Dec 232015
 

ATTENTION : Je vous préviens tout de suite, je vais spoiler et pas qu’un peu. Un maximum en fait. Donc ne lisez pas la suite si vous n’avez pas vu le film. Voila vous êtes prévenus.

Toujours là ? Alors c’est parti pour mon avis.

Pour commencer, un peu de contexte. Je l’ai vu jeudi 17 dans une assez petite salle, en mode 3D plus VOST. J’attendais beaucoup de cet épisode 7. Parce que les 1, 2 et 3 furent un vrai choc. Alors que j’espérais avoir la chance de vivre ce que je n’avais pas vécu pour le 4,5,6 parce que simplement je n’étais pas né pour le 4 et trop petit pour les autres, j’ai juste eu le droit de me faire saccager mes rêves, voler cette sensation de vivre la (re)naissance d’un événement culturel important, de pouvoir dire «j’y étais ». Pour l’épisode 1, je suis allé le voir des le premier jour, en faisant la queue pendant je ne sais ps combien d’heure. Je me souviens du cinéma où c’était, de la salle où c’était, des gens avec qui j’étais. Il s’en est fallu de peu que j’y aille costumé … Et puis voilà. Le drame, le gouffre, l’incompréhension.

Autant dire que pour cet épisode 7, j’avais donc beaucoup de crainte. Parce que bon, Disney … parce que bon .. on fout à la poubelle tout l’univers étendu (et je suis très très fan des bouquins de Zahn) Et puis JJ Abrams, il a pas fait que du bon quoi …

Mais d’un autre coté j’avais tellement envie que ça soit bien. Que cette fois, cette nouvelle trilogie ne rate pas son rendez-vous.

Et puis le film a commencé. Cette scène d’ouverture, toute en retenue, sans des fucking effet de spéciaux et des personnages à grande oreille ridicule. Un ombre, deux vaisseaux, la musique. J’en ai les larmes aux yeux. En me disant que c’était bon. En appréciant la 3D, pour la quasi première fois.

Et puis le film continu. Et là, ça se gâte. Donc en bon aigri qui pense que c’était mieux avant, je vais lister tout ce que je n’ai pas aimé dans l’épisode 7.

Tout d’abord, mais bordel où est passé le rythme lent de la première trilogie. On est dans un Star Wars, pas dans un Fast and Furious. J’avais l’impression d’être dans une session de PMT [Porte – Monstre – Trésor pour les noms rolistes qui me lisent] dopé à un truc vachement puissant. Situation de conflit, héros la résolvant sans soucis, loot du trésor, nouvel situation de conflit et on reprend la boucle.

Il n’y a plus de temps mort, plus de mise au tapis des héros, rien qu’une suite de problèmes résolus sans presque transpirer. Rey est enfermée , mise à la question, elle vient de découvrir que la Force existe pour de vrai et … Op elle prend le contrôle d’un esprit d’un Stormtrooper comme si elle était une Jedi confirmée. Ce que j’aimais dans les vieux c’est qu’au final Luke gagne pas parce que c’est le plus fort, mais parce que c’est le plus résistant. Il n’arrête pas de se prendre des coups, il n’arrête pas de rater, mais a chaque fois il se relève, prêt à prendre le prochain coup et à se relever, encore et encore. J’aimais cette composante Hardboiled qui n’existe plus du tout. On est passé de Ken Bruen à Horatio Caine …

Ensuite le fan service. Ok, c’est rigolo 2 secondes. Mais perso cela me rappelle juste que je suis en train de regarder un film. Ca casse l’immersion. Voir Han Solo (avec limite un clin d’oeil pour la caméra) demander, lorsqu’il faut trouver un endroit ou poser un otage si il n’y a pas une collecteur d’ordure, c’était juste trop.

