Les jeux que j’ai aimés en 2015

 Critiques de jeux vidéos  Comments Off on Les jeux que j’ai aimés en 2015
Dec 262015
 

J’ai pas mal testé de jeux cette année. Tellement en fait que j’écrirais un deuxième article spécialement pour les dungeon crawler que j’ai pu tester. Mais parlons pour l’instant des jeux non rogue like qui m’ont fait kiffer cette année.

Invisible, Inc.

J’ai toujours cru que je n’étais pas un mec qui aimait jouer à des XCOM Like. Et puis j’ai acheté et testé XCOM. Et je me suis dit que j’avais été bien bête, parce qu’en fait j’aimais ce style de jeu. Du coup, quand j’ai pu acheter Invisible pour pas trop cher j’ai sauté sur l’occasion. Et j’ai adoré. On retrouve les grands principes d’un XCOM sauf que là on est en mode infiltration. Et surtout il faut gérer les alarmes. Chaque tour finit nous rapproche de la mise en route de l’alarme du bâtiment que l’on essaie de pénétrer. Et qui dit alarme dit avalanche de force adverse. Il faut donc aller vite, mais pas trop sinon ben on fait trop de bruit, on laisse des corps et .. l’alarme se déclenche. Vraiment un vrai plaisir à jouer.

The wolf along us

Un jeu Telltale, dans la lignée des Walking Dead. Mais cette fois dans l’univers de Fables (un comics excellent, avec Bill Willingham comme scénariste et que vous devez lire si vous ne connaissez pas (Il y a aussi des spinoffs centrés sur les personnage féminis fort de la série qui sont paraît-il très bon (dés que je peux, je vais les lire également) ) ). Dans le jeu on va suivre Bigby aka le Grand Méchant Loup, shérif de fable ville qui enquête sur un meurtre bien sordide. Je ne vous en dit pas plus. A part qu’on est sur une ambiance, bien noire, bien moche, bien polar quoi.

Sheltered

Vous connaissez Fallout Shelter ? Ben c’est un peu la même chose mais en mieux. Vous jouez une famille qui se réfugie dans un abri antiatomique après l’apocalypse. Les parents, deux enfants et un chien. Et il va falloir survivre en construisant petit a petit un abri confortable et en accueillant d’autre réfugiés. Mais attention dés que tout les membres de la famille de départ décèdent, même si vous avez un abri plein d’autre gens, vous avez perdu. Au niveau des ressources qui vont vous permettre de survivre, il va y avoir :

  • l’air qui arrive dans votre abri et qui est nettoyé par votre filtre à air
  • l’eau qui est purifié par votre filtre à eau et que vous allez devoir stocker dans l’abri (construisez des bidons!)
  • la nourriture que vous allez devoir trouver dehors
  • l’électricité fournit par un générateur si vous remplissez celui-ci de carburant.

Les actions possibles sont :

  • construire de nouvelles salles
  • construire des objets
  • réparer vos objets
  • améliorer vos objets
  • aller explorer les bâtiments autour pour trouver des ressources.

Les objets que vous allez construire s’usent en effet de manière continue. Si votre douche s’use ce n’est pas forcément très grave, mais si votre filtre à air s’use tellement que votre air n’est plus filtré, alors vous allez commencer à avoir un sérieux problème. Il faudra également gérer les problèmes du aux radiations.
En plus pendant vos explorations vous allez croiser d’autre survivant que vous allez pouvoir recruter, avec qui vous ferrez du commerce ou contre lesquels il faudra vous battre.

Le démarrage du jeu est assez dur. Si on ne fait pas attention, on perd assez rapidement. Mes trois premières familles n’ont pas vraiment eu de chance. Ensuite les choses sont plus simple et le stress de la survie diminue un peu. Sur ma partie actuelle, j’ai une vingtaine de survivant dans mon abri et j’en suis à quasiment 200 jours de survie. Ma partie en cours est devenu une lente routine apaisante. Réparer les objets, partir en exploration, construire des frigos et des bidons d’eau, un lent cycle reposant entrecoupé par les moments de stress quand mes explorateurs sont pris dans une altercation et que j’ai peur pour leur vie (les grenades ça sauve des vies de survivants!).

