Feb 042011
 

Bon, je sors la tête des couches et des body pour bébé pour publier la madinterview du vendredi. Cette fois-ci, c’est de nouveau une interview très littéraire avec Clément, l’homme qui s’occupe entre autre de plein de truc chez Le Bélial et de Bifrost. Que dire de plus avant de retourner poupouner .. A oui, si philippe lors de son interview a gagné le prix de l’homme qui répond le plus rapidement en moins de 12 heures, clément lui a gagné celui de l’homme qui réponds le plus lentement, en plus de 3 mois… et en plus, il a strappé les questions persos …

1– Si tu devais te présenter en trois phrases, que dirais tu ?

Libraire et développeur web, gros lecteur depuis l’enfance, passionné par la littérature, les nouvelles technologies et ce qu’on peut faire en mélangeant les deux. Voilà en gros. Je crois que ça résume bien.

Ta cyber life

2 — Tiens-tu des sites / blogs ?

Oui !

3 — lesquels (les urls sont acceptées) et de quoi parlent-ils ?

nokto.net, mon blog perso où je parle de mes projets web, de mes lectures, de l’avenir du livre, où je colle des bouts de code PHP, etc.
Le blog de la ma librairie (http://www.librys.fr/blog/), où je parle des arrivages de livres d’occasion, des évènements organisés, etc.
Le blog Bifrost (http://blog.belial.fr) dont je suis juste rédacteur en chef, qui publie des nouvelles numériques gratuites (une chaque mois), des articles tirés des archives de la revue Bifrost ou des articles inédits sur les littératures de l’imaginaire.

4– Plutot twitter(identi.ca) ou facebook ? quelles utilisations as tu des deux ?

Ils ont chacun leurs qualités et leurs défauts, mais j’utilise indifféremment l’un ou l’autre pour communiquer autour de mes différents projets. Je me dis qu’il vaut mieux être sur les deux pour toucher un maximum de monde.

5– Es tu addict au Net ? si oui tu as une ou deux anecdotes sur le sujet ?

Probablement ! Pas d’anecdote, mais quand le net est en panne, j’ai l’impression très angoissante d’être complètement isolé du monde (alors que je vis quand même à Paris…). Mais maintenant que j’y pense, ce n’est pas arrivé depuis plusieurs années, il y a toujours un réseau Wi-Fi quelque part.

6– Sur le net on peut te trouver où (perso et boulot) ?

Perso et boulot : http://www.nokto.net/

Le boulot

7 — Ton bureau au boulot il ressemble à quoi ? (si tu as une photo …)

Hop :

8– Si je ne me trompe pas tu as fait l’Institut National de Formation de la Librairie c’est quoi au juste ? Si je me trompe, tu as fait quoi comme étude ?

J’ai erré quelques temps à la fac (en lettres et en philo), mais ça n’a rien donné de bon. L’INFL c’est une formation en alternance (trois semaines en entreprise, une semaine de cours chaque mois) pour devenir libraire.

9– Bosser chez Le Bélial est une première expérience dans le monde du travail pour toi (si non, tu faisais quoi avant?) ?

Non ! En fait, ce n’est même pas mon activité principale (je suis libraire). Et avant ça, j’ai bossé, dans l’ordre : dans une agence de petites annonces, dans une agence de pub, dans une agence de photographes et dans une librairie généraliste parisienne.

9ter– Mais au fait, tu fais quoi chez Le Bélial ?

Je m’occupe depuis un an, outre la mise à jour du site, de tout ce qui concerne la communication sur internet. Depuis le lancement de la plateforme numérique en septembre, je m’occupe aussi de la création des fichiers qu’on y vend et de la gestion de la plateforme. Je fais parfois un peu de graphisme, comme des couvertures ou des pubs.

10– Allez, un peu de promo, qu’est ce que c’est que Le Bélial et en quoi est-elle différente des autres maisons d’edition ?

Je dirais que, dans le secteur de la SF, c’est la plus petite des grosses maisons. Ca permet de faire des bouquins de qualité, mais aussi de prendre des risques, et de continuer à soutenir des auteurs auxquels on croit qui ne vendent pas forcément beaucoup, comme Lucius Shepard ou Francis Berthelot. Le Bélial’ fait aussi un gros travail sur le patrimoine SF, avec des Best-of qui permettent de remettre en lumière des auteurs peu connus (comme Michel Demuth) ou de faire découvrir une part du travail de certains (comme Poul Anderson).

