Telltale de reprendre une sauvegarde pour vérifier des embranchements de scénarios, histoire d’optimiser un peu les choses, là, ça ne m’est jamais venu à l’idée tellement j’étais juste dedans, tellement Max me semblait vivante. Si vous n’y avez pas joué, alors n’hésitez pas. En plus il est en solde sur Steam pendant encore quelques jours. Je ne sais pas si vous aimerez autant que moi, mais je suis quasiment sur qu’au minimum, vous ne regretterez pas votre achat.

 Posted by at 22:19

Retour sur les soldes Steam : Mes découvertes

J’ai profité du combo vacances / Soldes Steam pour tester quelques jeux. Et du coup, je me suis dit que j’allais vous en faire profiter. Comme d’hab, je ne met pas de captures d’écrans parce que ma machine est pas un monstre de puissance du coup je joue souvent en détail bas et qu’en plus […]

Divinity : Original Sin, premières impressions

Disclaimer : j’écris ce billet après 13h de jeu à peine. C’est donc un retour sur le début du jeu. Peut être que mon avis changera d’ici à la fin du jeu, si nécessaire j’amenderais alors ce billet. J’ai toujours été un joueur aimant les RPG ou rpg-like. Mon panthéons des jdr est composé pêle-mêle de […]

nouveau test de jeu : RUST , survie, construction de maison et radioactivité !

Parmi les jeux que j’ai pu tester depuis mon dernier billet (oui je sais, je fais beaucoup de billet parlant de jeux vidéos, mais pour diverses raisons je fais 1 ou 2 nuits d’insomnies par semaine et le mieux pour faire passer le temps, c’est encore de jouer), il y a RUST. Alors RUST est […]

Jeux vidéos de début d’année.

Les vacances de Noël sont finis et en attendant mais pas l’hiver. Pour se réchauffer au coin du PC, le soir, rien de mieux qu’un bon petit jeu et plus spécialement qu’un bon petit jeu d’exploration de donjons. Il y en a deux que j’apprécie tout spécialement et cela depuis quelques semaines. C’est Dungeons of […]

Jeux vidéos 2013

Je n’ai pas énormément joué cette année. Enfin j’ai pas mal profité de mes vacances de Noël pour rattraper mon retard. Mais j’ai suffisamment joué pour faire un petit retour sur mes découvertes, alors je ne vais pas tenter de faire un classement chronologique ni même par degré « d’amour » mais juste comme cela me vient. […]

Space Origin, retour sur un MmoWeb prometteur et son Alpha 3

Je joue au MmoWeb depuis longtemps, trop longtemps peut-être. Je suis tombé dedans en avril ou mai 2001 lorsque j’ai découvert Fondation, un jeu directement tiré du cycle d’Asimov (et qui a été lancé en février 2001). Depuis je n’ai pas arrêté de jouer à différents MmoWeb , y jouant même parfois plus qu’à de […]

Premiers retours concernant les jeux google plus

Les jeux google plus ont fait leur apparition la semaine dernière en fin de semaine. Les plus chanceux (ou pas) d’entre nous on pu les tester dés vendredi (voire même jeudi peut être). La plus grande innovation consiste dans le fait d’avoir mis en place un flux séparé, opportunément appelés Jeux pour les posts (disons […]