Nov 042011
 

1– Si tu devais te présenter en trois phrases, que dirais-tu ?

Je dirais que je suis créative et imaginative. J’ajouterais angoissée. Heureusement, je terminerais par fidèle et gentille.

Ta cyber life

2– As-tu des blogs ou des sites web ?

Oui, un blog et un site.

3– Lesquels (les liens sont acceptés) et de quoi parlent-ils ?

Mon blog http://blog.charlotteboyer.fr me permet de traiter de la vie d’écrivain en général (galères, doutes, poussées créatives, etc…) mais aussi d’auteurs (amis ou célèbres), de « sites coup de pouce ». Pour finir, j’y parle de mes lectures.
Mon site officiel http://www.charlotteboyer.fr sert uniquement à mon actualité : promotion (vidéos, photos, interviews etc…) et à annoncer et présenter mes livres.

4– En tenais-tu d’autres avant et si oui pourquoi les avoir arrêtés ?

J’en ai tenu plusieurs qui étaient personnels. Il y a eu « Le monde de Carlota » où je parlais de ma vision du monde. Une sorte de journal intime mais pas vraiment privé finalement car si je parlais de notre société à travers mes expériences, je ne disais rien de bien personnel. Il a fermé car j’en ai simplement eu assez de le tenir. Ensuite, il y en a eu un autre qui n’a pas duré longtemps et j’en ai même oublié le nom. Je racontais sur un ton humoristique voir sarcastique les aventures de mes copines. Quand je parle d’aventures, je parle de péripéties dans la vie !
Côté blog plus sérieux, mon premier blog sur over-blog me servait à parler de ma vie en tant qu’auteur. Il a simplement déménagé et est devenu le blog.charlotteboyer.fr que je tiens aujourd’hui sur WordPress.

5– Plutôt Twitter (identi.ca) ou Facebook ? Quelles utilisations as-tu des deux ?

J’ai commencé à découvrir les réseaux sociaux avec Facebook. Actuellement, je découvre les bienfaits de Twitter. Je dirais donc que je suis plutôt Facebook mais que c’est sur le point de changer. Ça n’a rien à voir avec les fonctions proposées par chacun mais plutôt pour les relations que j’ai avec les gens. Pour l’écriture en général, je trouve que les gens partagent plus sur Twitter. Ils s’intéressent davantage.
Je me sers des deux pour faire circuler mon actualité mais avec Twitter, je découvre (et partage) des articles sur le monde de l’édition, son évolution, etc… Twitter me semble plus ouvert sur l’extérieur. Et Facebook semble se concentrer sur le nombril de chacun.

6– Es-tu addict au net ? Si oui, as-tu une ou deux anecdotes à ce sujet ?

Addict, oui ! Je me soigne d’ailleurs ! Je tente d’être plus mesurée, de me connecter moins longtemps et surtout moins souvent. Le moindre moment de battement est un prétexte pour vérifier les infos, mes mails, etc… Je n’ai pas d’anecdote.

7– Sur le net où peut-on te trouver ?

Sur Facebook, Twitter, mon blog et mon site donc. Mais aussi sur des sites que j’aime particulièrement comme http://www.enviedecrire.com/, http://lesoufflenumerique.wordpress.com/ ou encore sur les sites où l’on trouve Cendrine Marrouat qui est journaliste au Canada : http://www.examiner.com/user/2372751/articles, http://www.digitaljournal.com/user/919818/news et l’indispensable http://www.creativeramblings.com/. Pour finir, j’ai deux blogs fétiches : http://neilt44.wordpress.com/ et http://delphinesbooksandmore.fr/. Pour finir pour de vrai, je suis tous les jours sur Lemonde.fr. Ah et j’essaie LinkedIn. Cette fois, j’ai fini. On est addict ou on ne l’est pas !

Le boulot

8– Une question de français d’abord, tu préfères «une auteure», «une auteur» ou «une autrice» (qui existe d’après Wiktionary : http://fr.wiktionary.org/wiki/auteur) ?

