Oct 212010
 

Les hivers en Ilderland sont longs, rudes et glacés. La neige tombe sans interruption pendant de nombreux mois. Les vents froids s’amusent à gifler ceux qui se risquent à sortir. L’hiver est si terrible que les loups viennent aux coins des maisons fouiller les ordures qui traînent, gelées. Et, au plus profond de l’hiver, lorsqu’il fait si froid que l’air que l’on respire nous brûle la poitrine, il parait qu’alors, certaines nuits, les croquemitaines sortent de leur cachette et viennent toquer aux fenêtres des maisons, espérant qu’un petit enfant curieux leur ouvrira et qu’ils pourront le kidnapper et le dévorer.

IlderBourg, la capitale, n’est pas épargnée par le froid de la morte saison, bien au contraire. Perchée toute en haut de l’unique montagne du pays, elle grelotte, glacée, essayant de résister tant bien que mal aux assauts du blizzard, en attendant impatiemment le printemps. Des feux brûlent à chaque coin de rue. Des pages du Roi parcourent les rues, répandant du sel au sol pour empêcher qu’il s’y forme du verglas. Pourtant, chaque année, lorsque le printemps arrive et que les bonhommes de neige fondent, les préposés au nettoyage des ruelles se rendent compte que certains étaient en fait de pauvres hères morts de froid, gelés et recouverts de neige.

Le vieux Roi, lui, adore l’hiver. Le vent froid, la neige blanche et pure lui rappelle sa jeunesse et les guerres qu’il a dû mener pour protéger l’Ilderland alors qu’il n’était qu’un jeune prince. Il se promène souvent dans la cour de son château, emplissant ses poumons du parfum de l’hiver tandis qu’il lui semble entendre à nouveau les bruits des batailles de sa jeunesse, les cris d’agonie des soldats, le bruit des épées s’entrechoquant et les cris des corbeaux qui tournent au dessus du carnage.

Ce jour d’hiver, comme chaque jour, le Roi se promenait. Alors qu’il marchait lentement le long du chemin de ronde de sa forteresse, contemplant son royaume, son regard tomba sur la chaumière appuyée contre le mur d’enceinte Nord, la demeure et l’atelier de son bourreau. Une épaisse fumée noire sortait de la cheminée de celle-ci et des bruits bizarres s’en échappait, à intervalles réguliers, d’abord comme si deux pièces de métal glissaient l’une contre l’autre, puis un bruit sourd, puis à nouveau le glissement des pièces de métal suivi du bruit sourd.

Intrigué, le vieux Roi décida de rendre visite à son bourreau.

Lorsqu’il entra dans la chaumière de son bourreau, il comprit  tout de suite d’où provenait les bruits bizarres qu’il avait entendu de l’extérieur. Ils émanaient de la machine à découper en fine tranches les prisonniers. Deux apprentis du bourreau s’affairait autour d’elle, l’utilisant sans cesse, se servant de mannequins à la place de prisonniers. Après chaque découpage, ils prenaient des notes puis modifiaient les poids qui actionnaient les lames découpeuses.

Alors qu’il pensait sa curiosité satisfaite, il remarqua avec étonnement la grande hotte de métal qui chapeautait la cheminée à foyer ouvert. Cette cheminée était un élément essentiel de l’atelier du bourreau. Siégeant au centre de la chaumière, elle réchauffait la pièce et servait aux petits travaux de forge que demandait la construction des machines à torture. Enfin, elle permettait de chauffer à blanc les lames, pinces et autres instruments que Nilgor utilisait lorsqu’il pratiquait  son art dans sa chaumière. Mais, le Roi ne comprenait pas à quoi pouvait servir la grande hotte de métal. Un long tuyau noir sortait de la hotte et la reliait à une deuxième hotte placée juste au-dessus de l’établi du maître des lieux. Un des assistants de Nilgor, juché sur une espèce de monture en fer, pédalait de toutes ses forces, entraînant ainsi tout un ensemble de poulies et de câbles reliés au grand tube noir de métal.

