Aug 262011
 

Je connaissais Philippe Tessier de réputation, comme étant le créateur du monde de Polaris (même si je n’ai pas encore eu l’occasion de jouer à Polaris, à mon grand regret). Aussi quand Jacques Martel m’a proposé de nous mettre en relation pour que je lui propose une MadInterview, j’étais le plus heureux des MadIntervieweurs. Voici donc sa MadInterview.

1 Si tu devais te présenter en trois phrases, que dirais-tu ?

Je suis un passionné de jeu, de littérature et de cinéma. La seule chose dont je ne manque pas est l’imagination. Sinon, j’aime beaucoup discuter de tout et de rien et cela me pousse souvent à me coucher tard quand je partage un repas avec des amis.

Ta cyber life

2 Tiens-tu des blogs ?

Non, mais j’ai un site internet consacré au jeu Polaris. Mes talents d’informaticien étant ce qu’ils sont, j’ai la chance d’avoir un ami qui s’en occupe pour moi.

3 Lesquels (les liens sont acceptés) et de quoi parlent-ils ?

Le site Polaris est principalement consacré au jeu de rôle et aux romans se déroulant dans cet univers mais j’y évoque aussi mes autres actualités quand il y en a. C’est une source inépuisable d’inspiration grâce à la participation active des membres du forum qui me soutiennent depuis des années.

4 En tenais-tu d’autres avant et si oui, pourquoi les avoir arrêtés ?

Non, c’est le premier.

5 Plutôt Twitter (identi.ca) ou Facebook ? Quelles utilisations as-tu des deux ?

Je n’utilise pas du tout Twitter . Quant à Facebook, ça se limite à garder le contact avec certains amis et à annoncer les sorties de mes romans. J’ai un peu de mal avec les « réseaux sociaux ».

6 Es-tu addict au net ? Si oui, as-tu une ou deux anecdotes à ce sujet ?

Non pas vraiment. J’utilise le net comme un outil qui facilite mon travail ou l’échange d’informations mais ça reste assez limité.

7 Sur le net où peut-on te trouver ?

Sur le site Polaris, le site du sden et celui de l’Atlas Polaris (http://www.atlas-polaris.com/) mais il est possible que je me mette cette année à fréquenter assidûment les sites proposant des jeux de plateau en ligne comme Brettspiel ou Vassal forge. Je fréquente aussi pas mal Tric trac.

Le boulot

8 Écrire, c’est ton unique boulot ou tu en as un autre à côté ?

Fort heureusement, j’en ai un autre car écrire ne me permet pas de gagner ma vie.

Branchement dont vous êtes le héros : si tu as répondu «j’ai un autre boulot à côté» à la question 8 passe à la question 9, sinon à la 11.

9 Quel est donc ton autre emploi ?

J’ai d’abord œuvré dans la traduction de jeux de rôles et de jeux de plateau puis dans celle des jeux vidéo. Depuis cinq ans maintenant, je travaille pour un magazine de poker dont je traduis les articles.

10 Comment partages-tu ton temps entre tes deux boulots ?

Mon travail de salarié a toujours la priorité mais comme je m’organise comme bon me semble à partir du moment où le boulot est fait cela me laisse une certaine marge de manœuvre. Maintenant, je dégage aussi du temps pendant les soirées et les week-ends.

11 Penses-tu qu’il est possible aujourd’hui pour un auteur qu’on n’invite pas à la TV ou à la radio de gagner sa vie avec sa plume ?

Grande question. Il est clair qu’un passage à télévision ou dans un grand quotidien aide considérablement à se faire connaître mais pour y arriver c’est horriblement difficile. Je crois cependant que c’est possible à partir du moment où l’on réussit à attirer l’attention. Mais le gros problème c’est qu’il y a tellement de titres qui sortent chaque année qu’il relève du chemin de croix de se faire remarquer dans la masse.

12 Ton premier boulot a été, je crois, de monter une boutique de jeux. Avec le recul était-ce une bonne expérience  ? Le referais-tu  ?