11– Ton pire souvenir de boulot

11bis– ton meilleur souvenir de boulot?

Dans l’absolu ? Je crois que ce que je préférais, quand je bossais en librairie généraliste, c’était la période de Noël, le rush, où il fallait toujours courir pour conseiller un client, trouver un livre, pousser un gamin sur qui une pile de beaux livres va s’effondrer, faire un paquet cadeau… En comparaison, le reste de l’année, tu t’ennuies. A la fin, tu es complètement lessivé, mais heureux. Je crois que c’est à peu près tout ce qui me manque de la librairie « physique ».

12– Ton entretien d’embauche, ça s’est passé comment ?

Ce n’était pas un entretien d’embauche à proprement parler, puisque je ne suis pas employé du Bélial’ mais que le Bélial’ est un client de ma société, mais en gros, je suis allé chez Olivier, il m’a expliqué ce dont il avait besoin, je lui ai proposé quelque chose, on a parlé pognon et puis roule.

13– Comment est ce que vous choisissez quels manuscrits vous allez lire et parmi ceux-ci ceux que vous allez publier ?

Ah, ça, je ne m’occupe pas du tout de la partie éditoriale, donc ce n’est pas à moi qu’il faut poser la question. Mais, entre nous, je pense que la qualité du manuscrit joue.

14– si tu avais un ou deux conseils à donner aux jeunes auteurs pas encore publiés qui vont lire tes mots, tu leur dirais quoi ?

De se consacrer plutôt à la culture de pomme de terre, pour citer un illustre personnage. Et sans rire, aucune idée, ce n’est pas du tout mon domaine. Si ce n’est d’écrire de bons romans…

14ter– Et si on veut envoyer un manuscrit à Le Bélial, on fait comment ?

Tout est là : http://www.belial.fr/pages/manuscrit

15– Les DRM vous en pensez quoi ?

Je me permets de citer la page de présentation de notre plateforme : « Aujourd’hui, les dispositifs de gestion des droits numériques (DRM) proposés par la plupart des éditeurs punissent moins les pirates – qui n’ont aucun mal à les contourner – que les acheteurs légitimes qui rencontrent de nombreux problèmes techniques. Le Bélial’ ne propose que des livres numériques « bio » garantis 100% sans verrouillage pour que vous puissiez les lire aussi facilement que des livres classiques, sur le support de votre choix. »
On a fait le choix de faire confiance au lecteur. En contrepartie, chacun de nos livres numériques débute par un préambule qui explique pourquoi nous avons fait ce choix, et pourquoi il est important, en conséquence, que nos bouquins ne se retrouvent pas sur les réseaux P2P. Pour l’instant, on a pas l’impression d’avoir fait fausse route.
Et à titre personnel, j’explique sur mon blog perso à quel point il est facile de contourner les DRM, et ça résumé assez bien mon point de vue sur le sujet.

16– Le numérique en général adapté aux bouquins, vous en pensez quoi ?

Pour nous, c’est simplement une autre forme de consommation du livre, au même titre que le livre de poche. Personne au Bélial’ ne pense que le livre numérique va tuer ou remplacer le livre à moyen ou même long terme. C’est aussi pour cette raison que nous nous y lançons avec une certaine prudence, même si le fait que nous soyons indépendant nous laisse plus de marge de manœuvre que les grandes maisons. C’est également le moyen de proposer des ouvrages épuisés depuis longtemps, que certains passionnés recherchent, mais qui intéresse un nombre trop réduit de lecteurs pour qu’un nouveau tirage papier soit viable. Certains pensent aussi que ça va révolutionner la manière d’écrire et de lire… Sur ce point-là, je suis plutôt sceptique, mais je ne demande qu’à être surpris !

17– Je suppose que tu connais les licences Creatives Commons. Certaines des licences CC sont libres, qu’est ce que tu penses du libre appliqué à l’art ? et plus spécialement à l’édition ?

Personnellement, je trouve que c’est très intéressant et vraiment salutaire que ça existe. Au fond, les licences CC ne font que concrétiser ce qui se fait déjà couramment sur le net, mais c’est pas plus mal que tout cela soit un peu cadré légalement. Qu’on puisse à la fois « donner » son œuvre, tout en gardant un droit dessus (même si le droit français distingue le droit moral inaliénable et le droit patrimonial, donc les CC sont surtout pensées pour le droit américain).