Nilgor qui travaillait sur sa planche à dessin rudimentaire, se leva en sursautant et salua bien bas le Roi tout en bégayant légèrement.
“Messire, quel honneur de vous avoir dans ma modeste chaumière. J’en suis ravi. Je voulais justement vous montrer les plans de ma nouvelle machine, une vraie merveille, une avancée phénoménale dans la façon de penser la tor…”.

Le Roi, sans attendre la fin de la tirade de Nilgor le coupa d’un geste de la main et d’un “plus tard” tranchant.
“Avant de me montrer votre nouvelle création, expliquez-moi à quoi sert cette bizarre machinerie, maître bourreau”, ordonna le Roi tout en montrant la grande hotte, les tubes de métal noir, les poulies et l’apprenti qui s’échinait toujours sur ses pédales.

“Trois fois rien, mon Seigneur, c’est une idée qui m’est venue récemment. Voyez vous mon Roi, je suis plutôt frileux et l’hiver il m’est très difficile de dessiner des plans corrects, le froid faisant trembler mes doigts. Alors j’ai inventé ce dispositif tout simple, il recueille l’air chaud qui se trouve au dessus du foyer et l’amène jusqu’au dessus de mon établi. L’air est déplacé grâce à des hélices logées dans les tubes et qui sont actionnées par mon assistant. Invention très ingénieuse, n’est-il pas mon Roi ?”