Enfin le méchant. Nan mais what quoi. Il ne lui manquait qu’une bonne grosse acnée pour être parfaitement dans le ton. Une espèce de d’ado qui fait ben justement, une bonne grosse crise d’ado. Aucun charisme, aucune « méchantitude ». Alors oui il tue son père. Mais que d’atermoiement. Et puis même ça, même l’assassinat de son père, on a l’impression qu’il n’y arrive que parce que son père lui dit que ce n’est pas grave, que quoi qu’il arrive, il sera toujours son fils chéri…. Et puis niveau capacité Jedi, autant Rey elle gravit les échelons de l’apprentissage de la force super vite autant lui a priori, c’est le cancre de l’académie Jedi. Un petit combat au sabre contre un ancien stormtrooper qui touche un sabre laser pour la première fois de sa vie et … rien. Je n’ai rien contre Finn (bon son retournement de veste est un peu, comme le reste, expédié en mode vitesse lumière, T0 je suis un méchant stormtrooper, T0+2 seconde, op je suis un rebelle qui ne cautionne pas ce que fait le Premier Ordre), mais ne pas se faire couper en tranche à plancha en combat singulier avec le grand méchant c’est un peu .. Embarrassant pour le grand méchant on va dire.

Mais malgré tout ça. Malgré tout ce que je viens de raler, j’ai adoré être dans cette salle de cinéma. Et en sortant, j’avais la sensation qu’enfin, enfin, j’avais vu un vrai Starwars au cinéma. Alors oui, j’en attendais beaucoup plus. Oui, j’avais parfois l’impression de regarder un Fast and Furious ou un Marvel. Oui j’aurais aimé que ça ressemble plus à ce qui j’espérais, ce que je pense, moi, être un Starwars.
Mais d’un autre coté, on en revient à ce qui fait que j’aime Starwars. Un space opera, une quête iniatique (même si pour l’instant elle n’est pas vraiment éprouvante), une histoire de famille. Et des effets spéciaux qui passent au deuxième plan. Cette fois, on n’a pas l’impression de regarder des gens perdus devant un fond vert.

Mention spéciale pour la fin du film. Cette dernière scène sans parole, sans mouvement, prenant enfin le temps de la lenteur, offrant tellement d’ouverture pour l’épisode 8. La meilleure des façon de conclure cet épisode.


Flattr this!

 Posted by at 18:52
Dec 272012
 

J’ai profité d’un de mes multiples passages à Paris pour aller voir, The Hobbit, dans une salle un petit peu sexy, à savoir la grande salle du Grand Rex (qui est juste hallucinante, avec les décorations antiques sur les cotés, le plafond étoilé et une taille … qui force le respect ).

Par contre, je vous préviens tout de suite, je vais spoiler des parties du film.

Comme je n’avais plus lu bilbo depuis … oula très très longtemps, je l’avais relu cet été, quand j’avais appris que le film serait finalement une trilogie. Je me demandais en effet, comment il était possible de faire trois films avec un aussi petit bouquin. Ma lecture estivale m’avait convaincu qu’en brodant, c’était possible. Et au vu du premier film, oui en effet, les trois films tiendront.

Mais qu’est ce que j’en ai pensé ?

Alors déjà, concernant le respect du scénario… Bon soyons clair, comparé à The Hobbit, Les films du seigneurs des anneaux étaient des adaptations fidèles des bouquins et je pèse mes mots. Là avec, the hobbit, on s’éloigne parfois très loin du récit de Tolkien.

Parmi les modifications les plus importantes que j’ai vu voir au niveau de l’histoire :

  • les passages avec Radagast (qui dans le bouquin est juste cité, deux petites fois et n’intervient jamais)
  • le rajout d’Azog (qui est bien sensé mourir lors de la bataille de la Moria et dont le fils apparaît à la toute fin du livre the hobbit, lors de la bataille des cinq armées)
  • l’introduction avec bilbo et frodon
  • la modification de la scène avec les Trolls (où dans le livre, Bilbo décide d’aller leur faire les poches).
  • Le passage chez Elrond, là grand n’importe quoi. Dans le bouquin, il n’y a aucune tension entre les nains et les elfes. Et Galadriel n’apparaît pas.
  • La bataille avec les orcs, à la fin du film, en attendant que les aigles arrivent.
  • Le boost de charisme de Thorin. Il a clairement pris un +10 à son charisme. Dans le bouquin, c’est un chef de groupe peu expérimenté qui veut avant tout récupérer le trésor gardé par le dragon. Dans le film, c’est un roi en exil plein de noblesse et de leadership.

