Jan 142017
 

On est reparti pour la routine désormais classique. Le bilan annuel. Bon ben cette année ça ne sera pas joli joli.
Parce que si il y a bien une chose de certaine c’est qu’en 2016, j’ai ‘rien fait’.

Début 2016, j’avais plein de grand projet. Réussir mon projet Bradbury, remettre un coup de neuf sur tout mes vieux textes et les publier, finir mon jeu qui était quasi fini, virer les wordpress , et avoir des vacances, tranquille mais des vacances.

Autant dire que je n’ai rien fait de tout ça. J’ai écrit 7 nouvelles et non pas 52. J’ai fermé aucun wordpress. Je n’ai pas ajouté une ligne de code à mon projet de jeu. Je n’ai pas remis à neuf un seul de mes vieux textes. Je ne suis quasiment pas parti en vacances (9 jours en tout et pour tout sur l’année).

A la place j’ai bossé, le jour, parfois la nuit, souvent le week-end. J’ai bossé et j’ai peu dormi (ça c’est l’effet papa à nouveau).

Ce n’était pas prévu. Mais c’était nécessaire. Je ne regrette pas d’avoir passer une année à cravacher sur différents projets boulots. Au contraire même. Ce fut une année intense a plusieurs point de vue. Une année pour voir ce que ça pouvait donner de pousser la vapeur au max du possible.

Mais du coup, une année qui laissera un gros vide en terme de projet perso.  Même niveau piges, j’ai seulement écrit une bafouille (pour Linux Mag) concernant un livre parlant de PostgreSQL  (architecture et notions avancées)… Quand je vous disais que ce n’était pas folichon.

Bon au moins, j’aurais comme toujours :

  • aidé pour les DjangoCong de l’année (à Rennes)
  • assisté à PyconFR, j’en parle ici.  (à Rennes aussi, c’était cool de revoir des gens pas vu depuis longtemps)
  • été présent à l’E1 à Toulon ( la S4, un excellent cru d’ailleurs, avec pour sujet le Fail)

et pour la première fois :

  • pu aller à Django under the Hood à Amsterdam.

Et tomber totalement amoureux de cette ville où je n’étais jamais allé ! J’espère pouvoir retourner à DutH l’année prochaine et je retournerais sur et certain à Amsterdam pour plus que 3 jours, parce que mince, qu’elle est agréable à vivre cette ville ! (et puis il y a du fromage et de la bière, que demander de plus !! )

Mais du coup, après 5 ou 6 jours en fin d’année pour me remettre en forme, pour effacer (ou au moins commencer) la dette physique (et psychique) de l’année 2016, je repars avec l’envie d’avoir une année 2017 pleine de truc que je ferrais, cette fois.

On verra …

(Déjà je vais commencer par écrire ici plus que ce que je ne l’ai fait en 2016, ça ne sera pas trop trop dur).


Flattr this!

 Posted by at 00:34

Bilan 2015

 De tout et de rien  Comments Off on Bilan 2015
Jan 032016
 

Et voilà, la même routine chaque année, un petit billet de bilan. Lors de mon billet de bilan 2014, je voulais ‘faire des choses’ en 2015. Au final, je ne suis pas vraiment très satisfait de la partie ‘faire des choses’ de l’année 2015. J’ai eu un peu l’impression de ne pas faire grand chose.

Mais après, vu l’année totalement folle que fut 2014,  il semblerait que j’ai eu besoin d’un break en 2015 pour reprendre mon souffle.

Donc, venant en au fait, les choses faites.

Prise de parole et conférences

Là, le nombre d’intervention que j’ai faite à carrément chuter. Je n’ai pris la parole que deux fois en 2015.
Une conférence qui restera dans les annales comme la conférence ayant les pires slides du monde (merci OpenOffice qui ne met pas par défaut les polices dans les slides …) lors de la DjangoCong Clermont Ferrand.
Une autre conférence au RMLL, sur un retour sur nos dix ans d’entreprise (orienté sur les choix que nous avons fait pour vendre).
Bon à coté de ça, j’ai pris un peu plus pris la parole qu’habituellement niveau boulot (2 conférences ainsi que 2 webinars pro au cours de l’année)

Nivau conférences, cette année je suis allé :

  • à la djangocong
  • à E1 à Toulon
  • à Pytong 3
  • aux RMLL

Organisation de choses

Cette année j’ai vraiment mis un coup de frein. J’ai modestement aidé à l’organisation de DjangoCong Clermont Ferrand et était un soutien sur place pour la Pytong 3 à Lyon. Rien de plus. Et c’était bien comme cela. J’avais besoin de toute façon de souffler un peu niveau organisation après la folie EuroDjango.