18– Est ce que, à ton avis, Le Bélial publierait des auteurs voulant distribuer leurs textes avec une licence libre ?

Je peux me tromper, mais je pense que ce n’est tout simplement pas possible du point de vue légal. Mais de toute façon, je ne vois pas trop l’intérêt d’aller démarcher un éditeur si c’est pour publier son texte en licence libre. Ca me paraît plutôt être justement un moyen pour le créateur de diffuser facilement sur le net en se passant de tout intermédiaire.

19– Bon et Bifrost, c’est quoi exactement ?

C’est la principale revue des littératures de l’imaginaire en France, qui propose tous les trois mois des nouvelles inédites, des critiques sur les dernières parutions, et un dossier, sur un auteur ou sur un thème. Elle est connue pour son ton détendu et sans concession, et notamment pour sa remise annuelle des « razzies » qui récompense le pire roman, la pire nouvelle, la pire couverture, etc.

20– Et même question que tout à l’heure, comment un jeune auteur arrive à ce faire publier dans Bifrost ?

Même réponse que plus haut : ce n’est pas mon domaine. Tout ce que je peux dire, c’est que s’il faut coucher, ce n’est pas avec moi !

21– Vous avez lancé il y a peu une plateforme numérique, avec une méthode de vente que j’aimais bien (même si je trouve votre prix plancher trop élevé), un prix minimum fixe mais la possibilité de payer plus si on le souhaite (un peu à la radiohead pour l’un de leur album, la différence étant que leur prix plancher était 0 euros). Vous avez eu des retours la dessus ? ça fonctionne bien ?

En fait, on a fait exactement comme Radiohead : on a lancé la plateforme avec deux romans à 0 € que les gens pouvaient acheter en fixant le prix qu’il voulaient. Résultat des courses, 201 personnes ont téléchargé 334 fichiers, dont 155 en payant en moyenne 4,72 €. Les résultats détaillés sont là :
http://forums.belial.fr/viewtopic.php?f=16&t=766
Et je viens justement de publier un compte-rendu détaillé de tout ce qu’on a vendu en 2010, c’est là :
http://forums.belial.fr/viewtopic.php?f=16&t=1084
En gros, c’est pas glorieux mais c’est tout de même mieux que ce à quoi on s’attendait (et beaucoup mieux que ce que font les grosses maisons d’éditions avec des prix plus élevés et des DRM, pour ce que j’en sais) On a lancé cette plateforme avec l’idée qu’il n’y avait pas vraiment de marché à l’heure actuelle, mais que quand le livre numérique décollerait, on serait prêt avec une plateforme qui fonctionne et un catalogue bien fourni.

Ta vraie life, quand tu es pas au boulot

22– Ton bureau chez toi il ressemble à quoi ? (si tu as une photo …)

Je bosse à domicile, donc c’est le même bureau qu’à la question 7. Allez, une autre photo :

23– Tu t’investis dans des trucs précis ? projet divers / art / asso ?

J’ai peu de temps pour m’investir dans ce genre de choses. La seule exception est l’association Dystopia dont je suis secrétaire et qui est… une maison de micro-édition.

24– Si tu devais choisir un événement que tu as vécu, un seul, pour te définir, tu choisirais lequel ?

25– tu es rôliste ?

Je l’ai été beaucoup au collège et au lycée, plus trop depuis malheureusement.

26– tu joues à quel style de jeux ? plutôt joueur ou MJ ? tu aimes jouer au jdr pour quelles raisons ?

J’ai commencé comme beaucoup avec AD&D et enchaîné avec des univers plus SF, notamment Star Wars, ou des univers « fait maison » pour GURPS ou Simulacres. Au final, avec quelques amis, on a créé notre propre jeu de rôle, « Avalon Night », qui était en quelque sorte la synthèse des meilleurs univers et des meilleurs règles d’autres jeux de rôle. Je pense que ce que je préfère et de loin, c’est être maître de jeux, inventer une histoire et y embarquer les joueurs avec moi.

27– tu as d’autre passion, loisir ? lesquelles ?

Jeux vidéos !