Oui, l’Arche perdue ! ça a été une bonne expérience mais j’aurais sans doute dû arrêter beaucoup plus tôt parce que je ne suis pas un très bon gestionnaire. Cependant, je ne suis pas certain que je le referais si on m’en donnait la possibilité car je pense que j’aurais dû choisir une autre voie qui m’aurait permis de me lancer plus rapidement dans l’écriture. Maintenant, ce commerce m’a permis de rencontrer des gens qui m’ont beaucoup apporté et aidé.

L’écriture

Je sais que tu écris à la fois des romans et que tu inventes des JDR. Les questions suivantes sont bien entendu pour tes deux facettes d’auteur, romans et JDR.

13 Quand as-tu eu envie d’écrire ? Quand as-tu commencé «pour de vrai» ?

J’ai commencé à écrire des petits trucs vers la fin de mon adolescence. J’avais vraiment envie de raconter mes propres histoires mais, au début, ce n’était pas très concluant. Le premier travail sérieux dans lequel je me suis lancé a été le Cinquième Âge en 1993. C’est un roman assez court sur une légende amérindienne. Après il y a eu un passage à vide de quatre ans et j’ai vraiment commencé à écrire avec Polaris et la Cité des âmes.

14 Mais au fait, pourquoi écris-tu ?

Par envie, parce que j’aime raconter des histoires et les partager avec les autres. Mais aussi par besoin car quand on a beaucoup d’imagination, plein de scènes et de situations qui se bousculent dans la tête, il faut trouver un moyen pour que ça sorte.

15 Comment écris-tu ? As-tu un cérémonial précis (lieu, horaire ou autre) ?

Pas vraiment. Cependant, j’écris généralement le matin et dans un endroit calme. Je serais incapable d’écrire dans un lieu public, comme certains.

16 Y a-t-il des auteurs qui t’ont influencé, qui ont «modelé» ce que tu écris ? Lesquels et quels écrits plus spécifiquement ?

Tout ce que je lis influe sur mon travail mais je dois en citer quelques-uns plus particulièrement l : Christian Grenier, car c’est lui qui m’a donné l’envie d’écrire quand j’étais gamin avec Le montreur d’étincelles. Terry Pratchett, Neil Gaiman et le réalisateur Tim Burton pour leurs univers à part et leur manière d’écrire (ou de filmer) si particulière. C’est vraiment vers ça que je veux tendre avec mes derniers livres comme Tire-d’Aile ou Sélénie des Terres Mortes. Enfin, je dois citer Victor Hugo et Baudelaire… difficile de faire mieux.

17 Et puis qu’écris-tu ? As-tu des univers précis que tu développes peu à peu ou alors c’est à chaque texte un monde différent ? Raconte-nous.

J’aime inventer des univers. J’écris donc pour l’instant des romans de science-fiction ou de fantasy mais j’ai quelques idées pour des livres plus concrets. Si l’on prend Polaris, par exemple, il est clair que c’est un univers que je compte détailler sur plusieurs livres car je commence à le connaître par coeur et parce qu’il y a beaucoup à dire. Mais je dois avouer que j’aime particulièrement inventer de nouvelles choses. C’est pour cette raison que mes nouveaux cycles se limiteront sans doute à trois tomes grand maximum. Je veux explorer d’autres mondes, d’autres situations.

18 Que penses-tu des DRM ?

La Gestion des droits numériques ? Je n’ai pas vraiment d’idée sur la question. En fait, je suis un peu enfermé dans ma bulle et je dois avouer que j’ai du mal à me faire des idées dans ce domaine.