Ecriture

Niveau texte, rien de nouveau en 2015, honte à moi. Mais je compte bien me rattraper en 2016, avec mon projet Bradbury (et puis j’ai déjà explosé mon compteur de 2015 en publiant le 2 janvier un premier polargeek).
Niveau blog, quinze article cette année ce qui veut dire que j’en ai écris exactement autant qu’en 2014. J’ai en plus écris deux billets sur blog2rolistes, un sur mon avis sur les background de personnages et un sur Londres et quoi y faire quand on est un rôliste. Pour le coup, j’ai fait mieux qu’en 2014 où je n’avais écris qu’un article pour blog2rolistes.
Niveau piges, j’ai quasiment rien écrit pour Plato, cette année je n’aurais fait qu’une chronique Jdr. C’est totalement un fail, il va falloir arranger cela.
Par contre j’ai été productif pour les éditions Diamond (alors qu’en 2014 je n’avais écris qu’un seul article), très majoritairement pour Linux Magazine :

  • un article de présentation sur Rust
  • un article sur Django Rest Framework
  • un article sur Django 1.8
  • un article sur Invoke
  • un article sur l’installation de Crème CRM pour Linux Pratique.

Enfin, niveau jdr, j’ai participé à un concours de création de jdr en moins de 250 mots qui a donné naissance à Magéosie. Toujours dans la rubrique jdr, j’ai migré les régles du Simon Système, je suis passé d’un repository mercurial sphinx à un gitbook branché sur un repo github. Ce qui induit une migation de Restructured Text vers Markdown. Facile mais pas non plus immédiat.

Code

Ici pas grand chose, enfin pas grand chose de fini :

  • J’ai pris le temps de packager et de publier sur pypi ma mini app pour intégrer le js de reamaze dans un projet django.
  • J’ai un poil avancé mon application de gestion de badges, mais je ne l’ai toujours pas mise en pratique dans un vrai projet
  • J’ai démarré (encore une fois) un développement d’un petit ‘jeu’ web. Là, les choses ont bien avancé, et je devrais avoir quelque chose à montrer courant janvier 2016.
  • J’ai filé un coup de main sur un ou deux projets à voir si certains aboutiront courant 2016. Si oui, j’en reparlerais ici.

Prendre l’air.

Je n’étais plus parti en vacances hors France depuis très très longtemps. (il me semble 13 ou 14 ans…) 2015 fut l’occasion d’un peut rattraper le retard accumulé :

  • en février 12 jours à New York
  • en aout 5 jours à Londres.

Dans les deux cas ce fut des expériences ultra enrichissantes, pleine de découvertes, d’émerveillement et de moment magiques. Deux vrais temps forts dans l’année, deux moment de respiration. Je regrette juste du coup d’avoir passer tant d’année sans voyager.. Il ne me reste plus qu’à publier des carnets de voyages … A voir si j’en ai le courage (pas sur que ça soit super sexy pour d’autres gens que moi de les lire en plus..)

Avec ma fille.

2015 fut l’année de nos premiers ‘grands’ projets ‘artistiques’ avec ma fille.
On a commencé avec une Bande dessinée d’une douzaine de « page-case ». Un dessin par page, totalement fait par elle et un dialogue / texte par dessus qu’elle m’a dicté et que je me suis contenté de retranscrire (en essayant d’éviter d’y ajouter des fautes d’orthographe).
On a continué avec la création d’un jeu de plateau pour enfant. Un premier prototype avec simplement des feuilles A4 puis un vrai prototype avec un grand plateau en carton, des cartes, des jetons et une boite pour ranger le tout. Un projet sur plusieurs week-end, qui nous a pris pas mal de temps et au final un jeu avec lequel on joue assez souvent.

Et pour 2016 ?

Je considère donc 2015 comme une année de pause, de repos avant de rebondir, j’aimerais vraiment arriver à « faire des choses » en 2016. J’ai donc pas mal de projets pour cette année qui commence.