Pillars of Eternity

Après mon expérience un peu mitigé avec Divinity Original Sin, je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec Pillars. Et ben j’ai tout simplement adoré. Alors on est sur du jeux bien plus classique. Mais l’histoire est efficace, les interactions entre pnj intéressantes, le système de combat est un peu brouillon (pourquoi un système en temps réel avec une pause active au lieu de vrai tour par tour??) mais efficace. Et puis le friendly fire, j’ai beau pester dessus en jeu, mais c’est fun quand même. Et surtout, surtout, il y a du housing ! On peut reconstruire sa jolie forteresse et même si on a pas vraiment de choix à ce niveau là, une fois totalement construite, la forteresse est la forteresse, ben c’est tout de même très fun (surtout si comme moi vous adorez tout ce qui ressemble à du housing).

Terraria

Un peu comme un Minecraft mais en 2D et avec de gros Boss qu’il faut vaincre (et ce n’est pas forcément facile). L’étendue des possibilités est assez gros. Pas mal de biome différent à découvrir et de boss à vaincre. Bon après il faut aimer grinder avec une pioche pour creuser des trous dans le sols. Mais c’est un jeu d’exploration craf assez fun. (Et ma fille adore alors … )

Life is Strange

Je l’ai gardé pour la fin parce que c’est juste la claque de l’année. Voir même de pas mal d’année. Je ne sais pas quoi écrire pour retranscrire combien j’aime ce jeu. Combien y jouer fut une expérience que dont j’ai savouré chaque instant. J’aime le scénario, les personnages, les mécaniques superbement intelligentes. L’intrigue m’a pris dés la première seconde et ne m’a jamais lâché. Rarement j’ai autant été immergé dans une histoire et je me suis autant identifié à un personnage principal. J’y ai joué intensément, entrant parfois tellement dans l’histoire que dans certains moment de stress, j’en oubliais d’utiliser les mécanismes de retour dans le temps du gameplay.  Alors qu’il m’arrive assez souvent dans les Telltale de reprendre une sauvegarde pour vérifier des embranchements de scénarios, histoire d’optimiser un peu les choses, là, ça ne m’est jamais venu à l’idée tellement j’étais juste dedans, tellement Max me semblait vivante. Si vous n’y avez pas joué, alors n’hésitez pas. En plus il est en solde sur Steam pendant encore quelques jours. Je ne sais pas si vous aimerez autant que moi, mais je suis quasiment sur qu’au minimum, vous ne regretterez pas votre achat.


Flattr this!

 Posted by at 22:19

Retour sur les soldes Steam : Mes découvertes

 Critiques de jeux vidéos  Comments Off on Retour sur les soldes Steam : Mes découvertes
Jan 062015
 

J’ai profité du combo vacances / Soldes Steam pour tester quelques jeux. Et du coup, je me suis dit que j’allais vous en faire profiter.

Comme d’hab, je ne met pas de captures d’écrans parce que ma machine est pas un monstre de puissance du coup je joue souvent en détail bas et qu’en plus ça me gonfle de faire des captures.

Les jeux coolos (jouez y)

This war is mine

Votre pays, votre ville est en guerre. Et vous êtes là, au milieu. Mais pour une fois vous n’êtes pas un combattant super entraîné qui arrêtes les obus de tank avec les dents et renvoie les missiles air sol d’un revers de main. Non vous êtes juste un survivant, enfin plutôt une petite équipe (3 ou 4) de survivants. Et vous essayez de survivre dans une maison en partie ravagée par les combats, mais suffisament peu pour pouvoir être habitable.
This war is mine est une grosse claque. Qui va vous mettre le moral à 0. Qui va vous vous mettre devant des choix moraux que vous n’avez pas envie de faire. Qui va vous mettre dans les pires situations. Vous voulez un exemple ?

