Oct 072011
 

J’ai connu Neil Thomas sur Twitter, il y a pas mal de temps maintenant. Ayant eu envie d’interviewer plusieurs auteurs, je lui ai donc proposé il y a de cela de longs longs mois… De péripéties en péripéties, l’interview n’est publiée que maintenant, mais bon, les mad interviews ça passe après la gestion de la vie ‘réelle’ 🙂 Et puis comme cela, Neil peut se vanter d’avoir été celui qui a mis le plus de temps pour répondre,  depuis la création des mad interviews. (Le plus rapide restant Philippe Méda avec moins de 8h pour répondre …)

1– Si tu devais te présenter en trois phrases, que dirais tu ?

Romancier. Gémeaux. Aime le chocolat et les cookies. Sinon, j’écris, je lis.

Ta cyber life

2 — Tiens-tu des blogs ?

Ouep, le Neil’s blog

3 — si oui, lesquels (les urls sont acceptées) et de quoi parlent-ils ?

http://neilt44.wordpress.com Ca raconte un peu ma vie, mes aléas en tant qu’ateur, mes coups de coeur et mes coups de gueule, ce qui construit mon univers livresque, et façonne mon imaginaire… tout ce que j’appelle le “monde scriboïque” !

4– est ce que tu en tenais d’autres que tu as arrêté ? Si oui lesquels et pourquoi les avoir arrêté ?

Non, c’est mon 1e blog !

5– Plutot twitter(identi.ca) ou facebook ? quelles utilisations as tu des deux ?

Les deux mon capitaine :
Twitter : https://twitter.com/neilt44
Facebook : http://www.facebook.com/pages/Neil-Thomas/54160938040
Toujours pareil, un peu de moi pour ceux que cela intéressent. Pour Facebook, c’est assez axé sur ma vie d’auteur et une façon de partager avec le plus grand nombre et surtout de pouvoir discuter avec mes (possibles( lecteurs et lectrices of course !
Pour Twitter, c’est idem mais en plus, il y a mes coups de cœur en direct, certains coups de gueule, des articles qui me frappent ou qui peuvent nourrir mon univers… et puis ce côté quasi instantané me donne l’impression d’être au plus près de ceux qui me lisent. Et j’aime !

6– Es tu addict au Net ? si oui tu as une ou deux anecdotes sur le sujet ?

Je me suis rendu compte il y a peu que j’y attachais pas mal d’importance et puis j’ai commencé un « sevrage » pour me rendre compte que c’est super chronophage… Et puis, lire la vie des autres et tout, ce n’est pas si important après tout, même si je m’en inspire par la suite parfois… le truc, c’est au niveau de l’actualité et comme je suis un grand curieux d’un tas de choses, j’ai développé un cerveau multi-tâches et je fouille partout.

7– Sur le net on peut te trouver où ?

Site : www.neilthomas.fr
Twitter : https://twitter.com/neilt44
Facebook : http://www.facebook.com/pages/Neil-Thomas/54160938040
Blog : http://neilt44.wordpress.com

Le boulot

8– Écrire c’est ton unique boulot ou tu as un autre boulot à coté ?

J’ai un autre boulot.

Branchement dont tu es le héros si tu as répondu ‘j’ai un autre boulot à coté’ à la question 8 va en question 9 , sinon 12

9– Quel est donc ton autre boulot ?

Je bosse toujours dans le milieu du bouquin car suis lecteur/correcteur dans une petite maison d’édition. Je fais aussi des interventions en milieu scolaire.

10–Comment partages-tu ton temps entre tes deux boulots ?

Je suis quelqu’un de très organisé, j’ai presque un planning hebdo comme les collégiens/lycéens peuvent avoir.

11– Tu penses qu’il est possible aujourd’hui pour un auteur qu’on n’invite pas à la TV ou à la radio, de gagner sa vie avec sa plume ?

Non, aucunement. Il faut être vu, entendu et lu. Ou alors avoir un immense réseau, des amis par milliers, etc.

11bis– est ce que tes deux métiers se nourrissent l’un de l’autre ? si oui comment ?

Oui, ils se nourrissent l’un l’autre, je vois les erreurs des autres (plus facile que de voir les miennes), mon expérience d’auteur me permet de « comprendre » l’auteur qui envoie son manuscrit, je suis peut-être plus indulgent.

12– Tu penses qu’il est possible aujourd’hui pour un auteur qu’on n’invite pas à la TV ou à la radio, de gagner sa vie avec sa plume ou alors ça lui sert juste à se payer un resto ?