Aucun des trois ! Un auteur. Autant pour un homme que pour une femme. Je ne suis pas féministe au point de revendiquer un équivalent féminin pour tout. Je trouve que « Un auteur  pour une femme fait plus distinguer. Enfin tant que je n’ai pas droit à une écrivaine…

9– Écrire c’est ton unique boulot ou tu as un autre boulot à côté ?

J’ai un autre boulot à côté.

Branchement dont tu es l’héroïne : si tu as répondu «j’ai un autre boulot à côté» à la question 9 va en question 10, sinon 12

10– Quel est donc ton autre boulot ?

Je suis vendeuse dans une boutique réputée spécialisée dans les vêtements pour bébés et enfants.

11– Comment partages-tu ton temps entre tes deux boulots ?

J’ai une patronne incroyable qui m’a fait un planning pour me permettre de continuer d’écrire. Elle sait que j’écris mieux le matin alors je ne commence pas avant midi.

12– Tu penses qu’il est possible aujourd’hui pour un auteur qu’on n’invite pas à la TV ou à la radio, de gagner sa vie avec sa plume ?

C’est possible. C’est comme de gagner au Loto. Ça arrive…

L’écriture

13– Quand as-tu eu envie d’écrire ? Quand as-tu commencé «pour de vrai» ?

J’ai eu envie d’écrire très jeune mais je n’étais pas très douée car j’écrivais comme je parlais (vite et tout attaché !). Je recopiais des livres pour ne pas écrire de monstruosités alors que j’avais 6 ans. Je peux donc me venter d’avoir écrit plusieurs fois l’histoire Pauvre Blaise de La Comtesse de Ségur ! Pour de vrai, j’ai commencé à 12 ou 13 ans.

14– Mais au fait, pourquoi écris-tu ?

Pour exprimer mes émotions. Mon corps me semble trop petit pour tout contenir.

15– Comment écris-tu ? As-tu un cérémonial précis : lieu, horaire, ou autre ?

J’écris à la main ou à l’ordinateur. Pas de cérémonial précis sauf que je pense être plus efficace le matin. Actuellement, j’écris beaucoup car je suis en congé. J’ai remarqué qu’en fin de journée, alors que la nuit tombe déjà grâce à l’automne, avec une bougie près de moi, j’écris beaucoup et rien ne peut me déranger ! Je pense que je peux écrire n’importe où mais le matin, je suis simplement plus tranquille car rien n’est encore venu polluer mon esprit.

16– Y a t-il des auteurs qui t’ont influencé, qui ont «modelé» ce que tu écris ? Lesquels et quels écrits plus spécifiquement ?

Amélie Nothomb m’a donné envie de lire et donc je pense m’a permis d’améliorer mon écriture car pour moi, un auteur qui ne lit pas n’est pas un véritable auteur. Anna Gavalda m’a permis de trouver mon style et de m’y tenir sans effort et enfin, Bernard Werber m’a aidé à creuser mes personnages et m’a donné envie de créer des univers. Les livres qui m’ont le plus influencé sont de ces trois auteurs : Cosmétique de l’ennemi de Nothomb, Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part de Gavalda et Les Thanatonautes de Werber.

17– Et puis qu’écris-tu ? As-tu des univers précis que tu développes peu à peu ou alors c’est à chaque texte un monde différent ? Raconte nous.

J’écrivais jusqu’à présent sur des émotions et des moments particuliers. J’aime cette idée qu’une seconde peut tout faire basculer du bon ou du mauvais côté. J’aime aussi retranscrire l’émotion d’une personne dans le paysage. Mais maintenant que j’ai commencé mon premier roman, je m’éloigne de mes habitudes. Il y a toujours ce travail sur les émotions mais l’univers est nouveau pour moi. Il y a maintenant beaucoup plus de science fiction alors que je m’attachais au réalisme auparavant.

18– Et tes personnages ? Tu as des personnages fétiches que tu places régulièrement dans tes écrits ?