Je dois en avoir oublié, mais je ne suis pas non plus un expert en Bilbo the Hobbit. Après il y a des rajouts, pour faire durer, comme le passage ou les nains essaient de sortir de la montagne des gobelins. Course poursuite dans les ‘tunnels’ d’une mine, espèce de mix entre Hugo délire et Indiana Jones 4 … Ce sont des changements mineurs, du ‘brodage’ pour faire tenir la durée au film et pour rendre les choses un peu plus ‘sexy’ que ce qui est décrit dans le livre.

Mais alors, qu’est ce que j’en ai pensé au final ?

Le plus dérangeant pour moi est la modification de la façon dont l’on perçoit le personnage de Bilbo. Celui-ci devient un ‘héros’ pour la compagnie très rapidement, sauvant même Thorin lors de la bataille des pignes de pins. Dans le bouquin, ce passage au statut de ‘héros’, membre indispensable de la compagnie arrive plus tard. De même, Bilbo fait preuve de moment de courage (ou de folie) qui sont gommés dans le film (que ce soit le moment où il veut voler les trolls ou celui où il choisit lui même de ceindre Dard (dans le film c’est Gandalf qui lui donne).

Pour le reste, si on oublie que le film est sensé être une adaptation fidèle du bouquin de Tolkien, on passe un bon moment, voir un très bon moment. Il y a des elfes, des nains, des orcs, des gobelins et des batailles. Le vernis ‘conte’ est plutôt bien retransmis, avec une lumière chaude, des couleurs vives et une ambiance bien moins plombée que dans le seigneur des anneaux et des méchants assez souvent pas mal ridicule (que ça soit les trolls ou le roi gobelin). Et la bande son est toujours autant au niveau. Et même si on sait que par exemple Galadriel ne doit pas apparaître, on est content de la revoir, comme des couillons de vieux fan de la première trilogie.

Quand à la 3D, je ne l’ai trouvé pas forcément très utile. Elle offre parfois une immersion intéressante mais c’est une vrai gène lors de scènes avec des arrière-plan très détaillés ou lorsque que les choses bougent beaucoup et rapidement.

Un petit point pour troller en guise de final. La plupart des critiques négatives que j’ai pu lire conspuent les rares choses qui sont fidèles au bouquins. Comme par exemple la trame globale de l’histoire (ça c’est le pompon) ou le passage du chant des nains (qui en vf est pas top top mais pas non plus ridicule, mais passe bien en vo (vive spotify et la playlist de la bande son) ). Je trouve que c’est quand même le pompon de critiquer une adaptation de bouquin sur les points où il est fidèle au livre qu’il adapte. Il aurait peut-être fallu lire le livre avant….


Flattr this!

 Posted by at 12:40

Tron Legacy

 Les films cools  Comments Off on Tron Legacy
Mar 302011
 

C’est assez rigolo, il y a quelques mois, enfin je pense qu’on doit même pouvoir compter en année, quand j’ai appris que Tron legacy allait sortir, la première chose que j’ai dit à ma moitié c’était ‘le jour de la sortie, je serais le premier à faire la queue au ciné pas moyen que je le vois pas aussi vite que possible ce film’

Et puis… et puis les mois passent et les bébés arrivent. Et autant dire que le jour de la sortie, j’étais pas du tout au cinéma. Mais alors pas du tout.

Mais enfin, j’ai fini par le voir ce film. Et donc par pouvoir vous en parler. Mais avant d’aller plus loin, j’aimerais préciser quelque chose. Tron premier du genre a vraiment l’un des films majeur pour moi. Un des 10 films qui ont vraiment été important et que j’ai adoré voir et revoir (parmi les 9 autres on trouvera La guerre des étoiles, StarFighter, Dark Crystal, Wargames, 2001 l’odyssée de l’espace, le cobaye … )

Donc forcément, j’attendais beaucoup de ce nouvel opus.