19 Le numérique adapté aux bouquins, tu en penses quoi ?

Pourquoi pas mais, honnêtement, je n’arrive pas à concevoir qu’on puisse lire sur un autre support qu’un bon livre en papier. Mais si c’est bien encadré et que ça incite les gens à se porter sur le livre traditionnel, ça peut être une bonne chose. Cependant, je crains que cela ne donne rien de bon. Il est encore trop tôt pour en juger. D’un coté, cela peut permettre de diffuser très rapidement une œuvre, de la faire connaître et de la rendre accessible au plus grand nombre. D’un autre, cela fait courir le risque d’enfoncer encore plus les libraires et les éditeurs traditionnels. Si la lecture se fait sur un écran de tablette, je crains que cela ne devienne un produit comme un autre, quelque chose de vite lu et de vite oublié… Il n’y a plus la magie d’une belle bibliothèque, d’un beau livre bien relié. Je crois que ça peut être un excellent outil de promotion surtout pour les jeunes auteurs qui cherchent à se faire connaitre mais il ne faut pas que ça aille trop loin.

20 Les licences libres, pourrais-tu imaginer publier des choses sous une licence libre comme la licence art libre : http://fr.wikipedia.org/wiki/Licence_Art_Libre, que ce soit oui ou non pourquoi une telle réponse ?

Comme pour le DRM, ce n’est pas un sujet sur lequel j’ai vraiment réfléchi. Pour l’instant je répondrai non mais tout est possible. Inventer un univers et le laisser exploiter par les autres quand on n’a pas l’intention de le développer soi-même peut s’avérer une bonne idée.

Branchement dont vous êtes le héros : si tu as répondu que tu ne pensais pas un jour publier en licence libre va à la question 21 sinon passe à la 22.

21 Est-ce que tu as répondu non à la question 20 parce qu’il est difficile de transposer les business existants au niveau du logiciel libre dans le domaine de l’art libre ?

Non, surtout parce que tout cela est assez confus pour moi.

22 Revenons-en à l’écriture, comment te viennent les idées ?

N’importe comment ! En fait c’est un vrai chaos et je dois souvent faire le ménage. Mes idées me viennent n’importe où, n’importe comment : au restaurant, en dormant, en discutant, en regardant les gens dans la rue ou un simple nuage (pour Tire d’Aile). Pour Le cinquième Âge, je me souviens que j’avais regardé Little big man la veille. Le lendemain à mon réveil j’avais en tête le roman. Bien entendu, le cinéma, les BD, la lecture ou les jeux sont autant de sources d’inspiration inépuisables.

23 Si tu avais un ou deux conseils à donner aux jeunes auteurs pas encore publiés qui vont lire tes mots, tu leur dirais quoi ?

Il faut être objectif, humble et ne pas craindre les avis des autres. Il est largement conseillé d’avoir une autre activité car ceux qui vivent de leur plume sont rares. Il y a énormément d’auteurs et très, très peu en feront leur métier principal. Cela n’empêche absolument pas d’espérer qu’un jour ce sera le cas. Trouver un éditeur est difficile et il faut se montrer patient. Ecrire est souvent frustrant et décourageant mais si vous croyez en ce que vous faites et que d’autres y croient aussi, n’abandonnez pas.
Autre solution : trouver un mécène… pas facile non plus !

Branchement dont vous êtes le héros : si tu as répondu «va plutôt chercher un vrai boulot» à la question 23 va à la question 24 sinon passe à la 25.

24 Bon et à part ce conseil là, tu n’as pas un autre vrai conseil pour ceux qui voudraient écrire et finir par se faire publier ?

Ben, je n’ai pas franchement répondu ça mais en substance… c’est en gros ça. Plus sérieusement, comme 99,99% des auteurs, écrire est une activité « en plus » d’un travail plus stable.

