Oct 212010
 

Les hivers en Ilderland sont longs, rudes et glacés. La neige tombe sans interruption pendant de nombreux mois. Les vents froids s’amusent à gifler ceux qui se risquent à sortir. L’hiver est si terrible que les loups viennent aux coins des maisons fouiller les ordures qui traînent, gelées. Et, au plus profond de l’hiver, lorsqu’il fait si froid que l’air que l’on respire nous brûle la poitrine, il parait qu’alors, certaines nuits, les croquemitaines sortent de leur cachette et viennent toquer aux fenêtres des maisons, espérant qu’un petit enfant curieux leur ouvrira et qu’ils pourront le kidnapper et le dévorer.

IlderBourg, la capitale, n’est pas épargnée par le froid de la morte saison, bien au contraire. Perchée toute en haut de l’unique montagne du pays, elle grelotte, glacée, essayant de résister tant bien que mal aux assauts du blizzard, en attendant impatiemment le printemps. Des feux brûlent à chaque coin de rue. Des pages du Roi parcourent les rues, répandant du sel au sol pour empêcher qu’il s’y forme du verglas. Pourtant, chaque année, lorsque le printemps arrive et que les bonhommes de neige fondent, les préposés au nettoyage des ruelles se rendent compte que certains étaient en fait de pauvres hères morts de froid, gelés et recouverts de neige.

Le vieux Roi, lui, adore l’hiver. Le vent froid, la neige blanche et pure lui rappelle sa jeunesse et les guerres qu’il a dû mener pour protéger l’Ilderland alors qu’il n’était qu’un jeune prince. Il se promène souvent dans la cour de son château, emplissant ses poumons du parfum de l’hiver tandis qu’il lui semble entendre à nouveau les bruits des batailles de sa jeunesse, les cris d’agonie des soldats, le bruit des épées s’entrechoquant et les cris des corbeaux qui tournent au dessus du carnage.

Ce jour d’hiver, comme chaque jour, le Roi se promenait. Alors qu’il marchait lentement le long du chemin de ronde de sa forteresse, contemplant son royaume, son regard tomba sur la chaumière appuyée contre le mur d’enceinte Nord, la demeure et l’atelier de son bourreau. Une épaisse fumée noire sortait de la cheminée de celle-ci et des bruits bizarres s’en échappait, à intervalles réguliers, d’abord comme si deux pièces de métal glissaient l’une contre l’autre, puis un bruit sourd, puis à nouveau le glissement des pièces de métal suivi du bruit sourd.

Intrigué, le vieux Roi décida de rendre visite à son bourreau.

Lorsqu’il entra dans la chaumière de son bourreau, il comprit  tout de suite d’où provenait les bruits bizarres qu’il avait entendu de l’extérieur. Ils émanaient de la machine à découper en fine tranches les prisonniers. Deux apprentis du bourreau s’affairait autour d’elle, l’utilisant sans cesse, se servant de mannequins à la place de prisonniers. Après chaque découpage, ils prenaient des notes puis modifiaient les poids qui actionnaient les lames découpeuses.

Alors qu’il pensait sa curiosité satisfaite, il remarqua avec étonnement la grande hotte de métal qui chapeautait la cheminée à foyer ouvert. Cette cheminée était un élément essentiel de l’atelier du bourreau. Siégeant au centre de la chaumière, elle réchauffait la pièce et servait aux petits travaux de forge que demandait la construction des machines à torture. Enfin, elle permettait de chauffer à blanc les lames, pinces et autres instruments que Nilgor utilisait lorsqu’il pratiquait  son art dans sa chaumière. Mais, le Roi ne comprenait pas à quoi pouvait servir la grande hotte de métal. Un long tuyau noir sortait de la hotte et la reliait à une deuxième hotte placée juste au-dessus de l’établi du maître des lieux. Un des assistants de Nilgor, juché sur une espèce de monture en fer, pédalait de toutes ses forces, entraînant ainsi tout un ensemble de poulies et de câbles reliés au grand tube noir de métal.

Nilgor qui travaillait sur sa planche à dessin rudimentaire, se leva en sursautant et salua bien bas le Roi tout en bégayant légèrement.
“Messire, quel honneur de vous avoir dans ma modeste chaumière. J’en suis ravi. Je voulais justement vous montrer les plans de ma nouvelle machine, une vraie merveille, une avancée phénoménale dans la façon de penser la tor…”.

Le Roi, sans attendre la fin de la tirade de Nilgor le coupa d’un geste de la main et d’un “plus tard” tranchant.
“Avant de me montrer votre nouvelle création, expliquez-moi à quoi sert cette bizarre machinerie, maître bourreau”, ordonna le Roi tout en montrant la grande hotte, les tubes de métal noir, les poulies et l’apprenti qui s’échinait toujours sur ses pédales.

“Trois fois rien, mon Seigneur, c’est une idée qui m’est venue récemment. Voyez vous mon Roi, je suis plutôt frileux et l’hiver il m’est très difficile de dessiner des plans corrects, le froid faisant trembler mes doigts. Alors j’ai inventé ce dispositif tout simple, il recueille l’air chaud qui se trouve au dessus du foyer et l’amène jusqu’au dessus de mon établi. L’air est déplacé grâce à des hélices logées dans les tubes et qui sont actionnées par mon assistant. Invention très ingénieuse, n’est-il pas mon Roi ?”