 

Pareil mais un resto, c’est jouable ! ^^

L’écriture

13– Quand as tu eu envie d’écrire ? Quand as tu commencé ‘pour de vrai’ ?

Je ne sais pas trop quand j’ai eu envie mais je sais que j’écrivais déjà de la poésie vers 13/14 ans. Après les histoires que je voulais raconter sont devenues plus importantes et le roman est arrivé vers mes 27 ans. Réellement, mon premier bouquin publié était en 2002.

13bis Mais au fait, pourquoi écris tu ?

Je suis quelqu’un qui a besoin de comprendre, de se comprendre, de piger le monde dans lequel je vis. J’ai aussi ce besoin de me parfaire, j’y peux rien alors j’écris pour faire vivre des expériences à des personnages, des trucs que je ne pourrais pas essayé ou vivre. Ou que j’aurais aimé vivre. J’écris pour être lu aussi, évidemment, pour partager ce que j’ai au fond de moi.

13ter– Comment écris tu ? tu as un cérémonial précis, lieu, horaire, ou autre ?

Pour ma poésie, j’ai des petits carnets et je note des idées, des phrases à n’importe quel moment de la journée. Une fois que j’ai ce que je veux, je m’installe devant une feuille de papier ou devant mon PC et c’est parti. Pour le roman, c’est plus construit car c’ets beaucoup plus long et ça s’étale sur des mois. J’écris soit le matin, soit le soir, toujours dvt mon PC, à mon bureau.

14– il y a des auteurs qui t’ont influencé ? qui ont ‘modelé’ ce que tu écris ? lesquels et quels écrits plus spécifiquement ?

Oh purée, des auteurs, il y en a et je vais oublier à tous te les citer mais disons que Rimbaud, Baudelaire, Rilke, Hermann Hesse, Kerouac, St Exupéry, Coelho m’ont bien aidé…

14bis– Et puis qu’écris tu ? tu as des univers précis que tu développe peu à peu ou alors c’est à chaque texte un monde différent ? raconte nous

En poésie, je prends un thème précis et je déroule le fil….
En roman, je suis toujours versé  vers le roman dit « initiatique » mais je me penche de plus en plus vers le fantastique.

15– Les DRM tu en penses quoi ?

Je suis en pleine réflexion là, Internet depuis un ou deux ans s’est accéléré, l’explosion des réseaux sociaux a modifié notre façon de naviguer sur le Net et de plus en plus de contenu devient accessible, la démocratisation de tout un système…

16– Le numérique adapté aux bouquins, tu en penses quoi ?

Même chose, j’y réfléchis très sérieusement. Je pense tout de même que c’est une bonne chose, le droit à chacun de pouvoir lire, quel que soit le support auquel il est habitué. Les futures générations pianotent très tôt, dès le primaire et au collège aussi pour travailler.

17– Les licences libres, pourrais tu imaginer publier des choses sous une licence libre comme la licence art libre : http://fr.wikipedia.org/wiki/Licence_Art_Libre , que ce soit oui ou non pourquoi une telle réponse ?

Comme je l’ai dit, je ne sais pas encore me positionner, enfin de là à franchir le pas. Mais je sais que très vite, il va falloir faire un choix, allier le numérique au livre papier, d’une façon ou d’une autre.

Branchement dont tu es le héros, si tu as répondu que tu ne pensais pas un jour publier en licence libre va en question 18 sinon en question 19

18– Est ce que tu as répondu non à la question 17 parce qu’il est difficile de transposer les business existant au niveau du logiciel libre dans le domaine de l’art libre ?

C’est une nouvelle façon de penser le monde et l’organisation de celui-ci, y compris pour la notion du travail. L’art qui se fait payer n’est pas tout à fait de l’art, non ?

19– Revenons en à l’écriture, comment te viennent les idées ?

J’ai mes carnets, j’ai des notes ça et là, j’ai des post-its un peu partout et j’ai une bonne mémoire, visuelle surtout. Alors je retiens et j’enregistre quelque part dans ma citrouille. Et puis, il y a les journaux, Internet, mes mais, ma famille, les inconnus que je peux passer des heures à observer…

20– si tu avais un ou deux conseils à donner aux jeunes auteurs pas encore publiés qui vont lire tes mots, tu leur dirais quoi ?

Ecrire, écrire, et écrire. Et lire, beaucoup lire. Pour savoir écrire, il faut savoir lire et pour avoir lire, il faut savoir écrire. Il faut également savoir être humble, tenace, plein d’abnégation, courageux, résistant, persévérant, travailleur, curieux.