25 Est-ce que ce fut difficile de trouver un éditeur ? Comment as-tu fait ?

Pas difficile mais long. Enfin mon cas est assez particulier. En fait, je me suis fait éditer de deux manières. La première, avec Polaris, a été la plus simple car j’avais déjà un univers de jeu qui était publié donc je n’ai pas eu trop de mal à proposer les romans. Mais comme je voulais être certain d’intéresser d’autres personnes que les joueurs, j’ai cherché pendant de longues années un autre éditeur plus « classique ». Pour cela il me fallait écrire des romans détachés du jeu : Sélénie des Terres Mortes et Les chroniques de Tire-d’Aile. Là les choses se sont nettement corsées. On revient à la case envoi des manuscrits à tout le bottin et réception des lettres de refus que je collectionne. Cela m’a tellement découragé que j’ai failli arrêter. Puis j’ai reçu une lettre d’une dame au Québec qui gère une société d’édition et qui m’a dit qu’elle ne pouvait pas prendre mes livres (ce n’était pas ce qu’elle faisait) mais que je devais insister. Parallèlement j’avais sollicité l’avis des internautes sur le site Anicefiction et je n’avais eu que des retours extrêmement positifs. Un jour, je reçois même un coup de téléphone de la directrice littéraire de Plon jeunesse qui me dit qu’elle a aimé mes livres mais qu’elle ne pouvait pas les prendre pour une obscure raison. Ça a été à la fois désespérant (car généralement quand un auteur reçoit un coup de fil, c’est qu’il est édité) mais aussi particulièrement enthousiasmant puisqu’elle s’était donné la peine de m’appeler. Enfin, madame Christine Féret-Fleury d’Oskar a pris Sélénie et Tire-d’Aile a été choisi par Coralie de BBE.
Maintenant, il faut être bien conscient d’une chose : tant que vous ne vendez pas des milliers d’exemplaires, vous n’avez aucune certitude de voir votre prochain livre publié (et même en en vendant des dizaines de milliers). Cela signifie qu’il est fréquent de devoir tout recommencer à chaque fois.

26 Ça se passe comment d’ailleurs les relations avec un éditeur ? Est-ce qu’il a un droit de regard sur le texte ? Si oui, jusqu’à quel point ? Et comment on gère en tant qu’auteur d’avoir des gens qui demandent de modifier son texte ?

Ça dépend des éditeurs. L’éditeur a bien entendu un droit de regard mais ce n’est pas l’inquisition. C’est surtout un travail en commun. Par exemple, pour Sélénie, j’ai été publié dans une collection jeunesse. Aussi, la directrice de publication a revu mon livre en fonction de cette particularité et m’a soumis ses corrections. Après je peux dire ce que j’en pense, les accepter ou les refuser. Mais en règle générale ce sont souvent des conseils avisés.
Il faut bien se dire que lorsqu’un éditeur publie un livre, c’est qu’il y croit, aussi cela ne me pose aucun problème de modifier mon texte si cela ne fait que l’enrichir (ce qui est le plus souvent le cas). Ce qu’il y a de plus pénible à gérer, c’est de devoir supprimer des passages entiers parce que le livre est trop gros. Là, c’est vrai que ça fait mal au cœur. Il y a aussi des choses que j’ai refusées comme modifier radicalement un personnage pour qu’il plaise à une certaine tranche d’âge. Ça a été le problème posé par Tire-d’Aile quand il avait retenu l’attention de Plon.

27 L’autoédition tu en penses quoi ?

J’aime beaucoup ce que font les nouvelles sociétés numériques qui proposent de vous éditer à des coûts raisonnables ou de publier vos textes sur internet ou même de corriger ce que vous faites. C’est un outil précieux pour ceux qui veulent avoir des avis, des conseils ou qui veulent tout simplement écrire pour quelques amis et la famille. Le système de l’impression à la demande est intéressant.
Par contre, il existe beaucoup de petites sociétés d’autoédition particulièrement malhonnêtes qui font payer des sommes exorbitantes pour tirer quelques centaines de livres qui finiront au pilon. Dans l’édition classique, il faut fuir ce type de structure. Un auteur, s’il est choisi par un éditeur, n’a pas à s’acquitter de tous les risques financiers. Il n’a pas à débourser un seul centime diront certains.

