Oct 302009
 

Me revoilà donc pour le désormais presque célèbre billet mensuel de la django-app du mois. Comme d’habitude, je le fais sur le fils, limite à être en retard. Mais c’est bien normal, après tout il me faut bien un mois complet pour choisir, tester à fond et rédiger un magnifique billet concernant l’app du mois.

L’app d’octobre est donc django-tagging. Qui comme son nom l’indique sert à taguer des models.

Où on le trouve, comment on l’installe, tout ça quoi ?

On le trouve, très simplement sur google-code, sur sa page projet.  Pour l’installation, là aussi c’est du très classique :

  • pip
  • easy_install
  • télécharger un tar.gz
  • utiliser le svn de google-code

moi j’ai choisi, une fois n’est pas coutume d’utiliser easy_install.

Niveau documentation ?

Un fichier en ReStructuredText, accessible directement sur le site et présent dans les sources donne la doc et des exemples d’utilisation. Il n’est d’ailleurs par forcément à jour. Certaines fonctionnalités décrites comme étant dans la version de dev sont en fait dans la 0.3

En plus, trois petites pages sont présentes sur le wiki :

  • une pour parler d’un tips d’utilisation (avec des properties)
  • une pour les incompatibilité entre versions
  • une pour les idées et le planning

Ils sont où les murs alors ? ( ou qu’est ce qu’on peut faire avec django-tagging)

Ok, ce titre de chapitre est surement le plus pourris de ma carrière de créateur de titre de chapitre, mais tant pis j’assume.

Le configurer

Il y a quelques possibilité de configuration, en setant des variables dans le settings.py du projet. On peut par exemple forcer à ce que les tags soient en minuscule ou donner la longueur maxi d’un tag.

L’utiliser

On peut donc taguer des instances de model. Mais bon en disant cela, j’ai rien dit. En fait on peut register des models pour pouvoir ensuite simplement rajouter des tags (ou les lister) aux instances de ces models.

On peut également passer directement par les managers de Tags, fournit par l’app, pour taguer des instances.

L’utiliser encore plus

il y a quelques fonctions utilitaires fournis avec l’app.

On pourra par exemple ( avec la fonction get_intersection_by_model) récupéré le sous-ensemble des instances contenu dans le queryset passé en paramêtre 1 qui sont tagués avec tout les tags d’une liste passé en paramêtre 2

De même avoir toutes les instances d’un models tagués par un ou plusieurs tags est possible avec la fonction get_by_model, mais aussi les unions d’instance ou les groupe d’instance ayant les même tag qu’un autre objet …

Et aussi (et presque surtout aurais-je envie de dire) la fonction calculate_cloud qui permet de calculer le nuage de tag en calculant une taille de font pour chacun des tags passé en paramètre. (l’algorithme utilisé pour le calcul est configurable, en plus)

afficher les tags

Avec 4 templatestags différent pour afficher le nuage de tag, tout les tags d’un objet, tout les objets (d’un model précis) tagués avec un tag précis, ou tout les tags qui sont reliés à un model (enfin à ses instances, vous m’avez compris)

Conclusion.

Même si la façon d’ajouter un tag peu sembler un peu alambiqué (pour pouvoir avoir des tags avec des espaces, ou avec des espaces plus des guillemets, etc .. ) , c’est vraiment une bonne app, qui ne fait qu’une chose, mais qui le fait très bien. Donc, je ne peux que conseiller son utilisation.


Flattr this!

  One Response to “Django-tagging, et le tag est en toi”

Sorry, the comment form is closed at this time.