Le Roi acquiesça distraitement, tandis qu’il regardait à nouveau les apprentis utiliser la  machine à découper en fine tranches les prisonniers.
“Maître bourreau, que font donc vos apprentis avec cette machine ?”.
Nilgor saisit une lamelle d’un des gros mannequins qui traînait par terre.
“Vous vous souvenez sûrement Messire, les problèmes que nous avions eu avec la découpeuse lors de la dernière torture publique”.
“Bien entendu que je me souviens,” rétorqua le Roi. “Le royaume a du dédommager les spectateurs, cela nous a coûté une fortune, nous avons même du augmenter les impôts”.
Nilgor, honteux d’être indirectement responsable de la presque faillite du royaume, repris : “Je vous présente encore une fois toutes mes excuses mon Roi. Je ne pouvais prévoir que ce demi-ogre serait si gras et si gros. Il était impensable que les lames puissent ainsi se coincer a mi parcours. Pour que cela ne se reproduise plus, j’ai fait construire des mannequins de la corpulence de ce demi-ogre et mes apprentis testent la machine. Nous pourrons ainsi nous en resservir”.
Le Roi qui commençait déjà à s’ennuyer hocha la tête.
“Bien, très bien maître Bourreau, mais notre temps est précieux, montrez moi donc les plans de votre nouvelle machine”.
Nilgor ne se le fit pas dire deux fois et s’empressa de déplier les plans sur lesquels il travaillait avant que le Roi n’entre.
“Regardez Messire, l’idée est très simple, et c’est mon système de chauffage de ma planche à dessin qui me l’a inspiré. Cette machine est faite pour torturer deux gueux dont l’un des deux aura la vie sauve. Elle se compose de deux cages. Le fond de chaque cage est plongée dans de l’huile bouillante. A l’intérieur de chaque cage, il y a une plateforme sur laquelle est fixée le même mécanisme que celui-ci”. Nilgor montre alors l’espèce de monture sur laquelle un pauvre apprenti tout en sueur s’échine à pédaler.
“Vous voyez”, reprend Nilgor. “La plateforme est raccrochée à une tige à dents en métal. Cette tige permet de faire descendre ou monter la plateforme grâce à cette roue à dents que vous pouvez voir. Comme vous pouvez le voir sur le plan, la roue est reliée à un contrepoids par une chaîne. Lorsqu’on lâche le contrepoids, la plateforme, et donc le prisonnier, ont donc tendance à descendre lentement vers l’huile bouillante. C’est là qu’intervient ce bizarre mécanisme à pédales ainsi que le deuxième contrepoids, lui aussi relié à la roue à dents grâce à une autre poulie. Mais alors que le premier contrepoids fait descendre la tige et donc la plateforme vers l’huile bouillante, le deuxième contrepoids lui exerce une force opposée qui a donc tendance à ralentir ou même stopper la descente.”
“Mais alors Bourreau, jamais aucun des deux prisonniers ne frira et votre machine ne sert à rien, si personne ne meurt”
“Vous auriez tout à fait raison Majesté, si le deuxième contrepoids n’était pas une outre pleine d’eau mais, percée. C’est là toute l’astuce. Au fur et à mesure que l’eau s’écoule, l’outre s’allège et donc ne contrebalance plus le contrepoids de pierre. Le prisonnier se rapproche alors de l’huile. Le mécanisme à pédale que peut actionner le prisonnier permet de pomper de l’eau et de remplir l’outre. Donc, si le prisonnier pédale de toutes ses forces, il pourra ralentir ou même stopper la descente de la plateforme. A ce jeu là, il y aura forcément un des deux prisonniers qui se fatiguera et qui finira par frire lentement. L’autre aura la vie sauve”.
“Merveilleux maître bourreau, tout simplement merveilleux, encore une fois vous prouvez que vous êtes le meilleur”.
“Ce n’est pas tout, Messire” enchaîna Nilgor.
“J’ai eu une autre idée, celle de faire participer les spectateurs, vous voyez, les contrepoids sont en fait des sacs dans lesquels il y a un certain nombre de pierres. Voilà ce que j’ai imaginé, les spectateurs pourraient avoir le droit de rajouter des pierres dans le sac de l’un des deux prisonniers, celui qu’ils veulent voir être frit, cela permettrait d’impliquer les spectateurs dans la torture, je suis sûr qu’ils ador…”.
“Mais vous avez tout a fait raison mon Nilgor”, coupa à nouveau le Roi. “Nous pourrions d’ailleurs faire payer les spectateurs pour cela”, continue sa Majesté.
“C’est décidément une idée géniale que vous avez eu là, le royaume vous pardonne presque le fiasco du demi-ogre. Bien je vous laisse travailler maintenant, il faut absolument que cette magnifique machine soit prête pour la prochaine torture publique”.
Et tandis que Nilgor retournait s’activer sur sa planche à dessin, tandis que son pauvre apprenti suait sang et eau sur ses pédales, le Roi lui, repris sa petite promenade en rêvant aux recettes de la future séance de torture.


Flattr this!

Sep 302010
 

Connaissez vous l’Ilderland ? C’est un joli petit pays, perdu quelque part dans les méandres du Moyen-Âge. La capitale est nichée au sommet d’une haute et sombre montagne, qui se trouve d’ailleurs être l’unique montagne du pays. Le château du Roi, lui se dresse en plein centre de la capitale. C’est un beau et fier château, tout en donjons, tours de garde, remparts et minaret. Dans la cour du château, quelques petites maisons recouvertes de leur toit de chaumes sur lesquels, parfois, se réfugient poules et poulets.

Puisque nous parlons de chaumière, vous voyez la petite là, qui se dresse tout contre le mur d’enceinte nord, avec ses murs noircis et son toit légèrement bancal ? C’est là qu’habite Nilgor, le maître bourreau. Quelque soit l’heure de la nuit ou du jour, elle bourdonne d’activités, des bruits bizarres y retentissent, des explosions s’y font entendre, des feux s’y déclenchent, des odeurs pestilentielles s’en échappent parfois. Et lorsque par miracle le calme s’y fait pour quelques instants, on ne tarde alors pas en voir sortir Nilgor, les bras chargés de plans, courant à la recherche du Roi comme si le destin du monde en dépendait.
Nilgor prend en effet son métier très au sérieux qu’il a hérité de son père que lui même avait hérité de son père et cela depuis que l’Ilderland est l’Ilderland.
Nilgor est le bourreau du Roi. Lorsque c’est nécessaire, il torture et met à mort les malheureux prisonniers qui pourrissent dans les geôles du château.

