Jan 102010
 

Cela fait quelques temps que je n’avais pas fait de billet ‘théorique’ sur les mécanismes du jeu vidéo. L’actualité (on va dire ça comme ça) me donne l’occasion d’en faire un, non pas directement sur un mécanisme bien précis des jeux vidéos mais sur une appropriation par les éditeurs de logiciel non jeux vidéos (je n’allais quand même pas dire sérieux) de ces mécanismes.

1- Succès et titres, mais c’est quoi ça ?

1.1 Les succès

En anglais on les appelle achievement, en français vous les trouverez sous le nom de succès ou d’accomplissement. Le principe est très simple. Pour gagner un succès, il faut le débloquer. Pour le débloquer, il faut faire quelque chose ou N fois quelque chose (tuer 45 sangliers pour avoir le succès Boucher, se balader complètement nu pendant 10 heures de jeu pour avoir le succès naturiste). Suivant les jeux vous saurez ou vous ne saurez pas quoi faire. Savoir quoi faire simplifie les choses, vous n’aurez alors plus qu’à faire la chose en question. Ne pas savoir quoi faire rajoute un peu de piment à la chose, parce que vous allez devoir découvrir comment avoir le succès. Et quand vous l’aurez vu, vous croiserez les doigts pour rester le plus longtemps possible le seul à avoir ce succès là. Il existe également des succès ‘qui se moquent de vous’, comme le succès maladroit, par exemple, que l’on pouvait gagner dans un MMORPG après être mort souvent. Ou le succès lâche lorsque l’on s’enfuit trop de fois d’un combat.

Dans tous les cas, vous l’aurez compris, le mécanisme de succès a un seul but: vous faire jouer plus longtemps sans que vous vous ennuyez. En faisant appel à deux sentiments très courants chez les joueurs : l’ego et la fièvre du collectionneur.

L’ego, parce que oui, tout de même, vous ne pouvez pas être le seul de votre guilde a ne pas avoir ce succès là. Tant pis si vous devez chasser 3458 araignées géantes des abysses, tant pis si cela vous prend 34 heures, mais vous l’aurez ce succès et vous pourrez alors le clamer haut et fort et ainsi maximiser votre vie sociale comme jamais.
La fièvre du collectionneur, parce qu’il vous les faut les 532 succès du jeu. Il vous les faut tous, absolument. Ce n’est pas possible de contempler votre feuille de profil avec tous ses emplacements manquants. Non, vous les aurez tous.

Et puis les succès ont un avantage, c’est du contenu ludique facile à mettre en place et à ajouter (à propos des succès, un bon article qui en parle sur New Game +).

1.2 Les titres

Les titres, en fait c’est presque comme les succès. Sauf qu’en plus de pouvoir les gagner en faisant des choses, on peut aussi parfois les acheter, quand le jeu intègre une dimension économique.

Succès et titres ont toutefois des différences importantes :

  • Les titres sont souvent ‘uniques’. Imaginons que nous soyons dans un jeu médiéval fantastique où les titres de noblesse existeraient, il ne pourrait y avoir qu’un seul baron de la contrée des quatre collines ;
  • Vous pouvez les perdre. Si le titre correspond par exemple à une performance. Si un autre joueur fait mieux que vous, c’est lui qui gagne le titre (on se retrouve là avec la notion de champion de…) ;
  • Un titre peut être ‘anonyme’. Ce peut être un simple classement et le numéro un sera le meilleur, le champion donc.

2- Bon ok, et maintenant ?

Maintenant, je vais en venir au sujet de mon billet. A savoir, le fait que ces deux mécanismes commencent à être intégré dans des applications autre que les jeux vidéos. Un exemple, que j’ai découvert très récemment, c’est Foursquare. Foursquare est un réseau social tout neuf qui vous fait découvrir des endroits où vous pourriez aller (restos, bars, théâtres, discothèques…). A chaque fois que vous allez dans un lieu, vous gagnez un checkin dans ce lieu. Dès que vous avez un checkin dans un lieu, vous pouvez lire les avis laisser par les autres utilisateurs.

J’en avais entendu parlé mais cela n’avait pas plus piqué ma curiosité que ça. Jusqu’à ce que je reçoive un tweet, de @xpoxpo qui disait : “‘I just unlocked the “Newbie” badge on @foursquare! http://4sq.com/5SfMFD”. Étrange me suis-je alors dit… Qu’est-ce que c’est que ce truc de badge. Et je suis donc aller voir (j’ai même fini par créer un compte pour tester). En fait les badges c’est des succès. Vous avez le badge newbie (un passage dans un endroit), aventurer (10 passages dans 10 lieux différents), local (3 passages dans le même lieu), etc. Mais ce n’est pas tout. Il y a mieux. Il y a même la gestion des titres. Enfin, d’un titre pour être précis. Celui de maire (mayor) d’un lieu. L’utilisateur qui a le plus de checkin dans un lieu devient alors maire de ce lieu. Mais attention, dès qu’un autre utilisateur a plus de checkin que lui, hop c’est ce nouvel utilisateur qui devient maire de ce lieu.

