Oct 122011
 

(NdA : pour la petite histoire, j’ai imaginé cette nouvelle, un été, alors qu’en vacances chez mes beaux parents, je rangeais le panier à linge de ma belle-maman et que je me demandais qui s’occupait de dessiner les petits motifs sur ledit panier).

 

Georges avait 41 ans. Il pensait être quelqu’un d’important. Chaque soir, lorsqu’il rentrait chez lui, après qu’il se soit lavé les mains et les oreilles, sa mère le lui répétait. Pendant tout le repas, et jusqu’à ce qu’ils aillent se coucher après avoir passé leur soirée devant la télévision, elle ne cessait de lui dire combien il était spécial, doué, talentueux. Georges en était lui-même convaincu. D’ailleurs, il avait fait les Beaux-Arts et si il n’avait jamais été remarqué, si ses oeuvres n’avaient pas eu de succès, il savait que c’était simplement parce que les grands artistes ne sont jamais reconnus de leur vivant.

En fait, Georges était un raté. S’il avait fait les Beaux-Arts, ce n’était pas parce qu’il avait du talent, mais bien grâce aux relations de sa mère. Elle avait même réussi tant bien que mal, à force de pressions et de menaces, à ce qu’il ne soit pas renvoyé avant la fin. Après une longue période de déconvenues et de déceptions toutes plus humiliantes les unes que les autres, Georges, grâce à un ami de sa mère, avait fini par trouver du travail dans une grande fabrique de paniers en plastique.

Son entreprise fabriquait toutes sortes de paniers, des paniers à linge, des petits, des grands, des paniers en forme de tube, de cube ou d’étoile. Et Georges avait la difficile tâche de dessiner les différents motifs qui seraient imprimés, troués ou gravés sur les paniers. Peu à peu, années après années, il avait finit par se convaincre qu’il était l’un des piliers de son entreprise. Il avait constamment peur de perdre l’inspiration. Georges se figurait en effet que sans lui et son talent, la fabrique de panier dans laquelle il travaillait, son entreprise comme il l’appelait serait vouée à la faillite. De même, pour ne pas risquer d’oublier une idée géniale, il ne se déplaçait jamais sans un petit calepin sur lequel il dessinait ses esquisses de motifs. Ayant conscience de sa valeur, il ne parlait plus aux autres employés, les considérant comme de simples outils jetables suivants les volontés du marché. Bien entendu son attitude hautaine en avait fait la cible de tous les quolibets. Pour Georges, les sarcasmes de ses collègues était la preuve parfaite de leur jalousie et donc de son talent. Mais cela ne l’empêchait pas de se lamenter à ce sujet auprès de sa mère. Comme il aurait aimé, disait-il souvent, que les gens moins doués que lui sachent rester à leur place, qu’ils se contentent de leur petitesse et l’admirent pour son talent.  Mais, soupirait-il, tandis que sa mère l’aidait aux mots croisés, les gens peu gâtés par la nature sont ainsi qu’ils n’éprouvent que colère et jalousie.

Georges était tellement certain d’être la force vive de son entreprise qu’il suivait les ventes de chacun des nouveaux produits et cela quotidiennement. Lorsqu’un des nouveaux types de paniers mis sur le marché se vendait mal, il le prenait comme un affront personnel, comme un déni de son talent. Lorsque  le modèle grand format de panier à linge rectangulaire sur lequel il avait dessiné des farandoles de petits cochons et de lièvres avait fait un monumental flop, Georges avait bien failli ne jamais s’en remettre.

Pourtant, malgré toute la satisfaction que lui apportaient l’importance de sa position sociale et sa vie parfaitement réussie, il n’était pas tout à fait heureux. Il rêvait en effet de partir en croisière avec sa mère, une longue croisière à la conquête des îles tropicales. Il économisait donc, petit à petit, afin de s’offrir son rêve.

Finalement, Georges eut assez d’argent. Consciencieusement, il prépara ses bagages et ceux de sa mère. Comme il était prévoyant et qu’il ne voulait pas risquer que l’une de ses géniales idées soit perdue en cas de naufrage, il avait acheté un petit scanner et un transmetteur par satellite. Ainsi, il pourrait envoyer à son bureau chacun de ses croquis et même s’il arrivait malheur au bateau, il continuerait, pour un temps, à soutenir les ventes de son entreprise.