Mais les geôles sont bien souvent désespérément vide. Alors en attendant, pour ne pas s’ennuyer, il invente de nouveaux moyens de torture, tous plus tordus, loufoques, inimaginables les uns que les autres.

Vous voulez mon avis à propos de Nilgor ? Mon arrière-arrière-grand-père avait coutume de dire que les maisons ressemblaient à leur propriétaire. Si c’est vraiment le cas, le plafond de la chaumière de Nilgor doit être un véritable repaire d’araignées.

Tenez justement, le voilà qui sort en courant de sa chaumière, apparement tout excité, venez approchons-nous…

En effet, Nilgor, habillé de son uniforme de bourreau courrait vers le donjon du château tenant un bizarre assemblage de métal dans ses mains.

“Le Roi, je cherche le Roi, laissez passer le bourreau du Roi” s’époumonait-il en courant vers la salle du trône. Le Roi s’y trouvait d’ailleurs, somnolant sur son grand trône d’ivoire et d’or rembourré de coussins. Lorsque que Nilgor entra, ou plutôt fit irruption dans la grande salle, le Roi sursauta, manquant d’en perdre sa couronne.

Le Roi de l’Ilderland avait tout du bon vieux Roi. Ses cheveux blancs et sa longue barbe immaculée trahissaient son âge plus que vénérable. Un  embonpoint plus que confortable et qui augmentait avec les années, suffisait à prouver son amour de la bonne chair. Et si, en ce début d’après midi, le Roi somnolait sur son trône, c’était parce qu’il digérait lentement le dernier festin qu’il venait à peine de finir d’engloutir.

Le Roi se redressa, remettant sa couronne d’aplomb et tout en baillant à moitié, s’adressa à Nilgor d’une voix passablement endormie. “Oui, maître bourreau ?”

Le Roi aimait bien Nilgor. C’était en effet grâce à Nilgor que le royaume était aussi prospère. Grâce à Nilgor que le Roi avait pu s’offrir son magnifique trône. La réputation de son maître bourreau avait en effet franchi les frontières du pays. Elle était allée même bien plus loin, traversant pays après pays, jusqu’à, mais cela n’était sûrement que rumeurs d’ivrognes, ce qu’elle rebondisse contre les bords du monde. Des dizaines et des dizaines de touristes se pressaient à chacune des exécutions publiques de l’Ilderland espérant pouvoir admirer la nouvelle machine à torturer que Nilgor n’avait pas manqué de construire. Et qui dit touristes dit argent, dépenses, souvenirs, achat de petits cadeaux. Des boutiques de souvenirs n’avaient d’ailleurs pas tardées à fleurir partout dans la ville. On y vendait des modèles réduits de machines à tortures, des plans, des maquettes, des poupées Nilgor, des oreillers, des tableaux dédicacées et que sais-je encore.  Et à chaque fois qu’un touriste achetait un souvenir, louait une chambre, s’offrait un repas, une partie de son argent, grâce à la magnifique invention qu’était les impôts, se retrouvait dans les coffres du Roi. Alors oui, le Roi adorait son maître bourreau. Il l’adorait tellement qu’il lui pardonnait même les multiples entorses à l’étiquette que Nilgor ne manquait pas de faire. Que voulez-vous, on ne tue pas la poule aux oeufs d’or.

Nilgor après une rapide révérence, tellement râtée qu’elle en aurait fait se pâmer de honte un courtisan professionnel, s’approcha du Roi, donnant des explications d’une voix surexcitée.

“Vous voyez, Majesté, après le repas, j’adore manger une fine tranche de fromage sur du pain. Et comme je suis assez gourmand, j’en mange toujours deux. Mais c’est vraiment difficile de couper une fine tranche de fromage, une tranche dont l’épaisseur ne varie pas et qui soit suffisamment longue pour recouvrir le pain.”