Et il n’y a pas à dire, c’est un bon film. Agréable à regarder. Bon c’est vrai que le scénario ne va pas chercher bien loin, même pour un disney…

C’est vrai aussi que le passage dans la discothèque avec l’huluberlu aux cheveux blancs est .. comme dire …

Que le saupoudrage de philo zen fait un peu téléphoné. Et que l’histoire avec les ISO voilà quoi ..

Mais ça reste un bon divertissement, avec tout plein d’effets spéciaux très sympa. Et puis les combats de disque et les courses de motocycle, ça ne peut qu’en mettre plein les yeux et être cool.

Mais je ne sais pas, il n’y a pas la claque que ce que le premier pouvait vous envoyer. Il n’y a pas cette nouveauté, ce saut dans la technologie si l’on peut dire qu’il y avait dans le premier. Après tout Tron 1 est passé, Matrix est passé, etc etc … Ce n’est plus aussi renversant qu’avant les histoires de téléportation dans le virtuel.

Du coup, on se retrouve avec juste un bon films d’actions, avec de jolis acteurs, une belle fin et tout plein de bon sentiment. Mais c’est tout. Ça serait suffisant pour un film normal.

Pour l’héritier de Tron… ça laisse un petit goût de déception.

Mention spéciale concernant l’informatique dans le film.

J’ai été relativement étonné de voir que cette partie là était bien traitée, bien loin des élucubrations habituels. Les différents persos font des ps, des kill, des whoami , un uname, etc etc…

Mais tout ce gate lorsque que Sam tente de se loguer sur le PC qui se trouve dans le bureau secret de son père.
Il commence par un login -n root . Ca ne marche pas. Et là il dit explicitement, à voix haute ‘essayons par la backdoor’ Et horrifié, je le vois taper login, puis backdoor, puis entrée…

Et … Et …

Il est logué…

Et là ce fut le drame. Je n’ai cru pas m’en remettre. J’ai même chercher un screen que j’ai trouvé sur ce site) pour vous montrez la chose …


Flattr this!

Oct 272010
 

Alors je vous préviens tout de suite, ce film est un nanard, une belle bouse qui n’a comme intérêt que de faire rire. Et comme la chose amusante avec les nanards c’est de les raconter, ce billet sera donc un nid à spoiler. Si vous aviez l’inimaginable projet de voir ce film, arrêtez vous tout de suite de lire.  (Et si vous continuez, tant pis pour vous, je vous aurais prévenu).

Les sables du temps donc. En fait, ce film a une qualité. Faire passer 2h06 lorsque vous êtes en pleine insomnie. C’est parfait pour cette tranche horaire inutile, entre 3 et 5h du matin. C’est d’ailleurs à peu près à ce moment là que j’ai eu le plaisir de le voir.

On est donc dans un Disney. Ce qui en soit n’est pas forcément un défaut. Je n’ai rien contre les films Disney. Au contraire même. Certains Disney sont parmi mes films fétiches (comme TRON par exemple).

Mais là… J’avoue qu’avoir l’impression de voir un cosplay amateur d’Aladin, ça n’aide pas.  Enfin, je m’échauffe et je vous livre des bouts de conclusion avant d’avoir réellement écrit mon billet.

Donc, commençons par le commencement.

Il était une fois …  (tiens même celui là de Disney, il est mieux, pour vous dire…) Il était une fois un royaume gouverné par un roi et son frère. Enfin le frère est plus conseillé du roi, un pas en arrière, mais c’est presque pareil. Forcément, comme on est dans une histoire et que le film s’appelle Prince of Persia, on est en Perse.