Vous fouillez les ruines d’un supermarché. Derrière la porte, vous entendez une conversation. Une femme fouille aussi, un soldat arrive, lui dit qu’elle ne trouvera rien mais qu’il peut lui donner à manger si elle est gentille. Elle pleure, il la frappe. Vous ouvrez la porte pour vous interposez … et vous prenez une rafale de son arme. Vous êtes mort. Vous relancez, vous essayez différents moyens, mais non, vous ne pouvez rien faire.

Vous continuez à jouer, vous n’avez plus assez de nourriture, fouiller les décombres ne suffit pas. Vous décidez d’envoyer quelqu’un de votre équipe voler de la nourriture dans une autre maison de survivants, des retraités. Pendant que vous videz le frigo, ils vous entendent. Le papy vous cri d’arrêter, il est armé, vous avez peur pour votre bonhomme, vous lui faite donner un coup de pelle…. le papy tombe, la mamie aussi … Mais vous avez à manger pour quelques jours, presque une semaine ..

Je vais arrêter là mes exemples parce que je ne veux pas déflorer le jeu. Parce qu’il faut vivre les situations, les découvrir et être mis devant l’obligation de faire des choix qui hanteront vos personnages (qui tenteront de se justifier dans leur bio qui evolue au fur et à mesure du jeu et que vous pourrez consulter).

Le jeu se découpe en deux phases. Le jour où votre équipe est bloqué dans sa maison mais où ils peuvent construire des choses, manger, se soigner, etc …

La nuit où l’un de vos survivants ira fouiller un lieu (et un seul) pendant que les autres dormiront ou monteront la garde. Et monter la garde, c’est important si vous ne voulez pas vous faire piller votre bouffe par des vauriens sans morale.

Agréablement tout en noir et blanc avec une bande son minimaliste mais totalement dans le ton, ce jeu est tout simplement pour moi une des grosses réussites de l’année. Et il n’est même pas fini [ c’est en effet un jeu en early access ]. Alors oui, les situations se répètent au final (surtout si comme moi vous y jouer 7h d’affilé à votre premier lancement)

Crypt of the Necrodancer

Je sais qu’il date un peu. Mais je ne l’avais pas acheté avant. C’est un petit rogue like où la musique et le rythme joue un rôle très important. Les ennemis et votre perso se déplacent en rythme en fonction de la bande son (vraiment excellente). On peut d’ailleurs activer des accélerateurs ou ralentisseur de tempos.

Alors par contre il est dur. Passer les zones n’est pas sans difficulté et on recommence encore et encore plusieurs fois les mêmes niveaux jusqu’à finir par y arriver. Enfin, c’est peut être simplement parce que je n’ai aucun sens du rythme et que donc du coup, je suis pas du tout aidé.

Mais c’est kiffant à jouer (et la bande son est vraiment, je me répete, cool). Attention par contre, là aussi, jeu en early access. Et il existe différent persos avec chacun des caractéristiques (dont le barde dont les déplacements ne sont pas calés sur la musique ou le héros pacifiste qui ne peut pas tuer les monstres)

Portal

Oui je sais, comment j’ai pu ne pas jouer à Portal avant. Alors c’est tout simple, je ne suis pas vraiment bon à tout ce qui est puzzle en 3D. Donc le principe a priori ne m’attirais pas trop. Il a vraiment fallu toute la persuasion de plusieurs personnes pour que je me laisse tenter et que j’achète le 1 et le 2. Et j’ai lancé le jeu. Et j’ai arrêté 3h après quand je l’ai eu fini. Et j’étais foutrement content de l’avoir acheté. Alors si jamais vous êtes comme moi passé à coté de ce petit bijou, allez y. Foncez. Et vous aussi comprenez pourquoi The Cake is a lie.:)

Les autres

Quest of dungeons

Un petit rogue like très classique. On a le choix entre quatre classe (guerrier, magicien, assassin ou chaman), on est en mode oldschool retro 16 bits et l’on parcoure des donjons. On peut jouer uniquement au clavier ou utiliser son mulot.