A ce moment, Nilgor sortit un pavé d’emmental d’une quinzaine de centimètres de long, d’une demi douzaine de largeur et d’épaisseur, mimant le geste consistant à couper une longue lamelle d’un peu moins d’un demi-centimètre d’épaisseur.

“Vous voyez ?  C’est presque impossible de faire une belle tranche, et ça m’a toujours empêcher de pleinement déguster mon fromage…”.

Le Roi, ne comprenait pas vraiment ce que lui racontait son bourreau, commençait à s’impatienter et à se dire qu’il n’arriverait jamais à se rendormir…

“Soit, soit, mon maître bourreau, mais en quoi cela concerne votre Roi ?
Venez-en au fait que diable !”

Nilgor s’empourpra, puis continua.

“Vous allez comprendre Majesté, regardez. Pour résoudre mon problème, j’ai inventé une machine découpeuse de tranches de fromage. Et comme je suis gourmand, elle coupe deux tranches à la fois”

Nilgor s’approcha un peu plus du Roi,lui montrant le bizarre assemblage qu’il tenait contre lui. La machine, si on pouvait l’appelait ainsi était en fait très simple, deux espèces de C de fer se faisaient face. Les C étaient reliés par quatre tiges filetées de métal. On rapprochait les C de fer l’une de l’autre en vissant des écrous qui se trouvaient sur les tiges. Si on serrait les écrous au maximum, on se retrouvait donc avec un parallélépipède. Sur les parties horizontale des C, on pouvait distinguer une petite rainure, se trouvant à peu près à un demi centimètre de la partie verticale du C de fer.

“Regardez Majesté, je place le fromage entre les mâchoires de ma machine, je serre avec les écrous jusqu’à ce que le fromage soit coincé et ensuite…”.

Nilgor sorti deux lames de fer qu’il plaça dans les rainures et qu’il fit glisser ensuite dans celles-ci, coupant deux tranches parfaites de fromages.

“Et voilà, j’obtiens deux magnifiques tranches de fromage, et cela quelle que soit l’épaisseur de départ de mon bout de fromage, n’est-ce pas magnifique Majesté ?”

Le Roi qui ne comprenait maintenant plus rien et qui commençait à s’ennuyer ferme, s’énerva un peu plus.

“Vous gagnez toutes mes félicitations pour votre invention cher maître bourreau, mais en quoi cela justifie-t-il que vous dérangiez votre Roi ? Vous auriez du montrer cela à mon chef cuisinier.”

Nilgor s’empourpra un peu plus.

“Je suis désolé d’abuser ainsi de votre temps mon cher Roi, mais si je viens vous parlez de ma toute petite invention, c’est parce qu’il m’est apparu tantôt, tandis que je me coupais deux tranches de fromage, que nous pourrions construire une machine bien plus grande, et qu’à la place de fromage nous pourrions découper un supplicié en tranche, toutes fines, jusqu’à ce que mort s’en suive, qu’en pensez-vous mon Roi ? Si vous m’en donnez la permission j’aimerais construire tout de suite la machine pour pouvoir l’utiliser dès que possible”

Le Roi, réprima un frisson, imaginant la chose, se disant une fois de plus que son maître bourreau était complètement fou…

Puis le Roi pensa à tout l’argent qu’allait rapporter la prochaine torture publique et il sourit à Nilgor.

“C’est vraiment une idée géniale que vous avez eu mon cher maître bourreau, vous avez bien entendu mon autorisation, construisez la machine aussi vite que possible. Je suis sûr qu’elle enthousiasmera les foules qui viendront assister à votre office.”

Et tandis que le Roi continuait tranquillement sa sieste, rêvant de trône et de festin, Nilgor tout joyeux, rempli du sentiment du devoir bien fait, commençait à construire sa découpeuse de suppliciés.


Flattr this!