Le Roi acquiesça distraitement, tandis qu’il regardait à nouveau les apprentis utiliser la  machine à découper en fine tranches les prisonniers.
“Maître bourreau, que font donc vos apprentis avec cette machine ?”.
Nilgor saisit une lamelle d’un des gros mannequins qui traînait par terre.
“Vous vous souvenez sûrement Messire, les problèmes que nous avions eu avec la découpeuse lors de la dernière torture publique”.
“Bien entendu que je me souviens,” rétorqua le Roi. “Le royaume a du dédommager les spectateurs, cela nous a coûté une fortune, nous avons même du augmenter les impôts”.
Nilgor, honteux d’être indirectement responsable de la presque faillite du royaume, repris : “Je vous présente encore une fois toutes mes excuses mon Roi. Je ne pouvais prévoir que ce demi-ogre serait si gras et si gros. Il était impensable que les lames puissent ainsi se coincer a mi parcours. Pour que cela ne se reproduise plus, j’ai fait construire des mannequins de la corpulence de ce demi-ogre et mes apprentis testent la machine. Nous pourrons ainsi nous en resservir”.
Le Roi qui commençait déjà à s’ennuyer hocha la tête.
“Bien, très bien maître Bourreau, mais notre temps est précieux, montrez moi donc les plans de votre nouvelle machine”.
Nilgor ne se le fit pas dire deux fois et s’empressa de déplier les plans sur lesquels il travaillait avant que le Roi n’entre.
“Regardez Messire, l’idée est très simple, et c’est mon système de chauffage de ma planche à dessin qui me l’a inspiré. Cette machine est faite pour torturer deux gueux dont l’un des deux aura la vie sauve. Elle se compose de deux cages. Le fond de chaque cage est plongée dans de l’huile bouillante. A l’intérieur de chaque cage, il y a une plateforme sur laquelle est fixée le même mécanisme que celui-ci”. Nilgor montre alors l’espèce de monture sur laquelle un pauvre apprenti tout en sueur s’échine à pédaler.
“Vous voyez”, reprend Nilgor. “La plateforme est raccrochée à une tige à dents en métal. Cette tige permet de faire descendre ou monter la plateforme grâce à cette roue à dents que vous pouvez voir. Comme vous pouvez le voir sur le plan, la roue est reliée à un contrepoids par une chaîne. Lorsqu’on lâche le contrepoids, la plateforme, et donc le prisonnier, ont donc tendance à descendre lentement vers l’huile bouillante. C’est là qu’intervient ce bizarre mécanisme à pédales ainsi que le deuxième contrepoids, lui aussi relié à la roue à dents grâce à une autre poulie. Mais alors que le premier contrepoids fait descendre la tige et donc la plateforme vers l’huile bouillante, le deuxième contrepoids lui exerce une force opposée qui a donc tendance à ralentir ou même stopper la descente.”
“Mais alors Bourreau, jamais aucun des deux prisonniers ne frira et votre machine ne sert à rien, si personne ne meurt”
“Vous auriez tout à fait raison Majesté, si le deuxième contrepoids n’était pas une outre pleine d’eau mais, percée. C’est là toute l’astuce. Au fur et à mesure que l’eau s’écoule, l’outre s’allège et donc ne contrebalance plus le contrepoids de pierre. Le prisonnier se rapproche alors de l’huile. Le mécanisme à pédale que peut actionner le prisonnier permet de pomper de l’eau et de remplir l’outre. Donc, si le prisonnier pédale de toutes ses forces, il pourra ralentir ou même stopper la descente de la plateforme. A ce jeu là, il y aura forcément un des deux prisonniers qui se fatiguera et qui finira par frire lentement. L’autre aura la vie sauve”.
“Merveilleux maître bourreau, tout simplement merveilleux, encore une fois vous prouvez que vous êtes le meilleur”.
“Ce n’est pas tout, Messire” enchaîna Nilgor.
“J’ai eu une autre idée, celle de faire participer les spectateurs, vous voyez, les contrepoids sont en fait des sacs dans lesquels il y a un certain nombre de pierres. Voilà ce que j’ai imaginé, les spectateurs pourraient avoir le droit de rajouter des pierres dans le sac de l’un des deux prisonniers, celui qu’ils veulent voir être frit, cela permettrait d’impliquer les spectateurs dans la torture, je suis sûr qu’ils ador…”.
“Mais vous avez tout a fait raison mon Nilgor”, coupa à nouveau le Roi. “Nous pourrions d’ailleurs faire payer les spectateurs pour cela”, continue sa Majesté.
“C’est décidément une idée géniale que vous avez eu là, le royaume vous pardonne presque le fiasco du demi-ogre. Bien je vous laisse travailler maintenant, il faut absolument que cette magnifique machine soit prête pour la prochaine torture publique”.
Et tandis que Nilgor retournait s’activer sur sa planche à dessin, tandis que son pauvre apprenti suait sang et eau sur ses pédales, le Roi lui, repris sa petite promenade en rêvant aux recettes de la future séance de torture.


Flattr this!

  2 Responses to “Ep2 : Nilgor, bourreau de père en fils”

  1. Arrgggh ! T’avais raison, c’est affreux ! Tes PJs ne doivent pas s’ennuyer, hein ?

    • mes pièges et intriques sont quand même un peu moins létaux quand je suis MJ, sinon mes joueurs partiraient tous 🙂

      mais il y a quelques moments légerement sadique …pour leur plus grand plaisir, bien entendu.

Sorry, the comment form is closed at this time.