28 Est-ce différent d’écrire des romans et d’écrire des bouquins de JDR  ? Si oui en quoi  ?

Un roman doit être structuré avec un rythme, avec une cohérence, un fil narratif qui tienne la route et des personnages qui intéressent les lecteurs. Un jeu, c’est avant tout une description de différents aspects d’un univers. C’est donc un travail très différent même s’il y a certains points communs. Alors que pour un livre j’ai besoin de progresser de manière assez linéaire, avec un jeu je peux m’intéresser un jour à tel aspect du monde puis le lendemain à un autre avant de revenir sur le premier deux mois plus tard. J’écris en ce moment le supplément République du Corail pour Polaris. La semaine dernière, je traitais des champs de Coraux, cette semaine des armures de combat de la République et dans deux semaines j’aborderai les personnages majeurs. C’est donc très varié. Si je bloque, je passe à autre chose. Pour un roman, j’écris chapitre après chapitre et si je bloque… ça n’avance pas.

Ta vraie life, quand tu n’es pas au boulot

 

29 Ton bureau chez toi, à quoi ressemble-t-il (si tu as une photo) ?

Pas de photo mais c’est un bureau simple aménagé dans le garage avec deux PC, une table toujours en fouillis et des étagères qui débordent de jeux et de dossiers.

30 Tu t’investis dans des trucs précis (projets divers, art, asso…) ?

Non, pas vraiment, j’ai déjà du mal à m’occuper de tout ce que je dois faire. Et puis mes enfants me prennent pas mal de temps…

31 Parle nous plus d’une de tes passions non jeux vidéo, JDR, bouquins (depuis quand, en quoi ça consiste, pourquoi tu aimes…)

Les figurines/statuettes et les livres d’art/portofolios de peintre comme Siudmak, Chris Foss, etc. Pour les figurines, j’ai toujours adoré ça mais comme ce n’est pas donné, je me limite à quelques collections. Pour les livres d’art et les portfolios, j’ai malheureusement dû arrêter par manque de moyens.

Jeux vidéo

32  Joues-tu ou as-tu joué à des jeux vidéo ?

J’y ai beaucoup joué mais par manque de temps, désormais je me limite à deux ou trois jeux par an.

Branchement dont vous êtes le héros : si à la question 32 tu as répondu «oui» va à la question 33 sinon passe à la 38 (tes réponses peuvent être au passé si tu as arrêté).

33 A quoi joues-tu ? Tu aimes quoi comme types de jeux ?

J’aime un peu tout mais j’ai un petit faible pour les grands jeux d’aventure comme Mass Effect ou Oblivion et les jeux très dynamiques comme Dead Space ou Crysis.

34 Ton premier souvenir de jeux vidéo ?

Un Might and Magic, le 3 je crois, Isles of terra.

35 Ton dernier coup de cœur ?

Dead space et Bioschock 2. Ce sont vraiment deux jeux que j’ai adorés et qui, en plus, sont assez rapides (beaucoup trop pour Dead Space).

36 Atari 2600, Master System ou NES  ?

Il me semble avoir joué sur la NES… pas certain.

37 Les jeux en mode texte, comme NetHack ou autre, tu connais ? Tu pourrais y jouer aujourd’hui ?

Je ne connaissais pas NetHack. Ça a l’air assez sympa. C’est bien entendu des choses auxquelles je pourrais jouer mais il y a tellement d’activités de nos jours qu’il faut faire un choix.

Les bouquins

38 Tu lis ? Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ?

Je dirais modérément. J’ai un rythme de lecture assez lent car j’aime profiter à fond d’un bon livre. J’ai des amis qui sont capables de se taper deux livres par semaine, moi c’est, au mieux, deux par mois.

39 Tu lis de tout ou tu as des styles de prédilection dont tu ne sors pas  ?

Je lis de tout mais j’ai une nette préférence pour les univers fantastiques ou pour la science-fiction.

40 SF, MedFan, Bitlit, tu as un préféré ?

Non pas vraiment. Cependant, je n’ai aucune attirance particulière pour la Bitlit (je ne crois pas en avoir jamais lu un).