Je crois que mon personnage fétiche est Adrien Poche du nom de ma première longue nouvelle policière. Il aura une voir plusieurs suites et j’aimerais lui consacrer un roman. Aucun autre personnage n’est représenté plusieurs fois car ayant écrit beaucoup de nouvelles, leurs personnalités étaient assez succinctes.

19– Est-ce que toi, tu te mets en scène dans des textes ? Si oui, est-ce que c’est un personnage récurent, une sorte de métaphore de toi-même ou est-ce que c’est par trait de caractère ? Un pour ce personnage là, un autre pour celui-ci ?

Dans chacun de mes textes, je pense que l’on peut me retrouver mais ça reste discret sauf dans le premier livre où je me mets clairement en scène. On retrouve des traits de caractère très prononcé chez moi ou encore des choses que je ne dis pas mais que je ressens ou ressentirais si j’étais dans le cas de mon personnage. Si je ne le disais pas dans les remerciements, personne ne saurait que j’ai beaucoup de points communs avec Adrien Poche !

20– Les DRM tu en penses quoi ?

Que c’est une arnaque ! Surtout si on paye un produit ! Je trouve que ça ressemble à un gros piège.

21– Le numérique adapté aux bouquins, tu en penses quoi ?

Je pense que ça peut pousser les gens à lire plus car certains sont allergiques aux livres, ils sont dégoutés depuis l’école. Mais sinon, je suis encore trop attaché à mon livre papier. Il en faut pour tous le monde et je ne m’y oppose pas du tout même si pense que pour l’instant, la France est à la traine que ce soit pour le choix ou le prix.

22– Les licences libres, pourrais-tu imaginer publier des choses sous une licence libre comme la licence art libre : http://fr.wikipedia.org/wiki/Licence_Art_Libre , que ce soit oui ou non pourquoi une telle réponse ?

Oui pourquoi pas. Avec un même début, on peut écrire un nombre presque illimité d’histoires. Avec Adrien Poche par exemple, je pourrais me laisser tenter. Ça me fait penser aux Fanfictions dont je ne suis pas particulièrement fan mais dont je trouve une utilité : pousser des personnes qui n’écrivent jamais à développer leur créativité.

Branchement dont tu es l’héroïne, si tu as répondu que tu ne pensais pas un jour publier en licence libre, va en question 23 sinon en question 24,

23– Est ce que tu as répondu non à la question 22 parce qu’il est difficile de transposer les business existant au niveau du logiciel libre dans le domaine de l’art libre ?

24– Revenons-en à l’écriture, comment te viennent les idées ?

Sans prévenir ! En vivant, tout naturellement.

 

25– Si tu avais un ou deux conseils à donner aux jeunes auteurs pas encore publiés (ou auto publiés) qui vont lire tes mots, tu leur dirais quoi ?

Avec le prix Goncourt remporté par Alexis Jenni, je pense que l’on peut se rassurer un minimum : les éditeurs ouvrent leur courrier et lisent les manuscrits ! Il faut persévérer que ce soit dans sa recherche d’un éditeur ou bien en apprenant toujours plus pour faire soi-même sa promotion et surtout ne jamais cesser d’écrire.

Branchement dont vous êtes l’héroïne : si tu as répondu «va plutôt chercher un vrai boulot» à la question 25, passe à la question 26 sinon va à la 27.

26– Bon, et à part ce conseil là, tu as pas un autre vrai conseil pour ceux qui voudraient écrire et finir par se faire publier ?

27– L’auto édition, après y avoir goûté, tu en penses quoi ?

Je pense qu’elle ne correspond pas à tous le monde. Si l’on édite son livre, c’est que l’on veut être lu. L’auto édition exige du temps et des connaissances qu’il nous faut bien trouver ! Je commence à me lacer de tout cela et vais chercher un éditeur. Ceci-dit, je pense que c’est une bonne chose que ça existe ne serait-ce que pour éviter l’édition à compte d’auteur.