Je me suis lancé dans un projet Bradbury, j’ai donc 52 nouvelles à écrire. Autant dire que si j’y arrive, je vais écrire plus en un an que ce que j’ai écris lors des 10 dernières années.
J’ai un jeu vidéo à finir dans les premières semaine de l’année. Pour la première fois il me semble que je peux finir un tel projet.

J’ai aussi envie de ‘ménage’ et de rangement. Virer les wordpress qui me font chier et les remplacer par des sites générés statiquement (j’ai déjà eu une expérience satisfaisante avec Pelican en 2014, j’ai envie de tester Lektor). Reprendre des vieux textes écris et parfois publier avant que ce blog n’existe et les republier tous ensemble, bien rangés (non cela ne comptera pas comme des nouvelles du projet Bradbury, je ne triche pas). Centraliser quelques parts toutes mes créations jdr diverses et variés.

Niveau vacances, ça sera sûrement plus tranquille en 2016, vu qu’on va devenir parent une seconde fois fin mars début avril, je ne suis pas sur qu’il y aura de grand voyage cette année, tant pis, ce sera pour 2017.

On a encore plein de projets avec ma fille. On a commencé une série de ‘film d’animation’ pendant ce premier week-end de l’année. En clair, elle dessine des personnages et des décors, on les découpe. On prend plein de photos en faisant bouger les choses, je monte le tout et je rajoute sa voix pour la narration. Le premier épisode d’une minute est déjà fini, on verra combien on va en faire. Un autre jeu de plateau avec des dragons est aussi à l’étude, et de nouvelles BD page-case..


Flattr this!

 Posted by at 13:48
Jan 022016
 

J’en avais déjà un peu parlé à certains, j’ai décidé de lancer un projet Bradbury pour 2016. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une idée qui est née à partir d’une citation de Ray Bradbury à savoir :

Écrire un roman, c’est compliqué: vous pouvez passer un an, peut-être plus, sur quelque chose qui au final, sera raté. Écrivez des histoires courtes, une par semaine. Ainsi vous apprendrez votre métier d’écrivain. Au bout d’un an, vous aurez la joie d’avoir accompli quelque chose: vous aurez entre les mains 52 histoires courtes. Et je vous mets au défi d’en écrire 52 mauvaises. C’est impossible.

J’ai donc décidé en cette début d’année, j’ai décidé de rejoindre ceux qui démarrent un tel marathon. La première de mes 52 nouvelles a été publié ce matin, j’ai décidé de commencer par un polargeek.

Après une courte réflexion, j’ai décidé de continuer la publication ailleurs. J’ai donc ouvert un gitbook pour que cela soit facile de lire mes textes (pour ceux qui voudraient les lire) ainsi qu’un repository github pour ceux qui auraient la gentillesse de proposer des corrections (une PR vaut une bière) sur mes textes (au vu de mon expérience de ce matin, cela ne sera pas de trop).

les liens pour aller voir tout ça :

 

Voila, le train est lancé, il me reste 8 jours pour écrire un nouveau texte … On verra combien de temps je vais tenir ..


Flattr this!

 Posted by at 16:05

La science du tee-shirt.

 Trucs et Vrac  Comments Off on La science du tee-shirt.
Jun 132015
 

Je porte très souvent (pour ne pas dire quasi exclusivement) que des tee-shirts. J’en ai beaucoup. J’en achète beaucoup. J’en achète sur le net, dans des boutiques, aux conférences où je vais … enfin un peu tout le temps quoi.

Parce que j’aime bien mettre des tee-shirts. Mais ca m’énerve quand on sous entend que porter des tee-shirts, c’est négliger sa tenue, c’est ne pas faire attention à soi ou c’est être juste un geek qui n’a pas appris à s’habiller.

Parce que c’est totalement faux.

Parce que mettre un tee-shirt, ce n’est pas prendre un truc au hasard dans l’armoire et l’enfiler. Ce n’est pas parce qu’un tee-shirt n’a pas de manchette que c’est un habit au rabais.

Il y a une science du tee-shirt et du choix du tee-shirt. Pour prendre mon exemple, je ne met jamais un tee-shirt au hasard. Je le choisis en fonction du message que je veux faire passer, de l’emploi du temps de ma journée et des gens que je vais croiser.

Signification d’un tee-shirt.