Alors oui il est pas mal, mais vraiment sans plus. Rien de merveilleux, rien qui fait dire « whaou ». On parcourt des salles, on tue des monstres, on change d’équipement, on revend ses vieux items.

9 clues : The Secret of serpent Creek

Alors lui, je l’ai eu gratuit, en utilisant le système d’enchère à base de gemme de steam. Et ben on va dire que j’en ai eu pour mon argent.

Bon après il me fallait un truc pas trop compliqué, pour passer le temps de mes 5heures de TGV le 25 décembre au soir. Donc voilà j’ai passé un peu plus de 4h grâce à  9 clues.

Que dire d’autre, un scénario téléphoné et sans aucune surprise, des énigmes toutes faciles (trouve 9 engrenages, au tiens un engrenage dans une poubelle et un autre là et puis un autre ici …) des mécanismes de gameplay de découvertes d’indices ridicules … ( vous devez fouiller une voiture alors vous avez un visuel d’intérieur de voiture avec plein d’objet et une liste d’objet. Une fois que vous avez cliqué sur tout les objets listé, vous avez trouvé votre indice. Pas du tout artificiel … non … pas du tout )

Donc voilà.
Personnellement, je vous le déconseille. Pour occuper 5h de temps, il y a toujours les séries …


Flattr this!

 Posted by at 00:14
Dec 312014
 

Disclaimer : j’écris ce billet après 13h de jeu à peine. C’est donc un retour sur le début du jeu. Peut être que mon avis changera d’ici à la fin du jeu, si nécessaire j’amenderais alors ce billet.

J’ai toujours été un joueur aimant les RPG ou rpg-like. Mon panthéons des jdr est composé pêle-mêle de Daggerfall, la série des Ultima, Fallout 1, les Dungeons Masters (oui ok c’est pas trop trop des rpg), les Baldur’s Gates et les Neverwinters.

Dragon Age 1 m’avait bien plu (je n’ai pas du tout joué au 2). J’ai arrêté les Elders scrolls après Morrowind et le jdr Shadowrun même si il est agréable n’est pas transcendant.

Mais j’avais une grosse envie de tester Divinity (et wasteland). Il se trouve que j’ai eu la bonne surprise de le recevoir en cadeau steam d’avant noël (merci poto) et que j’ai pu jouer un peu avant de partir en vacances (ben oui windows only).

L’intrigue est classique, on joue une paire de héros (des traque-sources) qui doivent résoudre une sombre histoire de meurtre qui potentiellement implique une magie maudite la magie de la Source. Ils se retrouvent dans à Cyseal une citée qui en plus d’être attaquée par des morts vivants est assiégée par des Orcs. Autant dire que ce n’est pas la fête tout les jours.

Bon bien entendu il y a en plus de cette quête principale une palanquée de quête secondaire plus ou moins fun et originale (ca va du classique retrouve mon frère parti à l’aventure jusqu’à jouer les entremetteurs entre deux chats).

Maintenant quel est mon avis sur le jeu ?

Il y a des choses que j’aime beaucoup :