Ta vraie life, quand tu n’es pas au boulot

28– Ton bureau chez toi, à quoi ressemble-t-il ? (si tu as une photo…)

A un support bien courageux. Entre les bouteilles d’eau, les piles de magazines, les piles de livres à lire, les piles de livres pour m’améliorer en anglais et les montagnes de papier, j’avoue que je peux avoir du mal à trouver mon ordinateur ! Surtout si mon chat s’ajoute à tout ça !

29– Tu t’investis dans des trucs précis (projets divers, art, asso… ?)

Je fais parti du collectif Bons Baisers De Partout qui réunis un bon nombre d’auteurs auto édités ou ayant trouvé un éditeur. Le but est de, chaque année, écrire un recueil de  nouvelles, de poésies et d’illustrations et de verser les fonds récoltés à une association de notre choix. Je vais y participer pour la troisième année consécutive.

30– Parle nous plus d’une de tes passions non jeux vidéo, JDR, bouquins (depuis quand, en quoi ça consiste, pourquoi tu aimes…)

La cuisine ! J’adore cuisiner et j’adore manger ! Je suis rarement les recettes car l’inspiration prend vite le dessus. Je n’ai que deux pêchés mignon : le chocolat et la mozzarela (mais pas ensemble !)

31– Es-tu rôliste ?

Non. Quand j’étais plus jeune, j’en faisais avec ma grande sœur. Je me retrouvais toujours en prison, dans les douves, jetée aux requins ou je ne sais quoi ! Mais, de découvrir ce blog m’a donné envie de retenter. Les seuls que je connais viennent des Livres dont vous êtes le héros.

Branchement dont vous êtes l’héroïne : si tu as répondu oui à la question 31 passe à la 32 sinon à la 34.

 

32– A quel style de jeux joues-tu ? Plutôt joueuse ou MJ ? Pourquoi aimes-tu jouer aux JDR ?

33– Tu as d’autres passions, loisirs ? Lesquels ?

Ma vie est actuellement surtout faite de lecture et d’écriture. J’apprends aussi la guitare avec le secret espoir d’écrire des chansons. Ensuite, vient la cuisine et les balades dans la nature.

Jeux vidéo

34–  Joues-tu ou as-tu joué à des jeux vidéo ?

Oh oui ! J’ai essayé beaucoup de choses mais ça ne dure jamais ! A part l’ordinateur, je ne reste que rarement devant un écran.

Branchement dont vous êtes l’héroïne : si à la question 34 tu as répondu oui va à la question 35 sinon va à la question 40  (les questions peuvent être au passé si tu as arrêtée).

35– A quoi joues-tu ? Tu aimes quoi comme types de jeux ?

Je joue à la Wii et la DS. Les jeux que j’aime sont très « mignons » : Les Simpsons, les jeux pour entrainer son cerveau ou faire du sport et Mario bien sûr. Quand j’avais une Gameboy, c’était les Schtroumpfs, Tétris et Kirby !

36– Ton premier souvenir de jeux vidéo ?

Mario avec la Super Nes !

37– Ton dernier coup de cœur ?

Aucun !

38– Atari 2600, Master System ou NES ?

NES !

39– Les jeux en mode texte, comme NetHack ou autre, tu connais ? Tu pourrais y jouer aujourd’hui ?

Oui je pense. Dès que c’est en 3D, je galère ! Je ne suis pas faite pour les jeux vidéos. J’ai honte de mes réponses (rire).

Les bouquins

40– Tu lis ? Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ?

Beaucoup !

41– Tu lis de tout ou tu as des styles de prédilection dont tu ne sors pas  ?

Je n’ai pas de style particulier et je peux me laisser tenter assez facilement. L’horreur et surtout la BitLit par contre, j’évite.

42– SF, MedFan, Bitlit, tu as un préféré ?

SF sans hésiter !

43– En ce moment tu lis quoi ?

Clara des tempêtes de Daniel Pagés. C’est un livre très poétique qui se lit entre 10 et 110 ans !