Pour moi, un tee-shirt que je porte peu avoir plusieurs sens :

  • Le tee-shirt à message. C’est celui qui va dire quelque chose. Qui va envoyer un signal. Par exemple, souvent quand je vais a un premier rendez vous chez un prospect, je met un tee-shirt sur lequel il y a ecrit ‘Trust me I am a Engineer‘. Parce que c’est le message que je veux faire passer. ‘Bonjour, je suis avant tout un technicien, un ingénieur, je ne vais pas vous enfumer avec un discours commercial, vous pouvez me faire confiance’. (Bon peut être qu’un jour je tomberais quelqu’un qui se rappelera du même originel.. )
  • Le tee-shirt à référence (Ciné/BD/Jeux vidéos/Séries/Bouquin). C’est celui qui va me permettre de dire ‘j’aime ca, j’ai vu ca, je joue à ça, j’ai lu ça’. C’est typiquement le cas de mes tee-shirt It Crowd. Mais c’est aussi le cas de mon tee-shirt Trust Me qui est une référence directe à TF 2 ( il y a le casque de l’engineer de TF2 dessiné dessus’. C’est aussi le cas de mon tee-shirt ‘I am a Leaf on the wind‘. (Ou de tout mes tee-shirt qui tournent autour de 42)
  • Les tee-shirt souvenirs. Ils ont une signification ‘intime’. Cela peut être les tee-shirt d’un event ou je suis allé ( ParisWeb ou PyconFr par exemple) ou des souvenirs plus persos. Les teeshirt que j’ai acheté à New York, celui que j’avais le jour de la naissance de ma fille. Ils me rappellent des événements, des expériences, des émotions. Ils sont pour moi un support du souvenir.

La où ça se complique c’est que souvent c’est un mix de plusieurs choses. Par exemple mon tee-shirt Born in the Eighties (que je porte au moment ou j’écris le premier jet de ce billet d’ailleurs) écrit à la façon Retour vers le futur est à la fois une référence aux films, bien évidement, mais une info sur ma personne. Je suis né dans les année 80. Un autre tee-shirt, « I do Mass Quantities of Code » est à la fois un tee-shirt pour dire ‘je suis un dev’ et un tee-shirt qui me rappelle NY vu que je l’ai acheté la bas. Ou encore un tee-shirt référence monthy python qu’un ami proche m’a offert un jour .. Mon tee-shirt souvenir naissance de ma fille était avant ‘juste’ un tee-shirt pour dire mon amour à Space Invaders.

Choix du tee-shirt.

Du coup, chaque matin, en fonction de ce que je veux exprimer, je choisi mon tee-shirt. Si j’ai envie de me rappeler mon voyage a NY , je met mon tee-shirt Domo par exemple.
Si je sais que je vais aller, à un moment de la journée, à un regroupement de gens, je vais prendre un tee-shirt référence, comme un IT Crowd ou un mix Zelda GoT. Je peux aussi choisir de mettre un tee-shirt en rapport avec une conférence, pour offrir aux autres une excuse pour engager la conversation. Un tee-shirt PyconFr quand je vais à une réunion de rubyiste par exemple.
Si je vais à un endroit ou je vais souvent (comme les réunions mensuelles du plugFR ou à /dev/var), je vais essayer de mettre un tee-shirt que je n’ai jamais mis avant à cette occasion, si possible une récente acquisition (en espérant bien entendu que l’on me demande où je l’ai acheté parce que vraiment il est trop bien ton tee-shirt).
Quand je vais voir des clients, je choisis en fonction de la personnalité des gens. J’évite par exemple les tee-shirt Cthulhu. Mais par contre, quand je connais un peu les goûts des gens, je mets un tee-shirt en référence (donc parfois Monthy Python, séries, etc .. )

Les fails.

Parce que parfois on peut fail. Et là, c’est le drame. Il y a le fail pas important. On met un tee-shirt que personne ne remarque alors qu’on l’avait expressément choisi pour qu’il serve de point de départ à une conversation ou à une réaction. Bon ben c’est pas grave, on s’est planté dans son choix.