  • la façon très oldschool de voir les choses. Très peu d’aide pour les quêtes par exemple, pas de marqueurs partout sur la carte pour indiquer les endroits ou aller par exemple. Pour le craft, on trouve des livres de recettes qui sont ‘réalistes’, mais qui ne donne pas directement des recettes toutes prêtes en mode blueprint. De la même façon il faut découvrir par soi même qui et où sont les gens qui vont nous vendre des livres de compétences.
  • la façon de résoudre les conflits non armés. Que ce soit entre vos deux personnages principaux (qui peuvent être en désaccord) ou quand vous voulez convaincre / intidimider / séduire un PNJ. Un minijeu de pierre/ciseau/feuille est alors lancé, le premier des deux personnages en conflit à gagner suffisamment de round (chaque round gagné rapportant X points, X étant la valeur de la compétence utilisée pour résoudre le conflit (raison/intimidation/etc ) remportant l’épreuve.
  • Les quêtes en temps limités que du coup vous pouvez rater si vous n’allez pas assez vite au bon endroit (par exemple vous pouvez aider à éteindre un feu qui ravage un bateau, si vous n’y allez pas assez vite, ben le bateau coulera, et zou, plus de quête.
  • les quêtes que l’on peut ne pas réussir à compléter, parce qu’il fallait résoudre un conflit (par exemple intimider un pnj) et qu’on a raté l’épreuve shifumi.
  • Le fait que l’on puisse offrir/vendre/acheter à tout les pnj que l’on croise. Parfois ils n’ont pas d’argent donc on peut rien leur vendre, parfois ils n’ont qu’une pomme à vendre (voir rien). Mais on peut toujours lancer une discussion et voir ce que l’on peut vendre / troquer.
  • Les combats en tour par tour. J’aime le tour par tour pour les jdr. Je déteste le temps réel ..
  • Le parti pri de ne pas avoir de classe de personnage.
  • Le fait de combiner les sorts ou d’utiliser des éléments du décor. Par exemple je peux lancer un sort d’huile qui va créer une grosse flaque d’huile sous les pieds des adversaires et les ralentir puis je pourrais lancer un sort de boule de feu pour enflammer le tout (ou utiliser une flèche enflammée). Mais je peux aussi faire exploser un baril d’explosif avec ma boule de feu, ce qui augmentera d’une façon sympathique (enfin pas pour ceux proche du baril) les dégâts faits.

Mais il y aussi des choses que je n’aime pas :

  • La partie combat se veut être difficile. Pour réussir certains combats important pour l’avancée de l’histoire, il faut non seulement la jouer finement au niveau stratégie mais il faut aussi avoir un level minimum sous peine de se faire totalement rouler dessus. Et ce niveau minimum pour l’avoir il faut valider quasiment toutes les quêtes secondaires et nettoyer tout les monstres pour engranger l’expérience. Ce qui a tendance à pousser à la chasse à l’XP plutôt que prendre les décisions en accord avec la façon que l’on a de voir ses personnages (exemple, à un moment on rencontre une guilde de rigolos, des vantards pédants qui ne font que parler, parler et ont l’air d’être totalement incompétents. Ils nous font l’honneur de nous proposer de rentrer dans leur guilde. Si on accepte, on gagne une quête secondaire. Personnellement j’ai refusé, je ne voyais pas mes personnages, un mix entre détectives et inquisiteurs dire oui à une intégration dans une guilde de brasseurs de vents. Mais j’ai du coup perdu de l’xp, ce qui m’a pénalisé pour la suite).
  • Faire avancer les quêtes à travers les dialogues avec les PNJ peut parfois être infernal. Vous venez d’avoir une avancée majeure dans une quête secondaire, vous allez voir le pnj qui va bien et il faut passer par plusieurs enchaînement de dialogue précis pour avoir enfin la possibilité de lui parler de la quête qu’on vient de finir. Sans qu’il n’y est aucune logique. Alors que cela devrait être le premier truc dont le pnj en question devrait avoir envie qu’on parle.
  • La course à l’xp influe aussi sur la façon de construire son personnage. Le don pour parler avec les animaux est du coup un must have vu qu’il permet de débloquer les quêtes secondaires données uniquement par les animaux.

Au final, j’accroche beaucoup à Divinity. C’est même un très très bon jeu. C’est dommage que certains points viennent un peu gâcher l’expérience globale, parce que sans ces petits points noirs Divinity aurait à coup sur trouvé une place dans mon panthéon des jdr. Enfin, ne vendons pas la peau du rpg avant de l’avoir fini …


Flattr this!