44– Ton livre préféré ?

Les Thanatonautes de Bernard Werber.

45– Le livre que tu as détesté lire et que pourtant tu as fini ?

Le voyage d’hiver d’Amélie Nothomb

46– Et si tu devais me conseiller un livre (en français) ? Un livre qu’il faut que je lise pour ne pas avoir rater ma vie et qui en plus me plaira ?

Les fleurs du mal de Baudelaire. Qu’il te plaise ensuite, je ne peux pas le garantir ! (NdMrJmad : je l’ai déjà lu, il y a pas mal de temps et j’ai aimé 🙂 )

 

Question pour me faire mousser

 

47– Est-ce que tu lis le Mad Blog ? Pourquoi (que ça soit oui ou non) ?

Je viens de le découvrir alors je dirais : à peine. Il y a beaucoup de choses à lire et je ne sais pas par où commencer. Sans doute par les critiques de livres.

Allez, on a presque fini, quelques dernières questions pour vraiment te connaître

48– Tu es plus Daniel Radcliffe ou Michael J Fox  ? Pourquoi ?

Michael J Fox ! Plus naturel, plus talentueux ! Et puis il fait parti de nos vies avec la saga Retour vers le futur. C’est plus de ma génération qu’Harry Potter.

49– Si tu devais choisir un bouquin, un bon film, une série cool, une série pourrie, un nanard, tu choisirais quoi (choisis un de chaque et si possible donne une explication) ?

 

  • Un bouquin : Écriture de Stephen King parce qu’on rit, on apprend et ça sert !
  • Un bon film : Ce que veulent les femmes de Nancy Meyers pour la musique et Mel Gibson qui n’aurait pu être remplacé dans ce film.
  • Une série pourrie : Rex parce qu’on est obligé de regarder jusqu’à la fin malgré nous !
  • Un nanar : Hitman le cobra parce que c’est le seul dont j’ai entendu parler mais bien sûr, si Transformers peut entrer dans la catégorie…

 

50– Si tu devais choisir un événement que tu as vécu, un seul, pour te définir, tu choisirais lequel ?

Ma rencontre avec mon mari.

51– Ton pire souvenir scolaire ?

Le jour où mon prof de français a glissé de l’estrade. J’ai eu un fou-rire terrible sauf que j’étais la seule à rire. Bon j’étais en 6ème.

52– Quand tu étais petit, tu voulais faire quoi comme métier ?

Archéologue.

53– Quand je dis chaussette, tu penses à quoi en premier ?

A Zidane dans une pub d’eau minérale « Chaussettes, chaussures… »

54– Tu es plus brandade de morue ou cheesburger ?

Cheesburger.

Juste avant la fin, un peu de liberté

55– Une question à laquelle tu aurais aimé répondre et que je ne t’ai pas posé ?

Si tu étais un animal, lequel serais-tu ?

56– Et donc, la réponse ?

Une marmotte… Même si j’adore le froid.

57– Un coup de gueule à passer ?

Je ne supporte plus la sinistrose des médias !

58– Un sujet qui te tient à cœur et dont tu veux parler à ceux qui lisent ton interview ?

Euh… Et si on souriait dans le métro, dans la rue ou bien parce qu’il fait beau ou bien parce qu’il pleut ? Bref, et si on arrêtait de tirer une tête d’enterrement même les jours où l’on ne va pas au cimetière ?

Le mot de la fin, en 17 mots ? (ce qui fait les 17 mots de la fin)

Je vous remercie d’avoir lu cette interview et vous invite à la commenter dans… les commentaires !


Flattr this!

 Posted by at 15:11

  2 Responses to “La MadInterview de Charlotte Boyer, auteur mais pas que”

  1. […] by Agent Share Tweet Après l’interview du MadBlog, découvrez celle accordée à Julien Perrin, auteur de dark fantasy. Charlotte y parle de ses […]

Sorry, the comment form is closed at this time.