Il y a le fail de choix répétitif. Ca m’est arrivé il y a quelque mois. Avec le tee-shirt « Trust me » justement. Je l’ai mis à deux occasions différentes, à un mois d’écart. Sans faire attention qu’il y avait certaines personnes qui étaient présent au deux (coucou Nicolas). Du coup, forcément, la remarque est arrivé ‘mais tu as qu’un seul tee-shirt ou quoi ?’. Ca c’est déjà plus chiant comme fail. Mais ça se gère. On fait bien bien attention de plus remettre ce tee-shirt là à un moment où l’on va croiser l’auteur de la dite réflexion et c’est bon, après quelques mois, c’est oublié.

Et il y a le pire. Le fail de ‘quelqu’un d’autre à le même tee-shirt au même endroit, au même moment’. Ca ne m’est arrivé qu’une fois, il y a presque 3 ans. Avec le tee-shirt ‘I am a Leaf on the wind‘. Je venais de le recevoir. Pile le temps de le laver et op, je le mettais, deux jours après pour une soirée au plugfr. Et là… la looze ultime. Un autre mec avait le même tee-shirt. Un tee-shirt acheté tout exprès sur Qwertee où les tee-shirts ne sont en vente que 2 jours … La grosse déprime, la grosse honte. J’ai mis du coup plusieurs semaines / mois avant de pouvoir le remettre. Et c’est un tee-shirt que je ne remettrais plus jamais pour une soirée plugfr .. juste au cas où…

Conclusion

Voila, c’est la fin d’un post un peu WTF sur les tee-shirts ; Mais du coup, j’espère que je vous aurais un minimum convaincu que porter des tee-shirts nécessite une vraie réflexion. Et que choisir un tee-shirt, c’est au moins aussi difficile, voir beaucoup plus que choisir une chemise.


Flattr this!

 Posted by at 19:34

Bilan 2014 et vision pour 2015

Ne perdons pas les bonnes habitudes prises en 2012 ! Donc op, un petit billet de bilan de cette année 2014. L’année 2014 a tout de même était une année assez étrange. Je n’avais pas vécu une année aussi stressante depuis … longtemps .. Je crois même que 2014 est l’année la plus stressante que j’ai […]

Standing desk, retour après 2 mois de pratique

Mi aout, j’ai décidé de me mettre au standing desk. Pourquoi ? Alors pleins de raisons, certaines aussi sérieuses que d’autre sont triviales : le 14 aout a été l’occasion d’un grand ménage, changement de position des armoires / bureaux / du canapé / du meuble à vidéo projecteur / des consoles de jeux / du frigo […]

Première participation à un BookSprint, récit d’une nouvelle expérience.

[Note de MrJmad : Ce billet est long. Je vous préviens tout de suite. Il est long et vous n’apprendrez pas grand chose (à part qu’un booksprint c’est bien). C’est simplement en retour de ressenti, à chaud, après une expérience sympa que je viens de vivre. Ne venez pas vous plaindre à la fin si […]

Les DRM et Firefox, et si on arrêtait les conneries.

Je ne suis pas un Fanboy Mozilla. J’utilise simplement Firefox et Thunderbird quasi exclusivement depuis de très très longue années [et avant j’utilisais la suite Mozilla]. Je n’ai jamais cédé aux sirènes de Chrome, même quand c’était hype (y compris dans une frange dure de la communauté libre d’ailleurs qui utilisait Chrome avec gourmandise). J’ai […]

DjangoIsland : Retour sur neufs mois d’orga et 5 jours de conférence

Et voilà, c’est fini. 5 jours sur une île. 5 jours de django. 5 jours de stress, de joie, de discussion, parfois même en anglais. Mais quel bilan en tirer ? Quel regard porter maintenant sur cette quasi année où il n’y a pas eu un seul jour où je n’ai pas pensé à DjangoCon Europe ? […]

Bilan 2013

Comme l’année dernière et comme j’ai décidé de le faire chaque année depuis fin 2012 pour éviter la sensation de ne rien avoir fait de sa vie, voici mon bilan 2013. Prise de parole. Cette année a été une année bien remplie concernant les prises de paroles. Si je ne compte pas les conférences purement […]

Les liens du vendredi, 3 semaines d’un coup

Mon emploi du temps a été un peu compliqué, avec les Djangocong et les salons pro qui arrivent, le mois d’octobre ne va pas être mieux.. Comme je me refuse à arrêter mes liens du vendredi alors que je viens à peine de les reprendre, je vais faire des packs de semaine. Aujourd’hui le pack […]