 Posted by at 14:37

nouveau test de jeu : RUST , survie, construction de maison et radioactivité !

 Critiques de jeux vidéos  Comments Off on nouveau test de jeu : RUST , survie, construction de maison et radioactivité !
Mar 142014
 

Parmi les jeux que j’ai pu tester depuis mon dernier billet (oui je sais, je fais beaucoup de billet parlant de jeux vidéos, mais pour diverses raisons je fais 1 ou 2 nuits d’insomnies par semaine et le mieux pour faire passer le temps, c’est encore de jouer), il y a RUST.

Alors RUST est en early access sur steam, en mode beta ou alpha, donc encore en plein développement. Mais on peut déjà y jouer. Et s’y amuser follement.

RUST est un FPS survivaliste. Quand vous commencez, vous n’avez qu’une grosse pierre en main, deux bandages et une torche. Débrouillez vous avec ça.

Bon ok, vous tapez sur un arbre avec votre pierre, puis sur des pierres et vous pouvez vous crafter une hachette. Avec celle-ci vous continuez à taper sur des arbres, des pierres et un ou deux cochons et vous pouvez vous fabriquer un arc.

Et puis vous vous faites manger par un loup. Ou les radiations vous tuent parce que vous vous êtes approché trop prêt des ruines radioactives.

Où vous avez pris une balle de 9millimétre d’un joueur plus vieux que vous.

Et vous recommencez.

Bien entendu vous pouvez crafter pas mal de chose. Et en crafter encore plus lorsque vous découvrirez des plans (qui sont soit cachés dans des caisses dans les ruines radioactives ou que vous pouvez looter sur les cadavres des animaux radioactifs).

Et vous allez pouvoir vous batir des véritables châteaux forts, (même tout seul d’ailleurs si vous farmez un peu les ressources pendant plusieurs heures). Chateaux forts qui vous serviront à protéger vos possessions mais aussi vous mêmes, lorsque vous ne serez pas connectés. Parce que oui sur un bon nombre de serveurs, quand vous êtes déco, vous êtes considérés comme endormis. A la merci du premier prédateur, animal ou humain qui passerait par là.

Mais même vos châteaux forts ne vous protégerons pas totalement. Parce qu’à condition d’y mettre le prix, tout se détruit. Vos murs et vos portes blindées ne résisteront pas au C4 de vos ennemis. Et même sans cela, bon nombre de serveur activent la fonctionnalité de dépérissement, ce qui fait que votre château va petit à petit, tomber en morceau, tout seul comme un grand.

Et c’est étrange, parce qu’au fil des parties, au fil de morts, des destructions de bâtiments, des headshots pris alors qu’on n’est armé que d’une hachette, des jambes cassées qui font qu’on se retrouve à ne pas pouvoir fuir l’ours en furie qui veut notre peau (et qui donc, finit par l’avoir), on en vient à se rendre compte d’une chose. Dans Rust, seul compte ce que l’on sait, ce que l’on apprends. Seul compte le nombre de chose que l’on peut crafter.

Vous trépassez alors que vous aviez une armure complète, un shotgun et un 9 millimètre avec silencieux, pointeur laser et torche ?  Si vous aviez trouvé tout cela dans des ruines, alors c’est la plus grande tragédie du monde. Si par contre vous savez tout crafter, alors quelques ressources plus tard (10 / 15 minutes) vous aurez retrouvé votre équipement.

RUST est donc un jeu qui va vous poussez à chercher des plans de construction pour apprendre, pour augmenter sans cesse votre savoir. Et qui vous ferra entrer à coup de pioche dans le crâne (au sens propre comme au figuré, mourir d’un coup de pioche étant plutôt commun) que les possessions matérielles ne sont rien, qu’elles sont vouées à être perdues, détruites ou volées.