Branchement dont vous êtes le héros : si tu as répondu ‘va plutôt chercher un vrai boulot’ à la question 20 va en 20bis sinon va en 21

20bis– bon et à par ce conseil là, tu as pas un autre vrai conseil pour ceux qui voudraient écrire et finir par se faire publier ?

En fait, je crois que je viens d’en dire pas mal juste avant.

21– est ce que ce fut difficile de trouver un éditeur (enfin pour toi plusieurs) ? comment as tu fait ?

Eh bien, tu vois, la question se pose à nouveau : je cherche depuis presque 2 ans un éditeur pour un roman fantastique alors tu devines ma réponse.

21bis– Ca se passe comment d’ailleurs les relations avec un éditeur ? Est ce qu’il a un droit de regard sur le texte ? si oui, jusqu’à quel point ? Et  comment on gère en temps qu’auteur, d’avoir des gens qui demandent de modifier son texte ?

Leur choix est surtout dicté par le côté commercial, mercantile de la chose. Il faut donc sortir un texte de son côté « sentimental » et « subjectif » pour pouvoir prétendre le présenter au plus grand nombre.

22– l’autoédition tu en penses quoi ?

Je suis pour, notamment en poésie. En tout cas, c’est toujours mieux et préférable à l’édition à compte d’auteur !

23– Tu écris de la poésie, en quoi c’est différent l’écriture poétique de l’écriture de roman ? d’ailleurs est ce que c’est différent ?

Je crois l’avoir dit plus haut : en poésie, il faut être succinct, avoir un esprit de synthèse, saisir le moment, le capturer et chez moi, cela se fait par des prises de notes dans mes calepins surtout. Le roman, je le construis comme un scénario de cinéma, séquence par séquence. Et puis, il y a les personnages à créer, les univers, les « décors », le rythme à trouver et à maintenir… bref, un vrai boulot de cinéaste je m’en rends compte.

24 –Tu écris aussi des chansons, si je ne me trompe pas, là aussi est ce que c’est une démarche différente ? comment tu procèdes ?

Eh oui, j’écris quelques textes de chansons, je vois que tu es bien renseigné ! C’est une démarche très proche de la poésie pour moi et comme j’écris généralement la poésie avec un fond musical, la chanson n’est pas très loin derrière.

Les bouquins

25– Tu lis ? un peu , beaucoup , passionnément, à la folie ?

 

Jusqu’à la fac, je lisais très peu, très très peu et puis j’ai découvert Jules Verne, Kerouac, Hermann Hesse, Bernard Werber et Coelho et là, je ne me suis jamais arrêté. Un livre en remplace toujours un autre, en cache toujours un autre. J’ai une petite pile pour mes bouquins à lire.

26– Tu lis de tout ou tu as des styles de prédilection dont tu ne sorts pas ?

Tout dépend. Parfois, un livre m’en amène à un autre d’un genre différent. Comme je lis la bio des auteurs que je lis et leur influence, je puise parfois dans les leurs. Hélas (ou pas) pour moi, je lis très peu d’auteurs français et encore moins des livres contemporains, je veux dire de ces 10 dernières années.

27– SF, MedFan, Bitlit, tu as un préféré ?

SF pour le moment.

28– En ce moment tu lis quoi ?

« Le dernier vampire » de Claude Lafargue et ensuite, c’est un recueil de nouvelle fantastiques du XIXe siècle.

29— Ton ( ou tes, si tu n’en listes pas 34) livre préféré ? ton auteur préféré ?

Justement, ma liste s’agrandit à chaque livre……………………….

30– ton livre de chevet actuel ? Pourquoi ?

Pas un en particulier ces temps-ci.

31– Le livre que tu as détesté lire et que pourtant, tu as fini ?

Il y en a eu mais je ne me rappelle plus trop les titres, bizarre non ?! le truc, c’est que j’ai toujours envie d’y croire, que ça peut s’améliorer alors je vais jusqu’au bout du bouquin. Et puis en tant qu’auteur, je pense parfois à celui qu a écrit ces lignes que j’ai du mal à lire, à toutes ces heures, à cette foi qu’il avait quand il accouché de ses mots.

32– Et si tu devais me conseiller un livre ? en français ? un livre qu’il faut que je lise pour ne pas avoir rater ma vie ? et qui en plus me plaira ?

« Jonathan Levingston Le Goëland » de Richard Bach, « Vol de nuit » ou « Terre des Hommes » de St Ex., « L’attrape-cœur » de Salinger, « L’Alchimiste » de Coelho, et tant d’autres… impossible de m’en tenir à un seul !