Donc un beau jour, le roi de perse vagabonde en ville, à dos d’éléphant. Et il croise le chemin d’un voleur de pomme, acrobate et un peu robin des bois sur les bords. Le roi décide alors (mais pourquoi?) d’adopter ce jeune voyou et d’en faire son troisième fils. Histoire d’avoir une famille complète nous explique la voix off. Bon, je n’ai pas encore compris le truc de la famille complète, à part peut-être pour avoir la carte famille nombreuse ? Sinon non, je vois pas…

Enfin bon, le vaurien devient prince. Et 20 ans passe. On se retrouve devant le siège d’une ville sainte. Le roi n’est pas là, il a piscine (enfin presque il est parti méditer et prier .. mouais … je suis sur qu’il écume les salons de massage moi le vieux grigou .. enfin). Il y a donc les trois fils ainsi que l’oncle. L’ainé n’est pas sur de vouloir, attaquer. C’est une ville sainte qui a toujours eu de bonne relation, etc etc … Mais l’oncle a envoyé un espion qui a rapporté que la ville forgeait des armes pour attaquer la Perse (est ce qu’elles sont de destructions massives les armes ?? l’espion ne le dira pas). L’ainée convaincu, ordonne donc l’attaque.

S’ensuit un épisode ridicule d’acrobatie et de combat pseudo ninja grâce auquel le jeune prince toujours aussi acrobate permet la conquête de la ville super vite et presque sans perte. Et c’est là qu’intervient la princesse. Parce qu’il y a forcément une princesse. Princesse qui bien entendu est aussi la grande prêtresse de la religion du coin et qui garde précieusement une relique sacrée.

Alors là, Disney a voulu faire différent. Pour prouver que bon, Disney c’était pas les contes de mamies avec les princesses toutes gentilles. Donc ils ont mis une princesse chiante. Casse couille au possible. Qui s’est pas faire grand chose d’autre qu’être chiante, mais qui le fait bien. On aura compris que les princesses c’est pas des potiches qui suivent les héros en roucoulant. Non. Maintenant, grâce à Disney on sait aussi qu’elles savent super bien faire chier leur monde. Merci monsieur Disney.

Enfin bon, passons.

Donc tout le monde est très content. Sauf le roi qui revient en hurlant. Parce qu’il voulait pas qu’on attaque la cité lui. Et qu’en plus les armes, personne ne les trouve (Mais dit moi monsieur Disney, tu aurais pas pris un certain George W comme consultant scénaristique ? )

Donc il râle. Mais comme il y a une grande fête il râle un peu moins. Et pour que tout rentre dans l’ordre, il a une super idée. Marier le prince à la princesse.

Et comme c’est la fête, on doit lui offrir des cadeaux au roi. Le jeune prince est bien embêté, parce qu’il a rien prévu. Mais son frère ainé heureusement lui sauve la mise en lui donnant une espèce de cape brodée.

Le roi a donc un cadeau de son jeune fils. Sauf que … la cape est empoisonnée. Et elle brule à mort le Roi.

Tout le monde pense que c’est le jeune prince qui a fait le coup. Il est donc obligé de s’enfuir et embarque la princesse et une jolie dague.

La jolie dague, qui d’ailleurs à un gros rubis rouge sur le haut de la garde qui ressemble pas du tout à un bouton, est bien entendu magique. Et c’est bien entendu la relique que devait protéger la princesse.

C’est à partir de ce moment que cela devient grand guignolesque. Le héros va d’abord croire que ses ses frères les meurtriers et tenter de les démasquer. Sauf que manque de bol, c’est pas eux. Et que manque de bol bis, notre crétin de prince va demander de l’aide à son oncle, qui est en fait, le grand méchant.

Grand méchant qui enverra contre eux des supers ninjas assassins super méchants et tout bizarre, déformés de partout et qui parlent aux serpents (si c’est pas une preuve qu’ils sont méchants ça ..)

Dans leur fuite, ils croiseront l’élément comique du film, un escroc, organisateur de course d’autruche faux méchant au grand cœur (c’est un peu le pendant humain du perroquet d’aladin, au niveau de l’élément comique). Et bien entendu le héros se rendra compte que sa dague de pacotille, elle a un super pouvoir, quand on appuie sur le bouton, on remonte dans le temps de quelques dizaines de secondes.