Surprenant gameplay et philosophie de jeu pour un jeu de 2014, après tant de jeux sans pertes véritables. Et c’est une ‘morale’ qu’il faut comprendre pour apprécier le jeu.

J’ai vu de nombreux joueurs sur divers serveurs, pleurer auprès des admins parce qu’ils étaient tombés dans un trou et qu’ils voulaient qu’on les en sorte et que sinon ils allaient perdre leur équipement. La réponse était toujours la même ‘si tu n’arrives pas à t’en sortir tout seul, on ne ferra rien pour toi, relance une nouvelle vie’. Et assez souvent les joueurs en question passaient en mode capslock , hurlant que ce n’était qu’un jeu, qu’il ne fallait pas faire chier avec ces règles à la con et qu’ils ne voulaient pas perdre leur équipement. Puis venait les insultes et le ragequit.

Quand à moi, j’adore jouer à Rust, que ce soit sur un serveur peu peuplé ou je vais construire la maison la plus impénetrable possible ou sur un serveur plus rempli, où je vais juste tenter de survivre, de me cacher jusqu’à avoir appris assez de chose pour ne plus vraiment craindre la mort et me mettre moi aussi à chasser les autres survivant


Flattr this!

 Posted by at 22:24

Jeux vidéos de début d’année.

Les vacances de Noël sont finis et en attendant mais pas l’hiver. Pour se réchauffer au coin du PC, le soir, rien de mieux qu’un bon petit jeu et plus spécialement qu’un bon petit jeu d’exploration de donjons. Il y en a deux que j’apprécie tout spécialement et cela depuis quelques semaines. C’est Dungeons of […]

Jeux vidéos 2013

Je n’ai pas énormément joué cette année. Enfin j’ai pas mal profité de mes vacances de Noël pour rattraper mon retard. Mais j’ai suffisamment joué pour faire un petit retour sur mes découvertes, alors je ne vais pas tenter de faire un classement chronologique ni même par degré « d’amour » mais juste comme cela me vient. […]

Space Origin, retour sur un MmoWeb prometteur et son Alpha 3

Je joue au MmoWeb depuis longtemps, trop longtemps peut-être. Je suis tombé dedans en avril ou mai 2001 lorsque j’ai découvert Fondation, un jeu directement tiré du cycle d’Asimov (et qui a été lancé en février 2001). Depuis je n’ai pas arrêté de jouer à différents MmoWeb , y jouant même parfois plus qu’à de […]

Premiers retours concernant les jeux google plus

Les jeux google plus ont fait leur apparition la semaine dernière en fin de semaine. Les plus chanceux (ou pas) d’entre nous on pu les tester dés vendredi (voire même jeudi peut être). La plus grande innovation consiste dans le fait d’avoir mis en place un flux séparé, opportunément appelés Jeux pour les posts (disons […]

Rift, retour sur le troisième event béta.

De mercredi soir à hier soir, c’est tenu le troisième event de la closed beta de Rift. Malgré le fait que la semaine n’était pas pour moi une semaine de vacances, j’ai pu jouer pendant quelques dizaines d’heures nocturnes. Et comme pour une fois, un studio de dev a eu une initiative intelligente, le NDA […]

Magic: The Gathering – Duels of the Planeswalkers

La séance de solde de Steam m’a permis de découvrir quelques jeux sans trop exploser mon budget jeux vidéos. J’ai d’ailleurs fait quelques bonnes trouvailles dont je vous parlerais sous peu (et suis tombé par hasard sur un jeu que je ne connaissais pas du tout et qui ressemble de très très prêt à un […]

Qui n’a jamais rêver de chevaucher une licorne ???

Jamais 2 sans 3 a-t-on coutume de dire.. Il m’était donc impossible de ne pas parler d’un troisième petit jeu flash. Ce troisième jeu flash c’est Robot Unicorn Attack. Le principe ? Vous contrôlez une licorne qui court, court , court. Elle peut sauter aussi, pour éviter les précipices et attraper les papillons robots qui volettent […]