3- Et l’intérêt de tout ça ?

3.1 Pour l’utilisateur

L’utilisateur lui permet de rajouter un peu de fun dans son expérience utilisateur. Il n’utilise plus simplement un logiciel, il joue en même temps, il s’amuse et il peut se mesurer aux autres utilisateurs, chose qui en ces temps de ‘web social’ et de ‘mesurage de qui a la plus grosse de toutes les manières possibles’ intéressent au plus au point les gens.

3.2 Pour les éditeurs

Là, les bénéfices sont les mêmes que dans le jeu vidéo. Les utilisateurs deviendront bien plus rapidement addict à un service si le service leur procure, en plus de ce pourquoi il est là, du fun. Et puis n’oublions pas les deux leviers sur lequel s’appuient le mécanisme des succès. Ego et esprit de collectionneur. Si je reprends l’exemple de Foursquare, le fait de savoir qu’il y a des badges à collectionner va créer une barrière à la sortie. Et le titre de maire, plus encore. Comment va réagir l’utilisateur lambda s’il se rend compte qu’il s’est fait ‘voler’ son titre de maire ? Il va foncer dans le lieu en question et faire en sorte de redevenir maire.

3.3 Mais encore…

Foursquare a d’ailleurs bien compris l’intérêt du titre maire. Et semble avoir réussit à le faire bien comprendre à certains des gestionnaires des lieux dans lesquels les utilisateurs vont. Pourquoi dis-je cela ? Parce que si vous allez sur cette page, vous aurez la liste des lieux qui offrent des réductions ou des verres gratuits au maire. De quoi rendre la bataille pour le titre de maire encore plus intéressante…

4- Mais dis moi, ce billet, c’est pas un billet sponsorisé pour Foursquare ?

Non, mais il se trouve que l’idée du billet étant venu en découvrant ledit service, il était donc facile pour moi de l’utiliser comme exemple. Un autre exemple de l’intégration des accomplissements dans une application non jeu vidéo que je pourrais citer (et d’ailleurs je le fais) c’est le Nokia Image Space. Pour plus d’infos sur cette intégration, il faut aller voir le pdf appelé ‘Applying Game Achievement Systems to Enhance User Experience in a Photo Sharing Service’ que vous pourrez récupérer sur cette page.

Pour finir, je rajouterais que cette démarche (utiliser les mécanismes des jeux vidéos dans des applications autres) me semble normale et va aller en s’accélérant. Et cela pour deux raisons :

  • Je pense que le principe du ‘c’est une application sérieuse, elle n’a pas besoin d’être jolie ou agréable à utiliser’ a vécu. Que de plus en plus, les applications, même de gestion, vont avoir tendance à s’embellir et à rendre leur utilisation plaisante. Et être plaisant à l’utilisation, ça, c’est un truc que savent faire les jeux vidéos ;
  • Les jeux ont le même problème que les applications web-sociales d’aujourd’hui. Faire en sorte que les utilisateurs les utilisent le plus longtemps possible. Par tous les moyens. Et les jeux étant plus vieux que les applications web d’aujourd’hui, il est normal que les secondes aillent piquer des idées éprouvées aux premiers.

(Sinon, pour la franche rigolade de fin de billet, en faisant quelques recherches sur le sujet, je suis tombé sur la description d’un vieux brevet logiciel américain qui ‘protège’ le fait de mettre en place un mécanisme d’accomplissement… Youpi… Regardez qui l’a déposé, le brevet).


flattr this!

  3 Responses to “Succès et titres : quand les mécanismes des jeux vidéos s’invitent dans vos applis”

  1. Intéressant.
    A noter que l’on retrouve depuis assez longtemps ce(s) principe(s) sur des sites/appli comme Stack Overflow (badges) et Reddit (trophies).

    • Ben voilà; j’aurais appris un truc. :)

      J’irais voir comment fonctionne ces deux sites dans le détails tiens.
      Merci de la précision.

    • j’ai testé pour stack overflow. Le mécanisme de badges / accomplissement est vraiment bien foutu, avec différents grades de difficultés suivant les badges, différents type de badges…

      Vraiment bien pensé.

Sorry, the comment form is closed at this time.