41 En ce moment tu lis quoi ?

Grâce à l’excellente série télévisée du même nom, j’ai récemment découvert Le trône de fer. J’hésitais à le lire… à tort.

42 Ton livre préféré ?

Je ne peux pas avoir un livre préféré. Il y en a tellement de bons. Je parlerai donc des livres qui m’ont le plus marqué et qui me viennent immédiatement à l’esprit. En vrac : La maison des damnés, Le seigneur des anneaux, Dune, Les misérables, Les travailleurs de la mer, Des fleurs pour Algernon, Demain les chiens, Je suis une légende, 1984, Le disque-monde, etc.

43 Le livre que tu as détesté lire et que pourtant tu as fini ?

Aucun si l’on ne prend pas en compte ceux qu’on nous donne à lire à l’école. Là, il y en a pas mal.

44 Et si tu devais me conseiller un livre (en français) ? Un livre qu’il faut que je lise pour ne pas avoir raté ma vie et qui en plus me plaira ?

Je dirais les Misérables… Des fleurs pour Algernon aussi… en fait, toute la liste de la question 42 et d’autres encore. (ndMrJmad : le seul que je n’ai pas lu de ta liste étant les travailleurs de la mer, je vais tenter de le lire 🙂 ).

Jeux de rôles

Si nécessaire, parce que tu ne joues plus, tu peux répondre au passé aux questions suivantes.

45 Tu joues à quel style de jeux ? Plutôt joueur ou MJ ?

Aujourd’hui je me consacre uniquement aux jeux de plateau. Sinon, avant, c’était plutôt en tant que MJ. Je jouais absolument à tout que le système soit simple ou compliqué : post-apo, médiéval, SF, horreur, etc.  Mais ce sont certainement DD, Gamma World, Runequest, Shadowrun, Rift, l’Appel de Chtulhu et Jorune qui m’ont le plus marqué.

46 Pourquoi aimes-tu jouer aux JDR ?

Pour l’aventure et surtout pour le côté convivial de cette activité. J’aime retrouver régulièrement mes amis autour d’une table pour partager un moment d’évasion mais aussi une franche partie de rigolade.

47 Le premier JDR auquel tu as joué  ? Quel âge avais-tu  ?

DD je pense et je devais avoir une quinzaine d’années.

48 Le type de tes personnages  ? Brun ténébreux, femme fatale à forte poitrine, vieux papy chauve ou tout autre  ?

De tout. Je n’ai aucun personnage de prédilection. Par contre, j’ai toujours essayé d’en trouver qui soient originaux, qui soient différents des standards de base.

49 DD4 tu en penses quoi  ?

J’ai les livres mais je n’y ai jamais joué. Je suis assez nostalgique du premier ADD qui reste pour moi, globalement, le meilleur jeu de rôles qui ait été fait. J’ai entendu à la fois beaucoup de mal et beaucoup de bien de DD4 mais je ne le connais pas assez pour avoir un avis. S’il attire de nouveau joueurs, c’est l’essentiel. Si ce n’est pas le cas, il faut passer à autre chose.

50 Ton personnage actuel, qui est-ce   (background, description, faits d’armes, amuse toi ☺) ?

Ben, je n’en ai plus vraiment. Je peux donc uniquement parler de mon vieux sorcier à Runequest que j’ai joué une dizaine d’années et dont je suis particulièrement fier car il n’a pas eu la vie facile dans cet univers où les gens comme lui sont mal vus.

51 Un souvenir de partie qui t’a spécialement marqué  ?

Il y en a tellement qu’il faudrait des pages et des pages pour tous les évoquer. En tant que MJ c’est certainement une partie de Gamma dans le scénario The cleansing war of Garrick Blackhand. Il y a une scène à la Mad Max avec camions et voitures absolument délirante. On y a passé la soirée mais je me suis rarement autant amusé.