La dague sera d’ailleurs le prétexte pour le second effet comique. A savoir une espèce de benny hillerie entre la princesse qui essaie de se faire la malle avec la dague et le prince qui finit toujours par la rattraper.

Mais revenons à l’histoire. Le prince a découvert le pouvoir de la dague, il a aussi découvert qui était le vrai méchant. Il doit convaincre ses frères. Pour le premier, manque de pot, il se fait tuer par les vilains ninjas juste après avoir été convaincu. Et en voulant convaincre l’autre, le héros perd la dague.

Le méchant est bien prêt de gagner. De gagner quoi d’ailleurs ? Le héros l’apprend alors. En plantant la dague dans une colonne de cristal qui se trouve dans le sous sol de la ville du début, il pourra revenir dans le temps, aussi loin qu’il le voudra. L’oncle a pour projet de revenir au temps de son enfance. En effet, lorsque lui et le roi était enfant, l’oncle (qui est maintenant un méchant) a sauver son frère (qui deviendra roi) des griffes d’un tigre. L’oncle veut donc remonter le temps pour empêcher son lui jeune de sauver son frère. (vous suivez?) En effet, si le frère se fait gober par le tigre, l’oncle sera donc fils unique et deviendra roi.

Au final, cela se terminera dans un face à face, forcément dantesque entre l’oncle et le héros. Après moult rebondissement, c’est le héros qui plante la dague dans la colonne et qui remonte le temps.

Il arrive juste après la prise de la ville. Il décide donc de faire éclater la vérité devant tous. Ce qu’il fait, en faisant un émouvant discours. Personne ne le croit, forcément, mais l’oncle décide quand même, bêtement, d’essayer de le tuer. Toujours devant tous. Il est donc, forcément démasqué.

Et comme les gentils qui sont morts dans le futur ne sont pas encore mort, tout est bien qui finit bien.

Enfin …

Pas tout à fait. Parce que tout le monde le sait, les contraires s’attirent. Et toutes ses péripéties partagées entre la princesse et le héros ont fait que bon, ils iraient bien faire la bête à deux dos dans les royales bottes de foin du palais.

MAIS !!! parce qu’il y a un mais. On est de nouveau dans le passé. La princesse ne connait pas le prince.

Et comme il n’y aura pas de péripéties partagées, vu que le méchant est mort, il n’y aura pas de galipette … Le héros va-t-il resté malheureux ? Le pantalon tendu ?

Ça serait là ne pas connaître monsieur Disney. Qui a trouvé un truc

Le héros est revenu dans le passé, grâce à la dague magique. Il la donc encore. Logique. Il peut donc la rendre à la princesse.

Qui étonné ne comprend pas comment ce gougnafier peut posséder sa relique. Mais c’est une princesse intelligente, on a pu le voir tout le long du film, quand elle a fait non stop sa chieuse.

Elle réfléchit donc. Et comprend que si le héros a la dague, c’est parce qu’il revient du futur, et qu’ils ont donc forcément du vivre plein d’aventure. Et op, elle tombe instantanément follement amoureuse.

Et op un bel échange de salive pour finir le film en beauté.

Que dire de plus … Que si vous pensez que vous serez fan d’un cosplay aladin avec une dague à la place du génie, une princesse super chieuse à la place d’une princesse et un escroc à la petite semaine à la place d’un perroquet, alors foncez

et sinon ?

Ben, ça peut toujours occuper 2h d’insomnie.


Flattr this!

TC 2000

TC 2000

Allez op, cherchant à offrir un peu de légèreté et de fraicheur à mon blog en ce beau vendredi 13, je me suis dit que parler d’un film, si possible ringard, serait une excellente idée. Aussitôt dit, Aussitôt fait et donc voici la critique de TC 2000, un film avec des vrais …. dedans. J’ai […]