28– tu joues à quoi ? tu aimes quoi comme type de jeux ?

Un peu de tout, je pense. Je ne joue plus trop sur PC (la course à la puissance m’a lassé) mais j’ai une Wii, une PS3 et une Xbox 360. J’ai une préférence pour les jeux relativement court (j’ai du mal avec les RPG japonais interminable) que je peux espérer terminer avant de m’en lasser et pour les jeux avec une histoire forte (récemment, grosse claque avec Bioshock ou Heavy rain). En ce moment, je suis entre Red Dead Redeption, Mass Effect 2, Little Big Planet 2 et la trilogie God of War ! Il y aussi Bayonetta dans la pile à jouer…

29– ton premier souvenir de jeux vidéos ? , ton dernier coups de coeur ?

Tetris sur la Gameboy… Super Mario World, Super Mario Kart et Starfox sur la SNES. Pour le dernier coup de cœur, outre les deux cités plus haut, je dirais Little Big Planet 2 sur PS3 qui est vraiment une expérience incroyable.

30– Ton jeu vidéo préféré et celui que tu as le plus détesté ?

Je garde une grosse affection pour les jeux de Tim Schaffer chez Lucasart, et notamment Grim Fandango qui m’avait beaucoup marqué, notamment pour son esthétique et son univers.

Les bouquins

31– Tu lis ? un peu , beaucoup , passionnément, à la folie ?

A la folie !

32– Tu lis de tout ou tu as des styles de prédilection dont tu ne sorts pas ?

Du coup, je traîne beaucoup des guêtres dans le milieu de la SF, ce qui n’est évidemment pas sans influencer le genre de mes lectures, mais j’essaie de les choisir plutôt en fonction de la qualité qu’en fonction du genre.

33– SF, MedFan, Bitlit, c’est du chinois ou tu connais ? tu aimes ?

Du coup, oui pour la SF !

34– En ce moment tu lis quoi ?

« La Tour de Babylone » de Ted Chiang

35— Ton livre préféré ?

Impossible à dire !

36– ton livre de chevet actuel ? Pourquoi ?

« La Tour de Babylone » de Ted Chiang, du coup… parce que je suis en train de lire…

37– Le livre que tu as détesté lire et que pourtant, tu as fini ?

Question pour me faire mousser

38– Est ce que tu lis le Mad Blog ? Pourquoi ? (que ça soit oui ou non)

Non, désolé ! Tout simplement parce que je ne connaissais pas avant que tu me contactes !

Allez, on a presque fini, quelques dernières questions pour vraiment te connaitre
39– Tu es plus Meryl Streep ou Emma Watson ? pourquoi ?
40– Si tu devais choisir un bouquin, un bon film, une série cool, une série pourrie , un nanard, tu choisirais quoi (tu dois choisir un de chaque et si possible donner une explication) ?
41– Ton pire souvenir scolaire ?
41bis — Quand tu étais petit, tu voulais faire quoi comme métier ?
42– Quand je dis chaussette, tu penses à quoi en premier ?
43– Tu es plus fromage de tête ou fromage tout court ?
44– ton livre de chevet actuel ? Pourquoi ?
45– Le livre que tu as détesté lire et que pourtant, tu as fini ?
46– Et si tu devais me conseiller un livre ? en français ? un livre qu’il faut que je lise pour ne pas avoir rater ma vie ? et qui en plus me plaira ?

Juste avant la fin, un peu de liberté
47– Une question à laquelle tu aurais aimé répondre et que je ne t’ai pas posé ?
48– Et donc, la réponse ?
49– Un coup de gueule à passer ?
50– Un sujet qui te tient à cœur et dont tu veux parler à ceux qui lisent ton interview ?
Le mot de la fin, en 17 mots ? (ce qui fait les 17 mots de la fin … )


Flattr this!

 Posted by at 13:11

  2 Responses to “MadInterview de Clément, l’homme derrière @lebelial”

  1. […] This post was mentioned on Twitter by Jean-Michel ARMAND, Philippe MÉDA. Philippe MÉDA said: RT @mrjmad: [MADBLOG] entre deux couches, la madinterview du vendredi , celle de @lebelial : http://is.gd/wRPznF […]

  2. pas mal ! sympa la librairie d’occasion ! 😉

Sorry, the comment form is closed at this time.