52 Est-ce que tu connais http://histoiresderolistes.com  ? Le site, géré par moi-même, qui permet de partager ses histoires de rôlistes  ?

Non mais maintenant je vais pouvoir aller voir ça de plus près.

Question pour me faire mousser

 

53 Est-ce que tu lis le Mad Blog ? Pourquoi (que ça soit oui ou non) ?

Ben, je le découvre en fait. Je vais donc de ce pas me mettre à l’éplucher et il est bien évident que je le lirai régulièrement.
Allez, on a presque fini, quelques dernières questions pour vraiment te connaître…

 

54 Tu es plus Nathan Fillion ou Felicia Day  ? Pourquoi ?

Aucun des deux. Je ne jure que par Sean Bean depuis le Trone de fer. Il était déjà impérial dans le Seigneur des Anneaux mais là il devient…. mémorable.

55 Si tu devais choisir un bouquin, un bon film, une série cool, une série pourrie, un nanard, tu choisirais quoi (choisis un de chaque et si possible donne une explication) ?

 

  • Les Misérables pour le livre (le meilleur livre que j’ai lu),
  • Alien pour le film (est-ce nécessaire de l’expliquer ,),
  • Battlestar Galactica pour la bonne série (à moins que ce ne soit le trône de fer… ou bien encore Farscape),
  • la première série Galactica pour la pourrie,
  • Rayon Laser pour le nanard (au fait dans l’interview de Jacques Martel, il s’est trompé sur le titre de son film, ce n’est pas Excalibret mais Dungeonmaster).

56 Si tu devais choisir un événement que tu as vécu, un seul, pour te définir, tu choisirais lequel ?

Ça c’est une question particulièrement difficile. Franchement, je n’en sais rien du tout.

57 Ton pire souvenir scolaire ?

L’école ! Jusqu’en première. C’set là que j’ai commencé à rencontrer des professeurs qui ont beaucoup compté pour moi dont une prof de français à qui je dois beaucoup, mademoiselle Richetin.

58 Quand tu étais petit, tu voulais faire quoi comme métier ?

Astronaute… j’ai même passé des tests dans un hôpital, militaire pour savoir si c’était envisageable… Les toubibs ont beaucoup rigolé.

59 Quand je dis chaussette, tu penses à quoi en premier ?

Aux annales du Disque monde de Terry Pratchett. Dans le Père Porcher, il y a une créature qui vole les chaussettes.

60 Tu es plus hamburger ou sushi ?

Ni l’un ni l’autre.

Juste avant la fin, un peu de liberté

61 Une question à laquelle tu aurais aimé répondre et que je ne t’ai pas posée ?

Euh… là comme ça je ne vois pas trop.

62 Et donc, la réponse ?

Ben ça dépendrait d’une éventuelle question à laquelle j’aurais pensé mais comme ça n’a pas été le cas il n’y en a pas.

63 Un coup de gueule à passer ?

J’évite les coups de gueule, ça n’avance pas à grand-chose…

64 Un sujet qui te tient à cœur et dont tu veux parler à ceux qui lisent ton interview ?

Achetez des livres et jouez.

 

Le mot de la fin, en 17 mots ? (ce qui fait les 17 mots de la fin)

Mais comment diable voulez-vous que je fasse pour conclure cette interview en seulement dix-sept mots ? (le compte y est non ?)


Flattr this!

 Posted by at 16:37

  2 Responses to “Madinterview de Philippe Tessier auteur entre autre du jdr Polaris”

  1. […] d’exceptionnel mais les fans iront sans doutes la lire tranquillement : Mad Blog Répondre Click here to cancel […]

  2. Merci Philippe pour le rectificatif de la question 55.
    La réplique “tu seras mon héros, je t’appellerai Excali…” m’a tellement marquée, que je l’ai associée au titre. Je constate que ta mémoire est bonne, à moins que tu n’aie poussé le vice jusqu’à te procurer un copie du film… Ce qui ne m’étonnerai pas (la copie du film).

Sorry, the comment form is closed at this time.