Un matin, alors que la croisière touchait à sa fin et que Georges admirait son tout nouveau bronzage rouge brûlé, il eut une idée géniale, une véritable illumination. Pris de tremblements sous la beauté de son inspiration, il pris son calepin et dessina une frise de losanges, chacun des losanges étant constitué de petites spirales. Dès qu’il eut finit son croquis, il se précipita dans sa cabine et le scanna. Au moment d’envoyer le croquis numérisé, il fut pris d’un accès de paranoïa et décida d’utiliser les fonctionnalités de cryptage de son transmetteur. Celui-ci mis ce qui sembla une éternité à Georges pour crypter et envoyer le fichier à son bureau. Enfin, il émit une courte série de bips aigus, indiquant que l’envoi était fini. Georges s’autorisa alors à soupirer de soulagement. Plus que jamais, il avait la sensation qu’il était important et que ses actes auraient d’immenses conséquences. Et, malheureusement, pour la première fois, Georges avait raison.

Peu après l’envoi de Georges, sur la face cachée de la Lune.

Zggrtsu, le chargé des communications de la base avancée ZgrutStio dans ce système solaire courait de toutes ses 22 pattes le long des coursives pour aller prévenir le commandant.

Les ZgrutStio; cette race technologiquement très avancée était présente dans la majeure partie de la galaxie. Pourtant, ce n’était pas une race portée sur la recherche théorique et la science. Non, c’était plutôt des pirates, des pilleurs. Ils recherchaient avec avidité de jeunes civilisations pleine de vie. Une fois qu’ils en avaient trouvée une, ils attendaient, l’espionnant, jusqu’à ce qu’elle devienne mûre. Alors ils attaquaient, volant tout ce qu’ils pouvaient voler, réduisant les élites en esclavage, détruisant tout le reste. Cette fois-ci, les ZgrutStio s’estimaient plus que chanceux. La civilisation qu’ils surveillaient, bien que très jeune, était très prometteuse. Les ZgrutStio espéraient que les secrets qu’ils allaient pouvoir voler leur donneraient un avantage important contre les Dracvis. Les ZgrutStio étaient en effet en guerre contre les Dracvis et cette guerre ensanglantait la Galaxie depuis des milliers d’années. Les deux races avaient juré qu’elles se détruiraient l’une l’autre.

Mais revenons à Zggrtsu.

Ses longues tentacules dorsaux brillaient de l’écarlate le plus pur, signe de la terreur qui lui glaçait le sang. Il déboula dans la salle de réunion du conseil de la base alors que celui-ci était réuni au grand complet pour discuter des prochains objectifs à remplir. Les tentacules dorsaux du commandant en chef en devinrent vert de colère. Il ne retint d’ailleurs qu’avec d’immenses efforts le jet d’acide concentré qu’il aurait pu cracher sur le jeune Zggrtsu.

“Comment osez-vous déranger ainsi le conseil ? Vous voulez être déclassé et finir en nourriture pour larve ? Expliquez vous officier ?”.

Zggrtsu, tremblant, tenta de reprendre un peu d’aplomb “J’ai capté une transmission Dracvis de niveau 20, Monsieur”.

Les tentacules dorseaux du commandant s’agitèrent de surprise.

“D’où provenait cette transmission ? Et que disait-elle ?”

“Elle provient de la planète que nous surveillons, Monsieur. Il semblerait que les habitants de celle-ci soit sous la protection des Dracvis”.

Les membres du conseil déglutirent de surprise, tandis que les dos se teintaient de violine, couleur de la stupeur puis passèrent rapidement au bleu haineux.

Zggrtsu continua, espérant que les hauts gradés qui l’entouraient ne déchargeraient pas leur haine sur lui.
“Le message est explicite, ils disent qu’ils savent que nous les espionnons, qu’eux-mêmes nous surveillent et qu’en écoutant nos transmissions, ils ont pu découvrir les coordonnées de notre planète mère.”

Zggrtsu, se laissa enfin aller à la panique, ses tentacules parcourant toutes les nuances de l’arc en ciel. “Comment ont-ils pu découvrir cela ? Si les Dracvis venaient à avoir cette information qu’adviendrait-il de nous ?”.

Le commandant en chef, sans répondre à Zggrtsu, appuya sur certains des boutons de la console qui se trouvait devant lui. Une grande image holographique apparu alors, au centre un ZgrutStio surpris salua.

“Salutation mon commandant, que puis-je pour vous ?”.

Le commandant rendit le salut puis donna ses ordres.

“Officier, je veux que vous armiez immédiatement tous les vaisseaux chasseurs avec les petits destructeurs et que vous attaquiez, j’ordonne la destruction immédiate de la planète bleue”.

Et tandis que des dizaines de petits vaisseaux chasseurs décollaient de la base ZgrutStio leurs soutes chargées de mort, Georges lui, montrait la frise à sa mère, lui assurant que ce motif là transformerait le monde.


Flattr this!

 Posted by at 18:18

Sorry, the comment form is closed at this time.