 

Ta vraie life

33– Ton bureau chez toi il ressemble à quoi ? (si tu as une photo …)

34– tu es roliste ?

Non

Branchement dont vous êtes le héros : si tu as répondu oui à la question 34 passe à la 35 sinon à la 36

35– tu joues à quel style de jeux ? plutôt joueur ou MJ ? tu aimes jouer au jdr pourquoi ?
36– tu as d’autre passion, loisir ? lesquelles ?
Branchement dont vous êtes le héros : si à la question 36 tu as répondu, entre autre jeux vidéo (ou que tu y as pensé) va à la question 37 sinon va à la question 40

37– tu joues à quoi comme style de jeux, plutôt PC ou consoles ?

Je suis devenu un adepte de la Wii…. Suis pas trop jeux sur PC.

38– ton premier souvenir de jeux vidéos ?

C’était…

39– Actuellement tu joues à quels jeux ?

Là, aucun, plus le temps actuellement.

40– Tu t’investis dans des trucs précis ? projet divers / art / asso ?

Non, pas grand-chose, je suis en stand-by. Mais je suis ouvert à toute proposition artistique évidemment !

41– Si tu devais choisir un événement que tu as vécu, un seul, pour te définir, tu choisirais lequel ?

 

Difficile de te répondre sur un seul événement, j’y arrive pas.

Question pour me faire mousser

42– Est ce que tu lis le Mad Blog ? Pourquoi ? (que ça soit oui ou non)

Non, hélas, je ne connaissais pas avant de te connaître.

 

Allez, on a presque fini, quelques dernières questions pour vraiment te connaître

43– Tu es plus Jim Parsons ou Steve Carrel ? pourquoi ?

Steve Carrel…….. l’humour ! Regarde « The Office » !

44– Si tu devais choisir un bouquin, un bon film, une série cool, une série pourrie , un nanard, tu choisirais quoi (tu dois choisir un de chaque et si possible donner une explication) ?

45– Ton pire souvenir scolaire ?

Mon année de 4e au collège.

46– Quand je dis chaussette, tu penses à quoi en premier ?

Euh…………………………

47– Tu es plus couscous ou tartiflette ?

Tartiflette

Juste avant la fin, un peu de liberté

48– Une question à laquelle tu aurais aimé répondre et que je ne t’ai pas posé ?

« Non mais à part auteur, c’est quoi votre vrai métier ? » (question qui revient hélas souvent)

49– Et donc, la réponse ?

Eh bien, je suis auteur… tout court.

50– Un coup de gueule à passer ?

Non aucun, enfin si j’en aurais mais ils sont nombreux… disons qu’il serait sympa  de combattre la bêtise, la connerie, l’ignorance et que l’on comprenne qu’on peut penser par nous-mêmes (ça fait même pas mal en plus !) et qu’on a droit d’avoir des rêves et des désirs, et qu’il faut concentrer toutes ses forces pour avoir ce que l’on veut.

51– Un sujet qui te tient à cœur et dont tu veux parler à ceux qui lisent ton interview ?

Pas vraiment un sujet précis mais j’invite tout lecteur à me contacter via mes sites et réseaux sociaux pour taper la discute, pour partager mon univers, etc.

Le mot de la fin, en 17 mots ? (ce qui fait les 17 mots de la fin … )

Très sympa ton interview mais j’avoue que j’étais un peu essoufflé sur la fin. Merci.


Flattr this!

 Posted by at 16:49

  5 Responses to “La Mad Interview de Neil Thomas, auteur”

  1. […] se passe ici. Qu’en pensez-vous ? Partager :"Aimer" ceci :"J'aime"Soyez le […]

  2. Je vous découvre :-).
    J’ai donné mon avis dans les commentaires de l’article de Neil : http://neilt44.wordpress.com/2011/10/20/mad-interview/#comment-1803.
    Au plaisir de revenir !

    • Merci d’avoir pris le temps de laisser un commentaire.

      Je suis allé voir votre avis sur l’article de Neil et je vais prendre en compte vos remarques :). Les prochains auteur(e)s n’ont qu’à bien se tenir, il y aura encore plus de questions (c’est ceux qui ont déjà répondus qui doivent être soulagés 🙂 .

      • Je vais donc bien me tenir puisque vous m’avez proposé cette interview 🙂 !
        Merci d’avoir pris en compte mes remarques en tous cas.

  3. […] ! Après les avoir découvert sur le blog de l’écrivain Neil Thomas, elle a commenté l’interview de celui-ci. Ses remarques ont été prise en compte donc il se peut que quelques questions […]

Sorry, the comment form is closed at this time.